SECTION ACADÉMIQUE SE-Unsa de ROUEN - 77 QUAI CAVELIER DE LA SALLE - 76100 ROUEN
Tél. 02 35 73 16 75 - Fax. 02 35 03 92 26 - ac-rouen@se-unsa.org

 
IndemnitĂ©s de CCF, les textes sont enfin parus !
Article publié le mardi 14 septembre 2010.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Le Décret n° 2010-1000 du 26 août 2010 institue une indemnité au bénéfice des enseignants exerçant dans les lycées professionnels (sauf pour l’EPS) qui préparent, organisent et procèdent à l’évaluation par contrôle en cours de formation des acquis des élèves en vue de l’obtention du CAP, BEP et Bac professionnel et ce, à compter de l’année 2010 / 2011.

 

Cette indemnité aura un taux de base, qui variera en fonction du nombre d’élèves, de 83 à 108 pour l’année 2010/2011 et de 111 à 136 à partir de l’année suivante. Elle sera versée pour chaque épreuve ou sous épreuve prévue par les référentiels.

 

 

INDEMNITES CCF par épreuve

ou sous épreuve

Jusqu’à 15 élèves

De 16 à 24 élèves

A partir de 25 élèves

INDEMNITES 2010/2011

(période transitoire)

83 €

98 €

108 €

INDEMNITES 2011/2012

111 €

126 €

136 €

 

A noter : Cette indemnité n’est pas soumise à retenue pour pension civile. Le montant de l’indemnité allouée à chaque enseignant est fixé par le recteur sur proposition du chef d’établissement, par épreuve ou sous-épreuve dans la limite du taux de référence en fonction de la participation effective.

 

Les textes parus au JO du 29 Aout :

Décret n° 2010-1000 du 26 août 2010 instituant une indemnité au bénéfice des enseignants chargés de l’évaluation en cours de formation des épreuves de certains diplômes de la voie professionnelle

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000022748937&dateTexte=&categorieLien=id

 

30 Arrêté du 26 août 2010 fixant le taux de l’indemnité au bénéfice des enseignants chargés de l’évaluation en cours de formation des épreuves de certains diplômes de la voie professionnelle

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000022748955&dateTexte=&categorieLien=id

 

L’avis du SE-UNSA :

 

Le SE-UNSA se félicite que la charge de travail liée au CCF soit enfin prise en compte. C’est une revendication qu’il a portée avec constance lors des discussions sur la voie pro avec le ministère en 2008.

Ceci dit, pour le SE-UNSA, la généralisation du CCF à tout l’enseignement général en bac pro (hormis le français/HG) ne se justifiait en rien. L’administration se dédouane à bon compte, de l’organisation des examens et du coût y afférant.

Avec l’explosion du nombre de situations d’évaluation (diplôme intermédiaire et bac pro), les heures de cours diminuent, parfois de façon considérable. C’est particulièrement préjudiciable pour les disciplines qui ont peu d’heures semaine.

Ces multiples situations d’évaluation dans toutes les disciplines et dans tous les niveaux engendreront à l’évidence de grosses difficultés organisationnelles, amplifiées parfois par l’administration qui refuse la nécessaire souplesse.

De plus, le CCF nécessite un accompagnement et une régulation qui doivent être assurés par le corps d’inspection afin d’éviter les dérives. Ceux-ci ne sont malheureusement pas toujours effectifs et à la hauteur des enjeux.

 


 

 
 
 
 
ALC