SECTION ACADÉMIQUE SE-Unsa de DIJON - 6 BIS RUE PIERRE CURIE - 21000 DIJON
Tél. 03 80 55 50 36 - ac-dijon@se-unsa.org

 
Mieux formĂ©s et mieux rĂ©munĂ©rĂ©s pour plus d’attractivitĂ© dès 2022 : le grand ratĂ© de la rĂ©forme Blanquer
Article publié le mercredi 20 octobre 2021.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
La rĂ©forme de la formation arrive enfin Ă  son terme. Après la place et les contenus de concours et les contenus de la formation initiale, voici enfin les arbitrages concernant l’indemnitaire, la prime entrĂ©e mĂ©tier et la position de stage des futurs nouveaux laurĂ©ats. 
 
 
Pour rappel, les principes mis en avant par le ministre pour justifier de cette Ă©nième rĂ©forme de la formation initiale (la 3e en 10 ans), Ă©taient ceux d’une plus grande professionnalisation de la formation, et la contribution Ă  la revalorisation des mĂ©tiers d’enseignants et d’éducation. Pour le SE-Unsa qui a votĂ© contre cette rĂ©forme dès les premières dispositions en 2020, sans surprise mais avec une inquiĂ©tude grandissante pour l’attractivitĂ© de nos mĂ©tiers, c’est bel et bien ratĂ©.
 
 
Une année de stage à temps plein pour les lauréats de concours issus des master Meef
 
DĂ©sormais, les laurĂ©ats des concours d’enseignement et de CPE, s’ils justifient d’un master Meef, ne bĂ©nĂ©ficieront plus d’une annĂ©e de stage alternant pratique et formation. Ils exerceront Ă  temps complet, avec un crĂ©dit de jours de formation qui iront de 10 Ă  20 jours selon les choix des rectorats et InspĂ© locaux.
 
Rappelons qu’une formation professionnalisante ce n’est pas rĂ©duire la formation Ă  la pratique, mais introduire progressivement, tout au long de la formation initiale, l’exercice du mĂ©tier. Ce choix de placer en pleine responsabilitĂ© de jeunes enseignants et CPE qui n’auront, au mieux et pour certains, que pour seul bagage professionnelt une annĂ©e d’exercice Ă  tiers temps, et pour d’autres seulement 18 semaines de stage d’observation et de pratique accompagnĂ©e, fait tomber ce premier argument rabattu par le ministre.
 
 
Une indemnité de 1 200 euros, une prime de 1 500… Mais pas pour tous
 
Une nouvelle indemnitĂ© de 1 200 euros est allouĂ©e Ă  certains enseignants et aux CPE stagiaires. C’est avec cet argument de la carotte financière que le ministère prĂ©tend attirer les Ă©tudiants vers le master Meef… Or l’indemnitĂ© nouvellement crĂ©Ă©e sera versĂ©e au prorata du temps de service. Les stagiaires ex-Ă©tudiants non Meef qui eux bĂ©nĂ©ficieront d’une dĂ©charge de service Ă©quivalente Ă  un mi-temps (l’autre moitiĂ© Ă©tant consacrĂ©e Ă  de la formation), ne percevront donc que la moitiĂ© de l’indemnitĂ©.
 
En plus de crĂ©er une inĂ©galitĂ© entre les stagiaires selon leur position de stage, elle en crĂ©era Ă©galement une entre les corps. Pour le ministère, il s’agit de prendre en compte le dĂ©placement du concours en fin de M2 liĂ© Ă  la rĂ©forme. ConsidĂ©rant que les agrĂ©gĂ©s et psychologues de l’Éducation nationale ne sont pas impactĂ©s par la rĂ©forme puisque leur concours avait dĂ©jĂ  lieu en fin de M2, ils en seront donc exclus.
Rarement indemnitĂ© aura Ă©tĂ© si incohĂ©rente et inĂ©galitaire. Le SE-Unsa, suivi par l’ensemble des organisations syndicales, l’a fermement dĂ©noncĂ©e lors des dĂ©bats et du vote.
 
 
Une prime d’entrée dans le métier qui continue de laisser de côté la majorité des anciens contractuels
 
Cette prime de 1 500 euros versĂ©e lors de l’annĂ©e de titularisation a Ă©tĂ© modifiĂ©e suite Ă  l’alerte du SE-Unsa pour permettre d’intĂ©grer les ex-AED prĂ©pro et contractuels alternants des master Meef. Nous demandions Ă©galement qu’elle soit dĂ©sormais Ă©tendue Ă  l’ensemble des ex-contractuels laurĂ©ats de concours, en juste reconnaissance du service dĂ©jĂ  rendu dans des conditions de faible rĂ©munĂ©ration. Le ministère le refuse, au motif que ceux-ci bĂ©nĂ©ficient d’un reclassement. C’est certes vrai, mais seuls celles et ceux avec une anciennetĂ© importante peuvent bĂ©nĂ©ficier d’un reclassement permettant de compenser cette perte. 
 
Sur ces deux volets financiers l’argument de la revalorisation soutenu par le ministre tombe donc Ă©galement : compenser en partie ce n’est pas compenser pleinement, et c’est encore moins revaloriser.
 
 
L’avis du SE-Unsa
 
Ces dernières dispositions qui permettent enfin de connaĂ®tre les tenants et aboutissants de la rĂ©forme, en plus de marquer notre opposition profonde, renforcent notre inquiĂ©tude quant Ă  ses effets tant sur la qualitĂ© de la formation des enseignants et des CPE, leurs conditions d’entrĂ©e dans le mĂ©tier et leur carrière, que sur ses inĂ©vitables rĂ©percussions sur les conditions de scolaritĂ© des enfants et des jeunes. Dès les premières dispositions en 2020, le SE-Unsa et sa fĂ©dĂ©ration se sont prononcĂ©s contre la rĂ©forme de la formation initiale voulue par le ministre Blanquer. ImpensĂ©e, incohĂ©rente, mal prĂ©parĂ©e, elle est tout sauf ce dont notre système Ă©ducatif avait besoin.
 
 
> > Lire aussi : 
 
 
 
 
 
ALC