SECTION ACADÉMIQUE SE-Unsa de VERSAILLES - 10-12 RUE RODIER - 75009 PARIS
Tél. 01 53 72 85 35 - [Mél.]

 
Punir, mais pourquoi ?
Article publié le lundi 9 janvier 2017.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

 à propos de Didier Fassin, Punir. une passion contemporaine, Paris, Seuil, 2017.

                              

   Chaque enseignant.e est confronté.e dans l’exercice de son métier à la punition. Punir les élèves à cause d’un travail non fait, d’une attitude inconvenante en classe, voire pour un manquement aux règles de vie à l’intérieur de l’école ou de l’établissement scolaire, ce sont autant de situations que nous voyons régulièrement. Mais la sanction est-elle un échec de l’éducation ou un indispensable rappel à l’ordre ? Si le livre de Didier Fassin ne concerne pas l’acte de punir dans le système scolaire, on pourra cependant le lire avec un grand profit pour tenter d’apporter des éléments de réponse à cette question essentielle.

Qu'est-ce que punir? Pourquoi punit-on? Qui punit-on?

   L’auteur est un anthropologue et sociologue connu pour de précédents ouvrages sur la police et la prison, mais aussi pour des études méthodologiques dans le domaine des sciences sociales. Ce nouveau livre apparaît comme une synthèse du travail de D.Fassin dans ces domaines. Il part de trois questions simples en apparence : qu’est-ce que punir ? Pourquoi punit-on ? Qui punit-on ? Ce triptyque lui permet d’aborder des aspects liés au droit, à la justice et au fonctionnement de la prison en France, mais aussi dans de nombreux autres pays. C’est le point de départ de sa réflexion : on assiste aujourd’hui à un moment punitif triomphant qu’illustre le nombre de détenus en hausse. Pourtant, allant à l’encontre de présupposés de plus en plus présents dans la société, l’auteur relève que le nombre exponentiel d’incarcérations n’est pas forcément en lien avec la croissance des délits. Cet apparent paradoxe lui permet de revenir sur une définition généalogique et sociologique des notions de crime et de châtiment. Chacun des points abordés l’est d’abord d’un point de vue théorique, mais ensuite des études de cas sont mentionnées, ce qui permet au lecteur de mieux comprendre les dérèglements du système judiciaire et carcéral. Ce livre, brillamment écrit, se lit d’une traite et donne à réfléchir au moment même où les débats à l’approche de l’élection présidentielle abordent souvent les sujets de la justice et de la prison selon des angles purement répressifs et populistes. C’est pourquoi nous conseillons vivement la lecture de cet ouvrage pour aller au-delà d’une vision trop partiale.

 Et la punition dans le monde scolaire?

   D.Fassin ne parle qu’une seule fois du monde éducatif au détour de l’évocation de la punition collective, alors que normalement une sanction doit s’appliquer à la personne qui a réellement commis un manquement aux règles. Mais chacun d’entre nous pourra trouver dans ce livre un ensemble de faits ou de constats que l’on peut transposer dans le milieu scolaire. En effet, il n’est pas rare que nous soyons confrontés à des interrogations concernant les supposés bienfaits de la punition, et ce livre aide à mieux comprendre ce que peut être l’acte de punir au sein de la communauté éducative. Notre syndicat, le SE-Unsa, milite pour une éducation bienveillante de toutes et tous. C’est pourquoi lorsqu’on punit pour de petits écarts aux règles ou lorsqu’on sanctionne pour réprimer des manquements plus importants, il est nécessaire de garder en tête qu’il faut expliquer à la fois le contenu du règlement intérieur, mais aussi être le plus juste possible. Il s'agit de faire comprendre la règle et non pas d'appliquer la punition comme principe éducatif. Dans ce cadre là, la loi " égalité et citoyenneté " votée le 22 décembre 2016 qui interdit toute violence à l'encontre des enfants (la fessée par exemple) comme recours éducatif est une évolution très positive.

  « Punir. Une passion contemporaine » permet de mieux intégrer ce type de réflexions aussi bien dans l’exercice de notre métier que plus largement dans notre compréhension de la société française. « Ouvrir une école, c’est fermer une prison » aurait dit Victor Hugo. Didier Fassin nous aide à mieux comprendre cette phrase. On soulignera pour terminer que, par la qualité de son argumentation et les nombreuses situations évoquées, ce livre peut servir de base à des cours en EMC, en SES ou en droit. On  ne peut que conseiller enfin ce livre aux CPE souvent confrontés à l’acte de punir.

Pour mieux connaître les idées du SE-Unsa et de la fédération Unsa éducation dans le domaine éducatif, deux blogs existent : 

" L'école de demain " , le blog éducation du SE-Unsa

" Question d'éduc ", le blog du secteur éducation de l'Unsa éducation 

 
 
 
 
ALC