SECTION ACADÉMIQUE SE-Unsa de MONTPELLIER - 474 ALL HENRI II DE MONTMORENCY - 34000 MONTPELLIER
Tél. 04 67 64 51 38 - Fax. 04 67 64 32 02 - ac-montpellier@se-unsa.org

 
Enseignement professionnel : un rapport du HCE dĂ©calĂ©
Article publié le vendredi 20 novembre 2009.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

A l’instar de ses précédents travaux, le dernier rapport du Haut Conseil de l’Education, sur l’enseignement professionnel ne s’adresse pas aux spécialistes, mais au grand public. Il ne nous apprend rien de neuf dans sa partie « constats » sur l’enseignement professionnel et la réalité des difficultés auxquelles il est confronté pour accueillir et former « tous ceux à qui l’Ecole n’est pas parvenue à donner les bases indispensables pour avoir les meilleures chances de réussir dans la vie ».

Les enseignants de la voie professionnelle ne pourront que juger « décalé » un rapport très général dans ses constats et peu précis dans ses recommandations alors qu’ils se débattent chaque jour avec la mise en œuvre précipitée d’une réforme que le HCE appréhende positivement et souhaite « approfondir ».

Le SE-UNSA partage le scepticisme du HCE sur la certification intermédiaire, telle qu’elle est conçue dans la réforme. Cependant, à l’opposé du HCE, il ne souhaite pas la disparition d’une certification de niveau V dans le parcours vers le baccalauréat professionnel. Il demande que sa validation soit facilitée par une redéfinition des contenus de formation sous la forme d’unités capitalisables logiquement articulées.

Quant à l’idée de confier au lycée professionnel l’orientation des élèves entre CAP et baccalauréat professionnel après une période d’observation à l’entrée en seconde, elle ne pourrait être mise en œuvre que si tous les établissements offraient des CAP et des baccalauréats professionnels dans la même branche, ce qui est loin d’être le cas.

Le HCE a raison, en revanche, de demander que tous les élèves de SEGPA aient une place réservée en CAP. Mais le SE-UNSA s’oppose au principe d’une seconde année de formation au CAP exclusivement en apprentissage. Cette proposition nous parait tenir plus du discours à la mode que reposer sur une argumentation solide tenant compte de la réalité des évolutions de l’apprentissage.

Le HCE veut faire de l’avènement d’un enseignement professionnel qui soit « pour tous les élèves et apprentis une voie d’accès à un diplôme qui offre de réelles perspectives d’emploi et de progression professionnelle », « une grande cause nationale ». Le SE-UNSA ne peut que partager cet engagement. Les investissements qui seront faits à la rentrée 2010 dans les lycée professionnels, à la fois pour assurer la promotion d’un plus grand nombre d’élèves vers la première professionnelle et le baccalauréat professionnel et pour accueillir les plus fragiles en CAP, permettront de mesurer réellement l’engagement du gouvernement en faveur de cette cause.

 
 
 
 
ALC