SECTION ACADÉMIQUE SE-Unsa de HORS DE FRANCE - 209 BD ST GERMAIN - 75007 PARIS
Tél. 01 44 39 23 17 - Por. 0608905653 - hdf@se-unsa.org

 
Communiqué de presse
Article publié le jeudi 29 août 2019.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

CommuniquĂ© de Presse de la section du SE-Unsa « Hors de France Â»

 

RĂ©forme de l’EFE : le compte n’y est pas !

 

A l’occasion de son discours de clôture de la conférence des ambassadeurs et des ambassadrices, le Ministre des Affaires Étrangères et de l’Europe, Monsieur Le Drian, a annoncé les axes importants de la réforme à venir de l’Enseignement Français à l’Étranger.

 

Il a rappelĂ© que le gouvernement poursuivait l’objectif « ambitieux Â» de doubler les effectifs dans le rĂ©seau des Ă©tablissements français Ă  l’étranger. Le Se-Unsa considère cet objectif utopique, Ă  fortiori au regard des moyens et des mesures qui seront mis en place prochainement.

 

En premier lieu, si nous pouvons saluer l’annonce d’une augmentation du nombre d’enseignants détachés (1000 enseignants), nous jugeons qu’elle reste tout de même insatisfaisante, les moyens en personnels n’étant pas à la hauteur de l’objectif poursuivi. De plus, il ne faut pas oublier qu’ils ne viendraient que combler la perte de plus de 500 postes ces dernières années.

 

Ensuite, une augmentation du budget, et ce dès 2020 (à hauteur de 25 millions d’euros), reste louable mais elle ne compensera en aucun cas la diminution sévère (près de 33 millions) du budget de l’AEFE en 2017.

 

Enfin, la simplification des procédures d’homologation des établissements ne pourrait, à elle seule, permettre d’atteindre le doublement des effectifs. Si le Se-Unsa entend les assurances ministérielles sur le maintien de la qualité et de l’excellence de notre réseau, il redoute une homologation au rabais qui ne viendrait que servir cette intention de développement.

 

Ces premières annonces confirment les éléments présentés lors des différentes phases de concertation. Le Se-Unsa attend maintenant le détail des mesures qui seront prises, mais en l’état ,nous considérons qu’elles ne sont clairement pas à la hauteur des enjeux énoncés.

 

 

Paris, le 29 août 2019

 
 
 
 
Cliquez pour agrandir