SECTION ACADÉMIQUE SE-Unsa d'AIX MARSEILLE - 14 RUE ASTOUIN - 13002 MARSEILLE
Tél. 09 72 38 19 17 - ac-aix-marseille@se-unsa.org

 
Eduquer Ă  la dĂ©fense et Ă  la sĂ©curitĂ© civile : une initiative d’enseignants de la citĂ© scolaire d’Embrun
Article publié le dimanche 18 septembre 2016.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Le SE-Unsa d’Aix-Marseille essaie dans la mesure du possible de vous informer rĂ©gulièrement des initiatives et des projets pĂ©dagogiques qui Ă©closent et qui se dĂ©veloppent dans l’acadĂ©mie. Eduquer Ă  la dĂ©fense et Ă  la sĂ©curitĂ© civile pourrait ĂŞtre considĂ©rĂ© comme quelque peu insolite. Pourtant, cet enseignement facultatif connaĂ®t un rĂ©el succès auprès des jeunes de la citĂ© scolaire d’Embrun. On s’y forme autour des valeurs d’entraide, de partage, d’effort collectif… On s’intĂ©resse Ă  la gĂ©opolitique et on y parle citoyennetĂ©.  Cela mĂ©ritait d’être connu et soulignĂ©. PrĂ©sentation du coordonnateur du projet, Lionel Liron, professeur d’histoire-gĂ©ographie :

Un enseignement facultatif de plus en plus plĂ©biscitĂ© par les Ă©lèves 

Mis en place pendant l’annĂ©e scolaire 2008-2009 Ă  la citĂ© scolaire d’Embrun dans les Hautes-Alpes, l’enseignement facultatif « Education Ă  la DĂ©fense et SĂ©curitĂ© Civile Â» (EDSC), fonctionne depuis 8 ans.

En 2010, il est affiliĂ© aux classes dites de « DĂ©fense et SĂ©curitĂ© Globales Â» (voir protocole mai 2016 - BO n°26 30 juin 2016). Ce travail est avant tout un projet scolaire, coordonnĂ© par L. Liron, professeur d’Histoire-GĂ©ographie, et bĂ©nĂ©ficiant de nombreux partenariats (acteurs de la DĂ©fense et sĂ©curitĂ© civile, acteurs Ă©conomiques et sociaux locaux, parents). Il permet aux Ă©lèves de 13 Ă  18 ans d’acquĂ©rir une meilleure connaissance des questions dites de « DĂ©fense et sĂ©curitĂ© globales » tout en dispensant  des cours de gĂ©opolitique  ainsi de s’interroger sur les valeurs citoyennes.

Dès le dĂ©part deux perspectives fondent ce projet : d’une part, la spĂ©cificitĂ© d’Embrun, citĂ© scolaire pouvant mener le projet de la Troisième Ă  la Terminale ; d’autre part, la volontĂ© de fĂ©dĂ©rer les Ă©lèves et les enseignants autour d’un projet porteur.

Pour l’année 2016-2017, les effectifs de cet enseignement sont de: 28 élèves en classe de 3e, 24 en classe de 2nde et 26 pour le groupe 1res-Tles.

 

Un projet demandant un fort investissement scolaire et une dynamique qui se renforce par le travail effectué lors des journées de stage.

Avec la participation d'un professeur d’Anglais (C.Turblin) et d'un professeur de MathĂ©matiques (N. Hurlin), le projet est axĂ© sur le travail d’équipe qui dynamise les activitĂ©s. L’engouement des Ă©lèves pour cet enseignement, qu’ils nomment « option dĂ©fense Â» apporte très vite un profil scolaire basĂ© sur les valeurs de confiance, de respect, de sĂ©rieux et d’égalitĂ© des sexes. On remarque ainsi que la plupart des classes demeurent depuis le dĂ©but fortement fĂ©minisĂ©es (20 filles pour 8 garçons en 3e). Les activitĂ©s liĂ©es Ă  cet enseignement accentuent aussi le volontariat des Ă©lèves et leur engagement contribuant Ă  renforcer un Ă©tat d’esprit positif.   

Cet enseignement est constituĂ© de 19 journĂ©es de stage dont la majoritĂ© concerne la classe de 3e :

  • 1 journĂ©e de prĂ©sentation des partenaires Ă  la mi-octobre pour une première prise de contact ;
  • 5 jours de stage aux Ecoles des Officiers de l'ArmĂ©e de l'Air de Salon-de-Provence pour les 2ndes dĂ©but dĂ©cembre ;
  • 3 jours en immersion au 4e RĂ©giment de Chasseurs de Gap, chez les gendarmes puis les pompiers d’Embrun fin janvier pour les 3e ;
  • 2 journĂ©es au CODIS-CTA (Centre OpĂ©rationnel DĂ©partemental d'Incendie et de Secours) et au CORG (Centre d'OpĂ©rations et Renseignements de la Gendarmerie) de Gap en mars pour les 3e ;
  • 3 journĂ©es Ă  la LĂ©gion en avril pour les 1res et Tles ;
  • 1 journĂ©e d’exercice avec la DĂ©lĂ©gation DĂ©partementale des Hautes-Alpes en avril pour les 3e ;
  • 1 raid de 24h regroupant tous les Ă©lèves de 3e Ă  Tle fin avril ;
  • 2 journĂ©es de stage cohĂ©sion pour les 3e avec le 4RCh fin mai ;
  • 1 journĂ©e Ă  l’Arsenal de Toulon pour les 2 ndes dĂ©but juin

Il s’appuie aussi sur la participation volontaire aux commĂ©morations. Pour l’annĂ©e 2015-2016, 63 Ă©lèves ont participĂ© au 11 novembre, 35 au 19 mars (Guerre d’AlgĂ©rie), 18 au 27 avril (DĂ©portĂ©s), 35 au 8 mai, 35 au 8 juin (Indochine), 30 pour le 18 juin. Aux cours de ces cĂ©rĂ©monies du Souvenir, les Ă©lèves sont acteurs en tant que porte-drapeau et lecteurs des discours ; certains participent hors du groupe, dĂ©lĂ©guĂ©s dans les communes environnantes.

 

Un partenariat diversifié

Le projet EDSC bĂ©nĂ©ficie d’une forte adhĂ©sion locale et de l’investissement de nombreux partenaires :

  • les partenaires originels et rĂ©currents du projet : 4e RCh de Gap dont le 1er escadron est parrain de la classe de 3e) ; Gendarmes des Hautes-Alpes ; SDIS05 ; DĂ©lĂ©gation Militaire DĂ©partementale des Hautes-Alpes ;
  • les partenaires du cycle lycĂ©e : EOAA de Salon-de-Provence, Marine Nationale de Toulon, LĂ©gion Etrangère ;
  • les partenaires occasionnels : MĂ©decins du Monde, Croix Rouge, ONCFS ;
  • les partenaires civils : prĂ©fecture des Hautes-Alpes, Conseil DĂ©partemental, Mairie d’Embrun, mairies des communes environnantes, Associations de MĂ©moire, Associations locales et acteurs Ă©conomiques.

 

Le Grand Oral à la fin de la classe de troisième

Le cycle de « 3e DĂ©fense Â» est basĂ© sur un vĂ©ritable parcours scolaire s’appuyant sur trois notes par trimestre et se concluant par le Grand Oral. Celui-ci constitue la dernière note de l’annĂ©e. Les Ă©lèves prĂ©sentent alors un mĂ©moire de 15 pages qu’ils ont travaillĂ© en binĂ´me toute l’annĂ©e sur des questions de gĂ©opolitiques ou liĂ©es Ă  la DĂ©fense. Leur prestation est Ă©valuĂ©e Ă  l’oral (prĂ©sentation et power point de 15 minutes minimum) par un jury de 3 personnes regroupant civils, militaires, pompiers et gendarmes.

Le mémoire et l’exposé sont aussi assortis de compétences complémentaires (français, anglais, espagnol, italien, géopolitique, arts plastiques et mathématiques) pour les élèves sur des sujets connexes à leur mémoire et illustrées là aussi prestation orale explicative et complémentaire (trois minutes minimum et power point).

 

Un enseignement en quĂŞte de reconnaissance

DĂ©butĂ© en 2008 avec 23 Ă©lèves en collège et 6 en lycĂ©e, cet enseignement facultatif regroupe dĂ©sormais 76 Ă©lèves. La motivation et la cohĂ©sion se retrouvent au cĹ“ur du projet. Pour autant, il n’a ni le statut d’option reconnue au BaccalaurĂ©at, ni mĂŞme un nom dans les nomenclatures de l’Education nationale puisqu’à dĂ©faut, il occupe la case ATART : Atelier Artistique !

Alors, dans un contexte politique national et international qui interroge chaque jour  un peu plus nos Ă©lèves, Ă  un moment oĂą les questions de citoyennetĂ© et de valeurs de la RĂ©publique font dĂ©bat, Ă  l’heure oĂą les rĂ©formes de l’Education Nationale demandent davantage de transdisciplinaritĂ©, d’investissement dans des dĂ©marches moins classiques permettant de dĂ©boucher sur des projets concrets et motivants, il me semble que cet enseignement a non seulement toute sa place au sein d’un Ă©tablissement scolaire mais qu’il rĂ©pond Ă  une vĂ©ritable attente pĂ©dagogique de la part des Ă©lèves.   

Lionel Liron

 

 

 
 
 
 
Cliquez pour agrandir