SECTION ACADÉMIQUE SE-Unsa de HORS DE FRANCE - 209 BD ST GERMAIN - 75007 PARIS
Tél. 01 44 39 23 17 - hdf@se-unsa.org

 
Second GT RĂ©forme du Bac AEFE (2)
Article publié le mardi 18 décembre 2018.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

RĂ©forme du bac : quelle offre de spĂ©cialitĂ©s dans les Ă©tablissements français Ă  l’étranger ?

 Le SE-Unsa Ă©tait prĂ©sent au groupe de travail « rĂ©forme du bac et du lycĂ©e Â» organisĂ©  au siège de l’AEFE le vendredi 14 dĂ©cembre. Le service pĂ©dagogique de l’AEFE a prĂ©sentĂ© les retours des Ă©tablissements concernant l’offre de formation (spĂ©cialitĂ©s, options) pour la rentrĂ©e 2019. La prĂ©sentation de cette offre n’est qu’une Ă©tape dans la mise en Ĺ“uvre de cette rĂ©forme, l’organisation des Ă©preuves (terminales et contrĂ´le continu) constituera dans les prochains mois une Ă©tape dĂ©cisive. Les Ă©preuves communes de contrĂ´le continu se tiendront en janvier/avril 2020 en première et en fĂ©vrier 2021 en terminale. Que dire de l’offre d’enseignement telle qu’elle est prĂ©vue pour l’instant ?

 

Quelles spĂ©cialitĂ©s seront le plus proposĂ©es ?

 L’AEFE avait demandĂ© aux Ă©tablissements de faire remonter leurs demandes d’ouvertures d’options et de spĂ©cialitĂ©s pour la rentrĂ©e 2019, ces demandes devaient faire l’objet d’une prĂ©sentation dans les instances des Ă©tablissements et pouvaient se baser sur des enquĂŞtes demandant aux Ă©lèves d’indiquer quels choix ils comptaient faire. Globalement, cette remontĂ©e est positive : la plupart des Ă©tablissements proposeront une large palette d’enseignements de spĂ©cialitĂ© (notamment du fait de la transformation d’options en spĂ©cialitĂ©s). Les Ă©tablissements organiseront des demi-journĂ©es d’information dans la deuxième partie de l’annĂ©e. L’AEFE est consciente de la nĂ©cessitĂ© d’informer  les systèmes universitaires locaux sur cette rĂ©forme et sur le choix des spĂ©cialitĂ©s proposĂ©es aux Ă©lèves.

 

80 % des lycĂ©es de l’AEFE pourront proposer les 7 spĂ©cialitĂ©s qui devaient pouvoir, dans les textes officiels, ĂŞtre prĂ©sentes dans la plupart des Ă©tablissements. Parmi les Ă©tablissements, 100 % proposent la spĂ©cialitĂ© mathĂ©matiques, presque autant en SPC et SVT, alors que pour SES et HGSSP 94 % demandent Ă  pouvoir la proposer. Concernant les autres spĂ©cialitĂ©s, HumanitĂ© littĂ©rature et philosophie, et langues, littĂ©rature et cultures Ă©trangères « anglais Â» seront assurĂ©s par 80 % environ des Ă©tablissements.

 

Le SE-Unsa demande depuis l’ouverture des discussions un accompagnement spécifique pour les établissements qui ne peuvent pas proposer 7 spécialités. Nous avons fait remarquer la nécessité de proposer des options technologiques pour préparer la diversification de l’offre AEFE. Le service pédagogique nous a répondu qu’un seul établissement ne proposait que 3 spécialités. Au Maghreb 7 établissements sur 17 proposent les 7 spécialités de base.

 

 Un problème spĂ©cifique se pose au sein du rĂ©seau : quand une langue est obligatoire dans le pays (exemple de l’arabe dans certains pays oĂą l’AEFE est implantĂ©e), la limitation du choix Ă  une seule option complique le choix des Ă©lèves ((notamment en terminale car les options « maths expertes Â» et « maths complĂ©mentaires Â» seront très demandĂ©es et le choix limitĂ© Ă  2 options. Pour le SE-Unsa, cette situation particulière doit ĂŞtre prise mieux en compte. Le cadre rĂ©glementaire des sections europĂ©ennes et langues orientales devrait bientĂ´t ĂŞtre connu.

 

Arts, EPS, NSI, LCA : des problĂ©matiques spĂ©cifiques

 - Arts : Les Ă©tablissements qui ont intĂ©grĂ© les arts Ă  leur projet d’établissement pourront demander la spĂ©cialitĂ©. On a par exemple une section cinema-audiovisuel Ă  Hambourg. Les enseignements artistiques sont habilitĂ©s par la DGESCO. Certaines nĂ©cessitent d’avoir pour l’enseignant une certification mais certaines acadĂ©mies de rattachement (le cadrage rĂ©glementaire indique qu’on doit les passer la-bas) refusent de la faire passer en visioconfĂ©rence. Le SE-Unsa posera au ministère la question de l’égalitĂ© de traitement entre enseignants Ă  ce sujet.

 

 - NumĂ©rique et sciences Informatiques : Sur plus de 250 Ă©tablissements, 86 ont dĂ©posĂ© un dossier pour ouvrir la spĂ©cialitĂ© NSI. Il est prĂ©vu que les enseignants qui avaient l’habilitation ISN puissent assurer cette spĂ©cialitĂ©. Ils bĂ©nĂ©ficieront en 2019/2020 d’une formation complĂ©mentaire pour assurer la spĂ©cialitĂ©. 28 Ă©tablissements demandeurs n’ont toutefois pas encore les ressources humaines nĂ©cĂ©ssaires pour l’assurer. 52 Ă©tablissements satisfont aux critères. 9 Ă©tablissements qui avaient ISN n’ont pas demandĂ© NSI. Le SE-Unsa a demandĂ© des prĂ©cisions concernant la formation universitaire proposĂ©e pour lesenseignants de cette spĂ©cialitĂ©, qui serait assurĂ©e Ă  l’échelle des grandes rĂ©gions, donc sans doute dans le cadre des accords existants entre acadĂ©mies et Ă©tablissements Ă  l’étranger. A noter, les attendus de la prĂ©pa MPSI indiqueront qu’il est conseillĂ© d’avoir suivi les spĂ©cialitĂ©s mathĂ©matiques et SPC mais pas forcĂ©ment NSI.

 

- Education Physique et Sportive : 76 Ă©tablissements veulent proposer l’option contre 57 auparavant, l’ouverture d’une section nĂ©cessite l’avis d’un IPR. Il sera possible de prendre l’option en seconde et en terminale mais pas en première (les Ă©lèves ne pouvant choisir plus d’une option en première).

 

- Langues et Cultures de l’AntiquitĂ© :  latin/grec n’est pas un prĂ©requis pour les prĂ©pas littĂ©raires car on peut faire langues anciennes en « dĂ©butant Â» en CPGE. Dans certains pays europĂ©ens l’importance de cet enseignement est une tradition et explique la forte demande pour cette option qui sera proposĂ©e dans la moitiĂ© des Ă©tablissements.

 
 
 
 
 
Cliquez pour agrandir