SECTION SE-Unsa de la SEINE SAINT DENIS - 6 SQUARE DU HUIT MAI 1945 - 93140 BONDY
Tél. 01 48 02 19 31 - Por. 06 64 13 92 85 - [Mél.]

 
Formation des enseignants : des doutes aussi chez les sénateurs.
Article publié le mardi 3 mai 2011.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Le SE-Unsa a été reçu au Sénat par la sénatrice Brigitte Gonthier-Maurin dans le cadre d’une question orale posée au ministre de l’Education nationale.

Au cours de la séance du 26 avril à laquelle le SE-Unsa a assisté, de nombreux sénateurs de tous bords politiques sont venus dire à la tribune combien la réforme de la mastérisation est insatisfaisante et créatrice d’incertitudes, de découragement. Beaucoup ont insisté sur le caractère aventureux du dispositif, sur la nécessité d’une formation pour les tuteurs et formateurs, sur les difficultés rencontrées par les étudiants, les stagiaires ainsi que sur les conséquences pour les élèves.

Partageant l’analyse des sénateurs, c’est avec effarement que le SE-Unsa a entendu la réponse du ministre. Celui-ci a balayé d’un revers de la main tous les constats énoncés, s’enfermant dans un déni total de la réalité. Face à cela, le SE-Unsa poursuit son action opiniâtre.

 

Dans ce cadre, il a été auditionné dès le 27 avril par la Mission d’information sur la formation initiale et les modalités de recrutement des enseignants, dans le cadre des travaux de l’Assemblée Nationale pour sa partie Commission des Affaires Culturelles et de l’Education. Devant le député Jacques Grosperrin, président de la mission, le SE-Unsa a dressé un constat sans appel de la réforme de la formation. Il a également renouvelé ses propositions concernant le contenu de la formation initiale autour de six axes :

  1. Concevoir la formation initiale dans un ensemble cohérent allant du cycle licence (préprofessionnalisation) à la formation sanctionnée notamment par un master et se continuant après titularisation.
  2. Viser à la formation des enseignants tout au long de leur vie professionnelle.
  3. Prendre en compte, dans le référentiel de formation, l’ensemble des connaissances et compétences requises (globalité du métier) et en tirer les conséquences pour les concours.
  4. Mettre en place une « admissibilité calibrée » en fin de M1et une admission en fin de M2 (sauf cas de l’« agrégation rénovée »).
  5. Prendre en compte, en respectant la cohérence du système, les spécificités (enseignement professionnel, enseignement agricole).
  6. Ouvrir une négociation, élargie aux organisations étudiantes représentatives,
    visant à démocratiser socialement le recrutement des enseignants

Pour le SE-Unsa l’urgence est grande d’une refonte totale du dispositif car les enseignants stagiaires sont aujourd’hui livrés à eux-mêmes, les étudiants sont asphyxiés, la pénurie d’enseignants guette. Cette situation est totalement inacceptable !

 
 
 
 
 
PsyEN