SECTION ACADÉMIQUE SE-Unsa de HORS DE FRANCE - 209 BD ST GERMAIN - 75007 PARIS
Tél. 01 44 39 23 17 - hdf@se-unsa.org

 
RĂ©union ISVL du 22 juin
Article publié le vendredi 25 juin 2021.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Ce mardi 22 juin a eu lieu, en visioconférence, le Groupe de Travail relatif à l’ISVL de ce deuxième trimestre de l’année. En ce qui concerne ce barème de juillet, l’enveloppe consacrée à l’ISVL est en légère hausse (de 111000 euros).

Ceci étant, de nombreux collègues nous ont fait part de leurs remontées concernant l’ISVL depuis janvier et le reclassement. Nous avons répété à l’Agence que les tendanciels très fortement à la baisse définis par le reclassement de janvier ne pouvaient être pris en compte en l’état. En effet, des pays qui auraient dû voir leur ISVL baisser fortement continueront d’être impactés par des baisses successives à chaque trimestre à cause de ce tendanciel très largement défavorable. Des solutions doivent être trouvées pour éviter des décrochages toujours plus importants pour certains pays. Nous avions déjà alerté l’AEFE à ce sujet, là où une vraie crise de recrutement se fait déjà sentir sur certaines zones à l’attractivité limitée. Si rien n’est fait pour améliorer la situation de certains de ces pays, elle ne fera que s’accentuer.

Le Se-Unsa est également intervenu une nouvelle fois sur le prix des billets au moment du reclassement de janvier. Nous avions déjà demandé à ce que soit pris en compte le prix des billets au moment où les collègues les achètent. En effet, se baser sur le prix d’un billet en décembre pour un retour début juillet ne nous semble pas pertinent. Nous savons très bien qu’il existe de forts écarts avec des billets qui seraient pris à quelques semaines ou jours du départ. Il semblerait donc que cette fois nous ayons été entendu et qu’une comparaison sera faite lors du prochain reclassement sur le coût des billets en décembre et en juin.

Autre information en marge de barème, l’Agence a annoncĂ© la crĂ©ation de deux nouvelles zones, la Birmanie (Rangoon) et l’ArmĂ©nie (Erevan). Ces crĂ©ations sont liĂ©es au conventionnement temporaire de ces deux Ă©tablissements. Pour rappel, en termes de mĂ©thodologie utilisĂ©e pour crĂ©er une nouvelle zone, l’AEFE s’appuie sur une zone proche dĂ©jĂ  existante (pour le cas de la Birmanie, la zone de « rĂ©fĂ©rence Â» sera le Bangladesh) et effectue le ratio entre l’indemnitĂ© d’expatriation des deux pays. En parallèle, elle procĂ©dera de la mĂŞme manière en utilisant le ratio consĂ©cutif Ă  la mise Ă  jour effectuĂ©e en janvier. Toutes les variables du reclassement sont prises en compte (coĂ»t du loyer, du transport, indice MERCER, etc…). Au final, ce sera la moyenne de ces deux ratios (indemnitĂ© d’expatriation et reclassement) qui servira de base au calcul de la nouvelle zone.

Ainsi, malgré cette légère hausse de l’enveloppe ISVL, nous avons pu faire des propositions pour annuler la baisse de l’ISVL de certains pays qui allaient être très fortement touchés. De ce fait, quatre pays se verront appliquer un barème plus favorable que celui prévu à l’origine. Il s’agit de l’Argentine, de l’Ile Maurice, des Seychelles et du Brésil (pour Sao Paulo et Rio).

Si vous avez des questions, concernant l’ISVL de votre pays ou de votre ville, n’hésitez pas à nous contacter hdf@se-unsa.org.

 
 
 
 
 
Cliquez pour agrandir