SECTION ACADÉMIQUE SE-Unsa de LYON - 26 RUE VERLET HANUS - 69003 LYON
Tél. 04 72 13 08 20 - Fax. 04 72 12 05 28 - ac-lyon@se-unsa.org

 
IMP : pas de répartition dans la précipitation !
Article publié le vendredi 30 janvier 2015.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
 
 

Confusion autour des DHG ! Dans les établissements, la gestion des nouvelles IMP est source de nombreuses interrogations. Pour le SE-Unsa, il ne faut prendre aucune décision dans la précipitation.

Les IMP (indemnités pour mission particulière) sont destinées à indemniser les missions dont certaines étaient jusque-là reconnues par des décharges ou par l’IFIC. Le SE-Unsa a demandé et obtenu que l’attribution des IMP soit cadrée par une circulaire ministérielle. Mais cette circulaire n’est toujours pas connue.

Certains établissements ont déjà procédé à des répartitions sans connaître les règles nationales. Cette situation n’est pas acceptable. Pour le SE-Unsa, il faut reporter toute décision concernant la répartition des IMP tant que la circulaire ministérielle n’est pas officiellement parue.

Il est tout à fait possible de travailler sur les DHG et de répartir les heures d’enseignement indépendamment de l’indemnisation des missions. S’il y a une urgence, elle est sur la répartition des moyens d’enseignement car elle a des conséquences sur les postes d’enseignants. Les choix concernant l’indemnitaire peuvent être traités ultérieurement.

Pour le SE-Unsa, l’IMP doit d’abord servir à remplacer les dispositifs qui existaient précédemment (heures de labo/coordo, IFIC…). Elle doit aussi permettre de rémunérer des missions qui n’étaient jusque là pas indemnisées, par exemple la coordination disciplinaire notamment dans les équipes les plus nombreuses.
La possibilité d’allègements de service existe dans le décret, elle ne doit pas être négligée, en particulier pour les missions lourdes (ex : Numérique).

Ce sont ces principes que nous voulons voir inscrits dans la circulaire ministérielle.

Le ministère doit rapidement prendre ses responsabilités et permettre aux établissements de préparer la rentrée 2015 dans des conditions satisfaisantes. Aujourd’hui, il y a urgence !

 

 ►Voir aussi :

 

 
 
 
 
ALC