SECTION ACADÉMIQUE SE-Unsa de ROUEN - 77 QUAI CAVELIER DE LA SALLE - 76100 ROUEN
Tél. 02 35 73 16 75 - Fax. 02 35 03 92 26 - ac-rouen@se-unsa.org

 
SĂ©rie GA Ă  Rouen : pas d’excès de zèle, Mme la rectrice !
Article publié le mardi 21 mai 2019.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

 Un point sur la filière gestion-administration (GA) Ă©tait Ă  l’ordre du jour au ComitĂ© Technique AcadĂ©mique de Rouen le mardi 30 mai. L’Unsa Education est intervenue sur 3 points : l’accompagnement des personnels, la carte cible des rĂ©ductions de capacitĂ© d’accueil et l’évolution de carte des formations.

- L’accompagnement des personnels

Nous avons insisté sur le fait que cette situation exceptionnelle devait avoir un traitement exceptionnel. L’accompagnement doit être fait avec une attention et une écoute toute particulière que ce soit pour les collègues qui seront en mesure de carte scolaire ou ceux qui souhaiteront s’orienter sur un projet de mobilité professionnelle.

Chaque collègue qui le souhaite pourra être reçu individuellement autant que nécessaire en prenant rendez-vous à la direction des personnels enseignants (DPE). Les fiches de renseignement retournées à la DPE 5 (service des PLP) serviront de base pour préparer l’entretien individuel à la rentrée prochaine.

Les enseignant.e.s concerné.e.s peuvent compter sur le SE-Unsa pour vous soutenir dans leurs démarches. N’hésitez pas à nous contacter pour toute question en écrivant à : plp.unsa.rouen@se-unsa.org

- La carte cible des réductions de capacité d’accueil

Sur la filière Gestion-Administration, le ministère souhaite diminuer de moitié les capacités d’accueil du baccalauréat professionnel à l’horizon 2022. Selon le ministère, cette réduction ne peut être uniforme sur les académies qui doivent tenir compte de leurs particularités.

Le calendrier prévisionnel de l’académie prévoit une diminution par deux de la capacité d’accueil sur les trois années à venir. Dans l’académie de Rouen, le poids des effectifs de GA n’est que de 7% sur l’ensemble des bacs pro alors qu’il est en moyenne de 13% nationalement. Des territoires importants seraient ainsi privés de cette formation. Le cas le plus flagrant est celui du BEF Louviers-Vernon ou seul Gisors aurait un maintien de bac pro GA avec
même un doublement des effectifs. Si nous pouvons comprendre qu’il faille des ajustements par bassin notamment au regard des problématiques d’insertion, ces suppressions annoncées nous semblent globalement excessives compte tenu du poids académique des GA et de l’aménagement du territoire.

C’est ce que nous avons signifié à l’administration qui a justifié cette décision en précisant qu’elle souhaitait un recrutement plus qualitatif et que cela correspondait à une injonction ministérielle !

Pour l’UNSA Éducation, l’application zélée du projet ministérielle sans pondération n’est pas acceptable. Nous l’avons clairement rappelé à Mme la rectrice par courrier (voir ci-dessous).

- L’évolution de la carte des formations

Pour l’UNSA Education, d’éventuelles réductions de capacité d’accueil ne peuvent s’envisager que si elles sont compensées par le renforcement de capacités d’accueil dans des formations existantes et/ou l’ouverture de nouvelles spécialités davantage porteuses d’insertion. Le choix de l’offre de formations de proximité est déterminant pour des jeunes qui restent peu mobiles.

L’administration rectorale avait considéré à l’origine de façon simpliste qu’il y avait suffisamment d’opportunités pour ces jeunes avec les places vacantes existantes et ce sans tenir compte de la nature des places (formations industrielles ou tertiaires) et du public très féminisé accueilli actuellement en bac pro GA.

Il y a eu depuis une évolution notable car, en CTA, l’administration a clairement reconnu que cet adéquationnisme était utopique. Une réflexion sur des projets d’ouvertures de nouvelles formations pour offrir d’autres possibilités d’orientation est menée avec les établissements.

Nous nous interrogeons sur les conséquences de ce manque d’anticipation sur les ouvertures potentielles dans les établissements concernés. Compte tenu des délais nécessaires pour faire évoluer la carte des formations, nous avons quelques inquiétudes. L’UNSA Education sera attentive à ce que ces nouvelles possibilités d’orientation voient effectivement le jour.


   Courrier Ă  la Rectrice   
(180 ko)
 
 
 
 
ALC