SECTION ACADÉMIQUE SE-Unsa de GRENOBLE - BOURSE DU TRAVAIL - 32 AV DE L EUROPE - 38030 GRENOBLE CEDEX 2
Tél. 04 76 23 38 54 - ac-grenoble@se-unsa.org

 
Bac 2021 : Il faut aller plus loin que les ajustements annoncĂ©s
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

 

Le ministre a fait connaĂźtre ses dĂ©cisions sur le bac 2021 par un communiquĂ© de presse publiĂ© Ă  22 h mardi 30 juin. Il conserve l’architecture globale de la rĂ©forme et propose quelques ajustements qui peineront Ă  satisfaire les attentes dans les lycĂ©es gĂ©nĂ©raux et technologiques. Le SE-Unsa portera des propositions pour aller plus loin au Conseil SupĂ©rieur de l’Éducation du 9 juillet.

 

Le ministre a saisi le comitĂ© de suivi de la rĂ©forme du lycĂ©e le 29 mai 2020 sur la question du contrĂŽle continu au bac GT avec comme objectif des dĂ©cisions et de nouveaux textes rĂ©glementaires avant les vacances d’étĂ©. Un calendrier trĂšs serrĂ© incompatible avec des transformations profondes : il Ă©tait donc prĂ©visible que ce chantier ne dĂ©boucherait que sur des ajustements limitĂ©s. La crise dans de nombreux lycĂ©es en janvier-fĂ©vrier autour des E3C1 suivie de la crise sanitaire avec son impact Ă  la fois sur les apprentissages des lycĂ©ens et sur l’organisation du bac 2020 (recours au contrĂŽle continu et toutes les questions que cela a soulevĂ©) plaidait pourtant pour des mesures fortes. Ce ne sera pas le cas. Le SE-Unsa le regrette et considĂšre que les dĂ©cisions annoncĂ©es ne constituent qu’une toute petite marche vers un bac Ă  la fois plus simple Ă  mettre en Ɠuvre, plus reprĂ©sentatif des acquis des Ă©lĂšves en s’appuyant sur des attendus et repĂšres nationaux forts.

 

 
Le détail des mesures annoncées par le ministre

 

  • Les E3C changent de nom pour s’appeler « Ă©valuations communes Â» (EC). Leur nombre est inchangĂ©. Le calendrier des EC sera travaillĂ© en conseil pĂ©dagogique, validĂ© en conseil d’administration et arrĂȘtĂ© par le chef d’établissement tĂŽt dans l’annĂ©e scolaire. ConcrĂštement, une note de service devrait indiquer qu’il faut privilĂ©gier fĂ©vrier-mars pour les EC1 en premiĂšre et que les EC2 et EC3 devraient ĂȘtre positionnĂ©s le plus tard possible dans l’annĂ©e scolaire (juin). Ce calendrier devra s’adapter Ă  celui des Ă©preuves terminales et surtout Ă  celui de Parcoursup.
  • Les commissions d’harmonisation aprĂšs chaque session d’E3C sont supprimĂ©es et remplacĂ©es par les jurys d’harmonisation de bac qui se rĂ©unissent Ă  la fin de chaque annĂ©e scolaire. Les Ă©lĂšves reçoivent leurs copies corrigĂ©es trĂšs rapidement, affectĂ©es d’une note provisoire. Cette note ne peut ĂȘtre que revalorisĂ©e par les jurys.
  • Aucune EC n’excĂšde 2 heures : l’objectif est de faire « tenir Â» les EC dans un crĂ©neau de deux heures de cours. En langues vivantes en terminale, on passe Ă  une heure trente pour l’écrit et 10 minutes pour l’oral.
  • Les sujets des EC sont pris dans la Banque Nationale qui doit Ă©voluer avec un comitĂ© d’utilisateurs, des retours des enseignants sur les sujets et une meilleure ergonomie.
  • Les copies des EC seront toujours anonymisĂ©es et la correction sera assurĂ©e par un autre professeur que celui de l’élĂšve.
  • Les Ă©preuves terminales ne dĂ©passeront pas 4 heures. L’épreuve terminale de LLCER sera de 3 heures et demie pour l’écrit et 20 minutes pour l’oral. L’épreuve d’EDS LLCER de fin de premiĂšre sera un oral de 20 minutes.
  • En premiĂšre et terminale, en enseignement scientifique, les enseignants choisiront 3 thĂšmes parmi les 4 du programme.
  • Des formations seront proposĂ©es pour les Ă©valuations communes et pour la prĂ©paration du grand oral.
  • Une cĂ©rĂ©monie de remise du diplĂŽme sera instituĂ©e, si possible dĂšs la rentrĂ©e 2020.

 

L’avis du SE-Unsa :
 
Au-delĂ  des mesures symboliques (changement de nom des E3C et cĂ©rĂ©monie de remise des diplĂŽmes), les mesures proposĂ©es dessinent un compromis entre souplesse d’organisation locale (calendrier, modalitĂ©s d’organisation) et maintien d’un cadre national (BNS, anonymisation et correction par un autre enseignant, jurys d’harmonisation) qui ne modifient pas fondamentalement la donne par rapport Ă  l’existant. La souplesse du calendrier est en effet toute relative. Tout au plus, on gagnerait un mois en premiĂšre pour les EC1. En terminale, des EC en juin soulagent le calendrier du deuxiĂšme trimestre. En revanche, on repassera pour la « reconquĂȘte du mois de juin Â», revendiquĂ©e par le ministre comme un des objectifs de la rĂ©forme.
 
Dans le cadre trÚs contraint imposé par le calendrier du ministre, ces mesures ne répondent pas à plusieurs attentes fortes des personnels.
 
La premiĂšre, c’est le besoin de temps en classe de premiĂšre pour que les Ă©lĂšves s’installent dans les apprentissages et acquiĂšrent les dĂ©marches mĂ©thodologiques requises par les Ă©valuations communes. Ce besoin sera encore plus fort l’annĂ©e scolaire prochaine. De plus, dans la mesure oĂč le ministre maintient les deux formes de contrĂŽle continu (bulletins et Ă©valuations communes) pour le bac, il faut trouver un moyen d’allĂ©ger la pression Ă©valuative. C’est pourquoi nous demanderons la suppression des EC1.
 
L’expĂ©rience de l’annĂ©e derniĂšre a montrĂ© que l’organisation locale s’est traduite par des inĂ©galitĂ©s fortes en termes de prise en compte du travail collectif (temps libĂ©rĂ© ou pas pour le choix des sujets et pour les corrections). Nous demanderons qu’un texte rĂ©glementaire accorde le temps nĂ©cessaire aux Ă©quipes pour ce travail.
 
Toujours dans l’objectif de reconnaissance de la charge de travail, nous revendiquerons la rĂ©ouverture de discussions avec la DGRH sur le montant et les modalitĂ©s d’attribution de l’indemnitĂ© de contrĂŽle continu.
 
On le sait, la rentrĂ©e dans les lycĂ©es s’annonce trĂšs difficile. Alors qu’il faudra relever le dĂ©fi de l’aprĂšs crise sanitaire, les effectifs des groupes seront en hausse, les moyens complĂ©mentaires seront mangĂ©s par les options facultatives quasi-obligatoires comme maths complĂ©mentaires et maths expertes. L’accompagnement des Ă©lĂšves sera rĂ©duit Ă  peau de chagrin. Les emplois du temps s’annoncent, eux aussi, redoutables. Tout cela sans allĂšgement assumĂ© des programmes ni reconfiguration des sujets pour les Ă©valuations communes. La question du contrĂŽle continu au bac focalise l’attention mais elle ne doit pas ĂȘtre l’arbre qui cache la forĂȘt des conditions d’apprentissages dĂ©gradĂ©es au lycĂ©e GT. C’est d’abord et surtout sur l’amĂ©lioration de leur quotidien que les enseignants attendent le ministre, pour eux et pour la rĂ©ussite de leurs Ă©lĂšves.

 

Mieux connaĂźtre le SE-Unsa, cliquer ICI

Mis Ă  jour le 03 juillet 2020

 
 
 
 
ALC