SECTION ACADÉMIQUE SE-Unsa de ROUEN - 77 QUAI CAVELIER DE LA SALLE - 76100 ROUEN
Tél. 02 35 73 16 75 - Fax. 02 35 03 92 26 - ac-rouen@se-unsa.org

 
Un rapport du Sénat pointe les écueils de la réforme de la voie professionnelle
Article publié le samedi 10 décembre 2011.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Madame Brigitte Gonthier-Maurin, sénatrice des Hauts-de-Seine, pointe les écueils de la réforme de la voie professionnelle dans un rapport concernant le projet de loi de finances.

Elle constate qu' « Ă  l'Ă©preuve des faits, malgrĂ© la mobilisation intacte de l'ensemble des personnels, enseignants, administratifs et chefs d'Ă©tablissement, [ …] que la rĂ©forme ne parvient pas Ă  rĂ©pondre aux nombreuses inquiĂ©tudes qu'elle a suscitĂ©es Â».

Avis du SE-Unsa
      Mme Gonthier-Maurin rejoint notre analyse. Dès le dĂ©but, le SE-Unsa a dĂ©noncĂ© la gĂ©nĂ©ralisation du bac pro 3 ans, et avec la suppression les BEP, la disparition de beaucoup de formations de niveau V de proximitĂ©.  
Malgré l'augmentation des capacités d'accueil en CAP, l'accès à une formation de niveau V s'est raréfié pour beaucoup de jeunes, particulièrement en zone rurale. Si bien que, par endroits, des jeunes intègrent un bac Pro faute de place en CAP.
      Dans le mĂŞme temps, nous assistons Ă  une massification en bac professionnel. Si le nombre de laurĂ©ats en bac Pro augmente, le pourcentage de rĂ©ussite, lui, diminue de façon significative.
Parallèlement, les taux d'érosion entre la 2nde/1ère et la 1ère/term sont considérables (de l'ordre de 15%). Mais où vont ces jeunes ? Apprentissage, MGI, dans la rue ?
Comme le souligne la sénatrice, si l’un des objectifs de la réforme se réalise (augmentation du nombre de bacheliers), c'est au détriment de l'autre, en l'occurrence du nombre de sorties sans qualification.
Peut-on parler dans ce cas de sécurisation des parcours avec la certification intermédiaire ?
Le SE-Unsa dénonce ce concept déconnecté de toute progression pédagogique. Cette certification n'est pas porteuse de sens pour les élèves et complexifie les tâches organisationnelles des enseignants avec les épreuves de CCF.
En conclusion, ce sont les élèves les plus fragiles qui sont les-laissés-pour-compte de cette réforme. C'est tout simplement scandaleux !

Vous trouverez l'ensemble du rapport en pièce jointe .


Le SE-Unsa n'aura de cesse de continuer son combat pour un véritable service public d'enseignement professionnel.
 


 
 
 
 
ALC