SECTION ACADÉMIQUE SE-Unsa de HORS DE FRANCE - 209 BD ST GERMAIN - 75007 PARIS
Tél. 01 44 39 23 17 - hdf@se-unsa.org

 
Info lettre du SE-Unsa HDF n°5
Article publié le mardi 12 novembre 2019.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
 

Commençons par le sujet d’actualitĂ© qui nous prĂ©occupe : la rĂ©forme des retraites. En effet, au regard des discussions de la semaine passĂ©e, il Ă©tait inconcevable pour la section du SE-Unsa Hors de France de ne pas appeler Ă  la grève. Nous appelons donc tous les personnels du rĂ©seau des Ă©tablissements français Ă  l’étranger Ă  se mettre en grève et Ă  manifester le jeudi 5 dĂ©cembre 2019 pour exiger des rĂ©munĂ©rations qui reconnaissent enfin leurs mĂ©tiers et leur garantissent le maintien de leur niveau de pension dans un futur système universel de retraites.

Les enseignants qui perçoivent peu d’indemnités et primes seraient largement perdants dans un système unique qui substituerait la prise en compte de toutes les rémunérations sur l’ensemble de la carrière au calcul de leur retraite sur l’indice détenu au cours des six derniers mois. Le président et le gouvernement l’ont d’ores et déjà reconnu comme ils ont reconnu le décrochage des salaires des enseignants par rapport à des corps équivalents de la fonction publique et aux enseignants des autres pays européens. Mais les mois filent sans que les engagements à revaloriser ne se concrétisent.

Récemment, un courrier officiel du ministre de l’Éducation Nationale prenant l’engagement d’inscrire cette revalorisation dans la future loi sur les retraites a été annoncé lors de la deuxième réunion ministérielle. Cela aurait pu être un début de bonne nouvelle mais le SE-Unsa constate l’absence d’annonces de premières mesures « sonnantes et trébuchantes » qu’il avait demandées pour attester de l’engagement de l’exécutif.

Au niveau du rĂ©seau maintenant, cette semaine, se sont ouvertes les premières discussions autour de la Maternelle dans le rĂ©seau EFE (Enseignement Français Ă  l’Étranger). Vous remarquerez au passage comme les choses vont vite puisque l’on parle bien de la Maternelle dans le rĂ©seau EFE et non AEFE. On pourrait presque s’étonner de voir Ă  quel point l’opĂ©rateur public, l’AEFE, s’est vite adaptĂ© Ă  ce nouveau contexte de l’EFE. L’Agence se revendique bien comme la colonne vertĂ©brale de ce « nouveau rĂ©seau » oĂą des Ă©tablissements partenaires occupent une place bien trop importante selon nous. Enfin bref, il paraĂ®trait que ce serait dans l’intĂ©rĂŞt du dĂ©veloppement de l’enseignement français Ă  l’étranger. Nous nous permettons d’avoir encore de sĂ©rieux doutes et nous ne manquerons pas d’en tirer les conclusions qu’il faut. Comme on dit c’est Ă  la fin du bal que l’on paie les musiciens mais pour le « coĂ»t Â», il sera peut-ĂŞtre dĂ©jĂ  trop tard pour sauver ce qui pourra encore l’être, et en l’occurrence il en va de la crĂ©dibilitĂ© de notre rĂ©seau et surtout de notre modèle Ă©ducatif.

Pour en revenir au sujet de départ, il s’agit au travers de ces réunions qui engageront la communauté éducative dans son ensemble à dégager un consensus sur les atouts spécifiques de la maternelle en insistant sur l’intérêt pour les élèves d’une scolarisation dès la maternelle dans le réseau. Ce constat part de différentes analyses qui montrent que notre école maternelle est en léger recul depuis quelque temps. Les facteurs sont multiples, ils peuvent tout aussi bien être endogènes qu’exogènes, et varient le plus souvent d’une zone à une autre. L’objectif est donc bien de défendre notre modèle et surtout la spécificité voire le caractère unique de ce que l’on peut proposer en matière de scolarisation à cet âge-là.

De notre cĂ´tĂ©, nous avons  insistĂ© lors de cette première rencontre sur l’importance des moyens qui devront ĂŞtre mis en Ĺ“uvre en termes de recrutement et de formations pour ĂŞtre Ă  la hauteur de ces enjeux.

Je souhaiterais aussi pour terminer, au nom de toute l’équipe du SE-Unsa Hors de France, apporter mon soutien à tous nos collègues actuellement en Haïti,au Chili, en Bolivie et au Liban où la situation est particulièrement difficile ces temps-ci.

 

Djamel Souiah

 

 
 
 
 
 
Cliquez pour agrandir