SECTION ACADÉMIQUE SE-Unsa de DIJON - 6 BIS RUE PIERRE CURIE - 21000 DIJON
Tél. 03 80 55 50 36 - ac-dijon@se-unsa.org

 
Nomination, prolongation, dĂ©mission de stagiaires : quel bilan ?
Article publié le lundi 24 mai 2021.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
Ă€ la demande du SE-Unsa, le ministère a dressĂ© le bilan des nomination et titularisation des enseignants du second degrĂ©, CPE et PsyEN. Nous avons demandĂ© qu’il soit complĂ©tĂ© d’un bilan pour les enseignants du premier degrĂ©. 
Ce bilan donne des Ă©lĂ©ments chiffrĂ©s sur les nominations, licenciements et dĂ©missions des stagiaires entre 2014 et 2019. En voici les Ă©lĂ©ments saillants.
 
 
Baisse du nombre de stagiaires
 
L’évolution du nombre de stagiaires nommĂ©s en 2019-2020 est Ă  la baisse, passant de 12 803 en 2018-2019 Ă  11 881 pour 2019-2020, soit - 7,2 %.

Cette baisse s’observe depuis 2015. Si le nombre de postes offerts aux concours impacte de facto l’évolution de ce taux, il faut Ă©galement prendre en compte le paramètre d’attractivitĂ© : tous les concours ne font pas le plein, et des laurĂ©ats renoncent chaque annĂ©e au bĂ©nĂ©fice du concours avant mĂŞme leur nomination en tant que stagiaires : un fait que seul le cas des candidatures multiples ne peut expliquer.
 
 
Baisse du nombre de titularisations
 
Assez logiquement, le nombre de titularisĂ©s est Ă©galement en baisse avec
10 093 titularisĂ©s pour l’an passĂ© contre 11 135 en 2018-2019.

C’est une baisse constante depuis 2014-2015 que la baisse démographique ne saurait justifier. Chacune et chacun constate le besoin d’une politique de recrutement nettement plus ambitieuse pour exercer efficacement et sereinement les missions d’enseignement, d’éducation, d’accompagnement et d’orientation.
 
 
Stabilité des licenciements et démissions
 
Le nombre de licenciements est plutĂ´t stable, avec une baisse observĂ©e en 2019-2020. Chaque annĂ©e, parmi les environ 10 % de stagiaires qui ne sont pas titularisĂ©s, environ 1,5 % sont licenciĂ©s (les autres Ă©tant prolongĂ©s pour non-dĂ©tention du master ou pour des motifs de santĂ©).
 
Le nombre de dĂ©missions reste Ă©galement stable. Depuis 2017, elles ne concernent qu’à peine 3 % des stagiaires nommĂ©s. Ce taux plutĂ´t rassurant continuera d’être observĂ© de près - il n’est mesurĂ© que depuis 2017 - et le ministère n’ignore pas qu’il le sera avec d’autant plus d’attention dans le contexte d’une rĂ©forme de la formation unanimement dĂ©criĂ©e.

 

 
 
 
 
 
ALC