SECTION ACADÉMIQUE SE-Unsa de HORS DE FRANCE - 209 BD ST GERMAIN - 75007 PARIS
Tél. 01 44 39 23 17 - hdf@se-unsa.org

 
GT barème CCPL
Article publié le mercredi 3 avril 2019.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Mardi 26 mars 2019, Adrien Guinemer et Djamel Souiah ont participé dans les locaux parisiens de l'AEFE à une réunion de travail sur les nouveaux barèmes de CCPL suite aux nouvelles modalités d’évaluation dans le cadre du PPCR. Deux autres réunions sur ce thème au moins seront prévues à l'AEFE dont au moins une portera sur le projet de nouveau calendrier.

Pour commencer, l'Agence a rappelé qu'elle conserve ses priorités de recrutement telles que définies dans les dernières IGRR (Instructions Générales de Recrutement des Résidents). Pour rappel les priorités sont les TNR (Titulaires Non Résidents) dans l'établissement, les résidents de pays touchés par une mesure de cartes des emplois ou ancien PDL (après l'année de stage et les deux ans titulaires) et les conjoints d'expatriés, de résidents ou de contrats locaux. Ensuite viennent, hors priorité, les titulaires résidant dans le pays.

En dehors de ces priorités, l'administration a fait un certain nombre de propositions sur lesquelles le Se-Unsa s'est positionné. Nous avons exprimé notre opposition sur certaines lignes à ne pas franchir et avons été force de proposition pour améliorer les idées soumises par la DRH de l'opérateur public.

Ce cadre se veut ĂŞtre une trame Ă  destination des CCPL qui rĂ©digeront leur propre barème. Il sert Ă  dĂ©finir des critères de classement.  Il a Ă©tĂ© proposĂ© de scinder ce barème en 2 parties. La première prendrait en compte des critères que chaque CCPL se devra de considĂ©rer obligatoirement et que nous vous exposons Ă  la suite.

1/ Échelon : Dans un premier temps, l'AEFE proposait de garder un barème tenant compte de l'échelon (système de compensation tel qu'utilisé déjà dans de très nombreuses CCPL qui permettait de compenser les notes des candidats en milieu de carrière face aux candidats plus expérimentés). Le Se-Unsa s'est exprimé sur la non-pertinence de conserver un tel système. Cela sera à mettre en relation avec le point suivant.

2/ Rendez-vous de carrière : prise en compte du bilan du rdv de carrière des 6ème, 8ème  9ème Ă©chelon. Nous sommes d'accord pour prendre en compte cet Ă©lĂ©ment dans le barème. Pour autant, nous ne savons toujours pas de quelle manière nous allons pouvoir "barĂ©mer" ces diffĂ©rents rdv de carrière. L'idĂ©e est de prendre en compte le dernier rdv de carrière. Pour le SE-Unsa, la prise en compte de ces rdv de carrière pose malgrĂ© tout quelques difficultĂ©s : comment prendre en compte la situation des agents qui n'auront jamais de rdv de carrière et les entrants dans le mĂ©tier qui n'en auront pas avant le 6ème Ă©chelon. Nous avons proposĂ© de nous appuyer d'une part sur les anciens rapports d'inspection et d'autre part sur les rapports de titularisation et/ou de visites.

3/ Les certifications et habilitations de compétences spécifiques (Exemple : liste d’aptitude directeur, CAFIPEMF, langues, FLE, FLSCO…) et les justificatifs d’encadrement de missions particulières. Là encore, nous ne nous opposons pas à ce que soient demandées ce type de certifications ou habilitations mais à la seule condition que la nature du poste l'exige. Le SE-Unsa s'oppose à l'hyper profilage des postes. Si cela n'est pas nécessaire, il n'y a aucune raison de les demander ou de les exiger.

4/ Le nombre de candidatures précédentes dans le même pays : En effet de tels critères apparaissent également dans les barèmes nationaux et il faut que les candidats qui ont un projet constant puissent être "récompensés", quand bien même le ou les candidats déposeraient de nombreuses candidatures dans différents pays. Il s'agit d'une nouveauté que nous appelons de nos vœux.

5/ La bonification liée à l’expérience du réseau : sur ce point, le Se-Unsa a demandé des précisions. L'AEFE entend par là l'expérience en EGD (Établissement en Gestion Directe) et en EGC (établissement en Gestion Conventionnée). Nous avons rappelé que nous appelons à la mobilité pour tous dans nos mandats. Ainsi le Se-Unsa insiste sur la possibilité pour tous de partir enseigner à l'étranger. Cela ne doit pas être réservé à certains personnels qui rentreraient tous les 6 ans pour quelques années en France et seraient alors favorisés par un tel critère. De plus, nous pensons que les collègues en France font aussi preuve d'adaptation dans des environnements divers et variés et ne doivent pas être "pénalisés" par un manque d'expérience du réseau.

6/ Candidatures liées: cette condition était regardée avec plus ou moins de bienveillance suivant les CCPL, et nous considérons logique de faire apparaître ce critère de manière claire. Nous y sommes évidemment favorables.

La seconde partie serait établie à partir d'un rapport d’activité rédigé par l’enseignant. Le Se-Unsa a demandé des éclaircissements sur ce rapport. Cette deuxième partie du barème prendrait ainsi en compte des critères variables liés au contexte et à la situation de l’établissement :

a/ Un niveau de diplĂ´me obligatoire : cette condition est indiscutable dans certains pays (Chine par exemple) faute de pouvoir obtenir le visa.

b/ Maîtrise de la langue du pays: le critère de la maîtrise de la langue n’a jamais été un élément primordial pour exercer dans nos établissements. D’autant plus que de nombreux collègues acquièrent par la suite ces compétences. Nous ne sommes donc pas favorables à cette proposition, nous ne pensons pas qu'il soit nécessaire de parler la langue du pays pour enseigner dans un pays donné.

c/ Une formation spécifique particulière (Exemple : FLE…): comme pour toute certification, nous le rappelons, il faut que celle-ci soit justifiée par la nature du poste.

d/ L’enseignement en DNL: encore une fois nous ne nous opposons pas à ce type de critère si ce dernier se justifie dans les fonctions qui seront exercées par le collègue.

e/ Les remplacements déjà effectués dans l’établissement: un critère de plus qui n’était pas pris en compte jusqu’à présent. Nous le trouvons intéressant, et il nous semble tout à fait logique de le faire apparaître. Il nous apparaît plus juste de valoriser l'expérience d'un collègue ayant déjà exercé dans l'établissement.

f/ L’encadrement d’association: un critère un peu trop fourre-tout. En ce qui nous concerne, nous n’en voyons pas la pertinence pour le recrutement d'un enseignant.

 
 
 
 
 
Cliquez pour agrandir