SECTION SE-Unsa de l'ARDECHE - 13 RUE FRANCOIS VALLETON - BP 20214 - 07206 AUBENAS CEDEX
Tél. 04 75 35 58 83 - Fax. 04 75 35 58 83 - Por. 06 17 63 66 44 - 07@se-unsa.org

 
MobilitĂ© : droit ou bonne Ă©toile…le bilan du SE-Unsa !
Article publié le mardi 22 juin 2021.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

2021 ne sera pas à graver comme l’année de l’amélioration des conditions de mobilité des personnels.

Notre ministère s’équipe certes de nouvelles interfaces dématérialisées pour fluidifier les démarches et les agents administratifs sont nombreux à tenter d’accompagner au mieux les (r)évolutions dictées par le ministre, la gestion des opérations de mobilité en matière de ressources humaines (RH) tend aujourd’hui plutôt vers un isolement des personnels et une baisse du taux de mobilité.
 
Le SE-Unsa, avec sa fédération UNSA Éducation, a dénoncé ces constats et exigé des pistes de solutions très rapides à l’occasion du bilan de la mobilité 2020.
Pour le SE-Unsa, ce bilan d’une campagne de mobilitĂ© terminĂ©e depuis quasiment un an doit avant tout servir Ă  souligner les leçons non tirĂ©es pour la campagne 2021 et prĂ©parer dès aujourd’hui les leviers d’amĂ©lioration de la mobilitĂ© 2022 !
 
 
Des règles de mobilité sclérosantes
 
Les taux de satisfaction des participants aux opérations de mouvement inter et intra diminuent un peu plus chaque année. Certains corps/disciplines (professeurs des écoles, professeurs de lycée professionnels, …) ou certains territoires (région parisienne, ruralité, …) sont plus impactés que d’autres.
 
Pour le SE-Unsa, il y a urgence à rechercher dès aujourd’hui des leviers pour améliorer la mobilité pour certains territoires et/ou certains corps/disciplines. En effet, pour beaucoup, le droit de changer de lieu d’exercice est totalement sclérosé, y compris pour des collègues en situation médicale ou sociale très lourde.
Dans le 1er degré, les éléments de barème actuels doivent être questionnés.
Dans le 2nd degré, les calibrages de chaque territoire (nombre d’entrées et sorties) doivent cesser d’être lourdement impactés par la contractualisation.
 
Concernant le détachement, l’augmentation promise des contingents n’a compensé en rien la suppression de l’accès à certains corps par liste d’aptitude.
Le SE-Unsa a demandé que soient mises à disposition des données par territoires et par corps/disciplines. Aujourd’hui les chiffres globalisés ne permettent nullement de témoigner de la disparité aussi importante que réelle entre personnels quant à ce droit à la mobilité.
 
Ce levier de la mobilitĂ© engagĂ© dans le cadre de l’agenda social post-Grenelle et prĂ©vu en discussion sur les mois de juin-juillet ne doit plus rester au stade de l’ambition !
 
 
Une réalité aux antipodes du discours ministériel
 
Dès l’automne dernier et la prĂ©paration de la mobilitĂ© 2021, le SE-Unsa avait Ă©mis d’importantes mises en garde au regard des constats de la mobilitĂ© 2020 et proposĂ© des amĂ©liorations concrètes. Si le ministre se plait Ă  rĂ©pĂ©ter incessamment qu’il installe une RH plus humaine, plus lisible et plus rĂ©active, le SE-Unsa constate avec regret que la rĂ©alitĂ© en est tout autre !
 
Les donnĂ©es communiquĂ©es aux collègues pour comprendre un rĂ©sultat de mouvement et qui devaient voir une avancĂ©e cette annĂ©e par des informations relatives aux deux premiers vĹ“ux ont surtout constituĂ© un recul avec une absence totale de donnĂ©es pour nombreux collègues.
 
MalgrĂ© nos multiples alertes sur la disparition quasi-totale d’un cadre inscrit nationalement du mouvement intra 1er degrĂ©, les collègues professeurs des Ă©coles ont, cette annĂ©e et de façon encore plus dĂ©gradĂ©e que par le passĂ©, subi une gestion irrespectueuse de leur droit Ă  la mobilitĂ© comme Ă  la stabilitĂ© : incohĂ©rences entre textes acadĂ©miques et annexes dĂ©partementales, Ă©lĂ©ments de barème et critères de dĂ©partage absents des textes, modification non communiquĂ©e du mode de calcul de l’anciennetĂ© engendrant des barèmes nettement infĂ©rieurs d’une annĂ©e sur l’autre, profilage non discutĂ© non annoncĂ© et encore moins expliquĂ© de nombreux postes Ă  la veille de l’ouverture de la saisie des vĹ“ux et parfois après, …
 
Quant aux modalités de recours, au-delà des dysfonctionnements conséquents notés cette année suite aux réponses faites à l’inter aux personnels du 2nd degré (réponses avant les dispositifs d’assistance, réponses inversant des avis d’une semaine à une autre, …), la mise en difficulté collective générée par la mise en place plus que tardive de l’application Colibris pour le mouvement intra dans le 2nd degré a terminé de décourager…
 
Tous ces points nécessitent d’être impérativement revus et améliorés dès la mobilité 2022. Des évolutions ont certes vu le jour, notamment concernant une meilleure fluidité dans les demandes de rectification de barème ou via l’application Valère pour n’oublier aucune demande de recours à l’inter, mais ces quelques améliorations se trouvent écrasées, effacées par les trop nombreux obstacles à la mobilité.
 
 
 
 
ALC