SECTION ACADÉMIQUE SE-Unsa de NANCY METZ - 4 RUE A. MEZIERES - 54000 NANCY
Tél. 03 83 30 74 69 - Por. 06 62 68 82 99 - ac-nancy-metz@se-unsa.org

 
Projet d’évaluation : une FAQ tardive et aux contenus discutables
Article publié le jeudi 28 octobre 2021.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Le ministère a publiĂ© le 22 octobre une FAQ sur le projet d’évaluation en lycĂ©e GT. Cette mise en ligne tardive et partielle ne contribuera guère Ă  Ă©tablir le climat serein nĂ©cessaire Ă  un travail aux enjeux pĂ©dagogiques et institutionnels importants. 

 
 
Un problème de timing
 
Alors que dans de nombreuses acadĂ©mies, la pression a Ă©tĂ© forte sur les lycĂ©es pour qu’ils produisent leur projet d’évaluation avant les vacances de la Toussaint, le ministère n’est pour sa part pas parvenu Ă  publier une FAQ avant le dĂ©but des vacances ! Autant dire que ce document arrive trop tard pour un nombre très important d’équipes qui ont dĂ» boucler leurs travaux avant le 22 octobre. Le rappel du calendrier qui figure dans le document n’en paraĂ®t que plus dĂ©placĂ©.
 
 
Des questions... sans rĂ©ponses
 
La FAQ est composĂ©e de quatre chapitres : un consacrĂ© aux modalitĂ©s de mise en Ĺ“uvre, un autre au calcul des moyennes, un autre Ă  la gestion des absences et un dernier aux mesures transitoires pour le bac 2022. D’autres aspects comme la fraude, les amĂ©nagements pour les Ă©lèves en situation de handicap ou les Ă©volutions du projet sont annoncĂ©s sur le site ministĂ©riel comme devant ĂŞtre traitĂ©s ultĂ©rieurement, sans que l’on sache quand.
 
 
Des réponses ambigües
 
Si certaines questions trouvent des rĂ©ponses claires et sans Ă©quivoque (pas d’harmonisation des moyennes au sein d’un Ă©tablissement, pas de note zĂ©ro en cas d’absence Ă  une Ă©valuation…), d’autres rĂ©ponses font l’objet d’une rĂ©daction ambigĂĽe.
C’est le cas par exemple des enseignements concernés par le projet d’évaluation. La réponse ne distingue pas clairement les disciplines qui doivent participer (tronc commun, options et enseignements de spécialité de première) et celles qui peuvent s’associer à la réflexion mais qui n’y sont pas contraintes (le français et la philosophie).
 
 
Une FAQ qui va trop loin
 
La FAQ, qui devrait Ă©clairer la mise en Ĺ“uvre de la note de service, va parfois au-delĂ  : par exemple, elle invente une Ă©valuation ponctuelle trimestrielle au cas oĂą la moyenne d’un Ă©lève ne serait pas significative, du fait d’absences aux Ă©valuations, alors que la note de service ne prĂ©voit cette dĂ©marche qu’à la fin de chaque annĂ©e. 
 
 
Des principes qui s’appliquent à tous les enseignements
 
On pourra retenir que le projet d’évaluation peut indiquer des spĂ©cificitĂ©s disciplinaires mais qu’il est d’abord et surtout, voire uniquement, composĂ© de principes qui s’appliquent Ă  tous les enseignements. Au vu de ce que l’Inspection gĂ©nĂ©rale a rĂ©ussi Ă  dĂ©gager comme principes communs dans son Guide de l’évaluation, il sera difficile de faire le reproche aux Ă©quipes de proposer un projet trop gĂ©nĂ©ral ou trop vague. Soulignons que le point positif, c’est que ce cadre commun laisse une grande libertĂ© pĂ©dagogique aux Ă©quipes disciplinaires, ce que dĂ©fend le SE-Unsa depuis le dĂ©part.
 
 
Et si l’on refuse d’appliquer le projet d’évaluation ? 
 
Une question importante porte sur quoi faire quand un enseignant refuse d’appliquer le projet d’évaluation. Pour les auteurs de la FAQ, le projet d’évaluation constitue un cadre rĂ©glementaire qui s’impose Ă  tout enseignant. Le chef d’établissement est appelĂ© Ă  dialoguer avec l’enseignant concernĂ© et les services acadĂ©miques peuvent ĂŞtre sollicitĂ©s en dernier ressort. Pour quoi faire ? Ce n’est pas dit. Nous contestons cette interprĂ©tation car pour nous, la libertĂ© pĂ©dagogique n’est limitĂ©e que par les programmes et le projet d’établissement. Or, le projet d’évaluation ne fait pas partie du projet d’établissement. Quoiqu’il en soit, tenter de contraindre les enseignants Ă  entrer dans ce projet par la menace est totalement contreproductif. 
 
 
L’avis du SE-Unsa
 
Pour le SE-Unsa, le projet d’évaluation, document rĂ©glementaire prĂ©sentĂ© au Conseil d’administration, ne doit traiter que des enseignements relevant du contrĂ´le continu au baccalaurĂ©at, comme l’indiquent l’arrĂŞtĂ© et la note de service. Il doit rester suffisamment gĂ©nĂ©ral pour que les pratiques des enseignants puissent s’y inscrire sans difficultĂ©. Tous les personnels devraient y trouver leur place, dont les professeurs-documentalistes souvent associĂ©s au travail sur le Grand oral mais littĂ©ralement ignorĂ©s dans le Guide de l’évaluation, tout comme les Ă©quipes de vie scolaire qui ont par exemple Ă  traiter des absences. 
 
Par ailleurs, nous défendons l’idée que les équipes peuvent choisir de mener une réflexion partagée plus approfondie sur l’évaluation dans chaque enseignement. Tous les enseignements peuvent y participer car le contrôle continu n’est pas seulement important pour le baccalauréat. Il est aussi et surtout le fondement du dossier d’orientation de nos élèves.
 
Mais pour que ce travail collectif ait lieu et qu’il soit fructueux, il faut en prendre le temps, accompagner les Ă©quipes dans leur rĂ©flexion sans fournir des rĂ©ponses toutes faites, en reconnaissant la professionnalitĂ© de tous les acteurs, sans pressions contreproductives. Avec cette FAQ, et Ă  la suite du Guide de l’évaluation de l’Inspection gĂ©nĂ©rale, on est bien loin du compte. 
 

 

 
 
 
 
 
ALC