SECTION ACADÉMIQUE SE-Unsa de VERSAILLES - 10-12 RUE RODIER - 75009 PARIS
Tél. 01 53 72 85 35 - [Mél.]

 
Rentrée Usep : le SE-Unsa soutient les professionnels du sport scolaire
Article publié le vendredi 5 octobre 2018.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
Vendredi 28 septembre dernier, le SE-Unsa était invité au rassemblement général des président·e·s et délégué·e·s Usep de cette rentrée et y a participé avec le plus grand des plaisirs.
 
Véronique Moreira, présidente de la fédération sportive des écoles publiques, a introduit ce rassemblement en rappelant le contexte politique actuel dénonçant le désengagement de l’état en matière d’écologie comme l’accentuation des inégalités au détriment des plus fragiles.
Elle a également regretté la publication des modifications de programmes durant l’été, preuve, s’il en fallait une de plus, de l’absence de considération de notre ministère pour ses professionnels.
 
Plus spécifiquement au monde sportif, elle a évoqué la colère de ce dernier déjà impacté par la diminution des contrats aidés, la baisse de moyens alloués au CNDS (Centre national pour le développement du sport), le changement soudain de ministre et qui doit aujourd’hui faire face à une annonce de suppression de postes.
Elle en a profité pour rappeler le lancement de la pétition « Le sport compte » visant à soutenir l’ensemble du monde sportif, du plus populaire à celui du haut-niveau (je signe la pétition).
 
Ensuite elle a développé les ambitions de l’Usep, notamment celle d’avoir une place au niveau académique, et les projets à venir tel qu’une licence passerelle Usep/Ufolep.
 
Enfin, elle a rappelé le partenariat de qualité et de confiance entre l’Usep et le SE-Unsa présentant la nouvelle brochure Et moi acteur du sport scolaire offerte à l’occasion à chaque président·e et délégué·e Usep et dont l’objectif est de permettre, dès l’entrée dans le métier, de mieux connaître les enjeux, les structures et les actions du sport scolaire.
 
Également invité à ce rassemblement, Thierry Terret, délégué ministériel aux JOP 2024, est intervenu pour présenter la mise en œuvre de la dynamique Paris 2024 au sein de l’Éducation nationale qu’il pilote.
Concernant la labellisation Génération 2024 visant à cibler des écoles et établissements volontaires pour entrer dans la dynamique, il a d’abord salué la réussite du dispositif prévu pour 100 inscriptions à son lancement et qui atteint aujourd’hui plus de 300 demandes.
Ensuite, il a énuméré les dispositifs envisagés pour les écoles et établissements labelisés :
  • la désignation d’un référent Paris 2024 par académie (deux pour les grosses académies dont un issu du 1er degré et un du 2nd degré)
  • l’organisation de concours « sport et culture » ou encore « sport et olympisme » en partenariat avec des artistes et des sportifs de haut niveau
  • la mise à disposition d’outils pédagogiques
  • la formation des acteurs du label (enseignants, parents, éducateurs)
  • un stage à destination des CPC et CPD sur décembre ou janvier (deux départs prévus par département) en particulier sur la thématique « Sport scolaire et EPS : de la réglementation aux JOP » et qui passerait par les aspects pédagogiques et didactiques 
  • le recours possible aux services civiques pour aider à la mise en place des projets
 
Si le SE-Unsa approuve en grande partie la volonté d’impliquer et valoriser les écoles et établissements dans la dynamique Paris 2024 notamment en n’omettant jamais le 1er degré, souvent laissé pour compte par le passé, il s’interroge sur la faisabilité des différents projets et par conséquent sur la réelle volonté affichée.
 
Comment envisager lucidement la mise en œuvre des dispositifs annoncés dans le contexte de suppression de moyens dans l’éducation nationale comme au ministère des sports ?
 
Comment attendre de l’Usep la mobilisation de son réseau alors que rien n’a matériellement été mis en place ces dernières années pour favoriser et valoriser l’implication des professeurs des écoles et des conseillers pédagogiques ?
 
Comment permettre aux élèves de se rencontrer par la pratique sportive hors temps scolaire sans prise en compte du bénévolat des professeurs des écoles ou encore de la dynamique des fédérations du sport scolaire dans le plan mercredi ?
 
Comment envisager une mise en place sereine des projets par les enseignants sans qu’aucun travail en amont sur la formation initiale et continue de ces derniers ait été mené avec les ESPE ?
 
Attaché à la continuité et à la réussite du parcours sportif de l’élève, le SE-Unsa sera donc très vigilant, d’une part, sur les exigences faites aux professionnels de l’Education nationale impliqués dans les projets et, d’autre part, sur les moyens réellement mis à disposition (relire notre article sur la rentrée sportive un peu trop calme pour l’École). Il saura exiger le soutien nécessaire au sport scolaire auprès des interlocuteurs concernés !
 
 
 
 
ALC