SECTION ACADÉMIQUE SE-Unsa de VERSAILLES - 10-12 RUE RODIER - 75009 PARIS
Tél. 01 53 72 85 35 - [Mél.]

 
Punir, mais pourquoi ?
Article publié le lundi 9 janvier 2017.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

 Ă  propos de Didier Fassin, Punir. une passion contemporaine, Paris, Seuil, 2017.

                              

   Chaque enseignant.e est confrontĂ©.e dans l’exercice de son mĂ©tier Ă  la punition. Punir les Ă©lèves Ă  cause d’un travail non fait, d’une attitude inconvenante en classe, voire pour un manquement aux règles de vie Ă  l’intĂ©rieur de l’école ou de l’établissement scolaire, ce sont autant de situations que nous voyons rĂ©gulièrement. Mais la sanction est-elle un Ă©chec de l’éducation ou un indispensable rappel Ă  l’ordre ? Si le livre de Didier Fassin ne concerne pas l’acte de punir dans le système scolaire, on pourra cependant le lire avec un grand profit pour tenter d’apporter des Ă©lĂ©ments de rĂ©ponse Ă  cette question essentielle.

Qu'est-ce que punir? Pourquoi punit-on? Qui punit-on?

   L’auteur est un anthropologue et sociologue connu pour de prĂ©cĂ©dents ouvrages sur la police et la prison, mais aussi pour des Ă©tudes mĂ©thodologiques dans le domaine des sciences sociales. Ce nouveau livre apparaĂ®t comme une synthèse du travail de D.Fassin dans ces domaines. Il part de trois questions simples en apparence : qu’est-ce que punir ? Pourquoi punit-on ? Qui punit-on ? Ce triptyque lui permet d’aborder des aspects liĂ©s au droit, Ă  la justice et au fonctionnement de la prison en France, mais aussi dans de nombreux autres pays. C’est le point de dĂ©part de sa rĂ©flexion : on assiste aujourd’hui Ă  un moment punitif triomphant qu’illustre le nombre de dĂ©tenus en hausse. Pourtant, allant Ă  l’encontre de prĂ©supposĂ©s de plus en plus prĂ©sents dans la sociĂ©tĂ©, l’auteur relève que le nombre exponentiel d’incarcĂ©rations n’est pas forcĂ©ment en lien avec la croissance des dĂ©lits. Cet apparent paradoxe lui permet de revenir sur une dĂ©finition gĂ©nĂ©alogique et sociologique des notions de crime et de châtiment. Chacun des points abordĂ©s l’est d’abord d’un point de vue thĂ©orique, mais ensuite des Ă©tudes de cas sont mentionnĂ©es, ce qui permet au lecteur de mieux comprendre les dĂ©règlements du système judiciaire et carcĂ©ral. Ce livre, brillamment Ă©crit, se lit d’une traite et donne Ă  rĂ©flĂ©chir au moment mĂŞme oĂą les dĂ©bats Ă  l’approche de l’élection prĂ©sidentielle abordent souvent les sujets de la justice et de la prison selon des angles purement rĂ©pressifs et populistes. C’est pourquoi nous conseillons vivement la lecture de cet ouvrage pour aller au-delĂ  d’une vision trop partiale.

 Et la punition dans le monde scolaire?

   D.Fassin ne parle qu’une seule fois du monde Ă©ducatif au dĂ©tour de l’évocation de la punition collective, alors que normalement une sanction doit s’appliquer Ă  la personne qui a rĂ©ellement commis un manquement aux règles. Mais chacun d’entre nous pourra trouver dans ce livre un ensemble de faits ou de constats que l’on peut transposer dans le milieu scolaire. En effet, il n’est pas rare que nous soyons confrontĂ©s Ă  des interrogations concernant les supposĂ©s bienfaits de la punition, et ce livre aide Ă  mieux comprendre ce que peut ĂŞtre l’acte de punir au sein de la communautĂ© Ă©ducative. Notre syndicat, le SE-Unsa, milite pour une Ă©ducation bienveillante de toutes et tous. C’est pourquoi lorsqu’on punit pour de petits Ă©carts aux règles ou lorsqu’on sanctionne pour rĂ©primer des manquements plus importants, il est nĂ©cessaire de garder en tĂŞte qu’il faut expliquer Ă  la fois le contenu du règlement intĂ©rieur, mais aussi ĂŞtre le plus juste possible. Il s'agit de faire comprendre la règle et non pas d'appliquer la punition comme principe Ă©ducatif. Dans ce cadre lĂ , la loi " Ă©galitĂ© et citoyennetĂ© " votĂ©e le 22 dĂ©cembre 2016 qui interdit toute violence Ă  l'encontre des enfants (la fessĂ©e par exemple) comme recours Ă©ducatif est une Ă©volution très positive.

  « Punir. Une passion contemporaine Â» permet de mieux intĂ©grer ce type de rĂ©flexions aussi bien dans l’exercice de notre mĂ©tier que plus largement dans notre comprĂ©hension de la sociĂ©tĂ© française. « Ouvrir une Ă©cole, c’est fermer une prison Â» aurait dit Victor Hugo. Didier Fassin nous aide Ă  mieux comprendre cette phrase. On soulignera pour terminer que, par la qualitĂ© de son argumentation et les nombreuses situations Ă©voquĂ©es, ce livre peut servir de base Ă  des cours en EMC, en SES ou en droit. On  ne peut que conseiller enfin ce livre aux CPE souvent confrontĂ©s Ă  l’acte de punir.

Pour mieux connaĂ®tre les idĂ©es du SE-Unsa et de la fĂ©dĂ©ration Unsa Ă©ducation dans le domaine Ă©ducatif, deux blogs existent : 

" L'Ă©cole de demain " , le blog Ă©ducation du SE-Unsa

" Question d'Ă©duc ", le blog du secteur Ă©ducation de l'Unsa Ă©ducation 

 
 
 
 
 
PsyEN