SECTION SE-Unsa de la SEINE SAINT DENIS - 6 SQUARE DU HUIT MAI 1945 - 93140 BONDY
Tél. 01 48 02 19 31 - Por. 06 64 13 92 85 - [Mél.]

 
Masterisation : le rapport Jolion enfonce le clou
Article publié le mercredi 20 avril 2011.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

« Le système actuel met les étudiants en situation d’échec par accumulation de contraintes au lieu de les mettre en situation de réussite. »  

 

Cette remarque de Jean Michel Jolion Président du comité de suivi Master, confirme une fois de plus l’analyse du SE-Unsa concernant la réforme de la formation des enseignants.

 

Dans son rapport d’étape, il pointe la place du concours qui rend difficile une vraie alternance, un cahier des charges de plus en plus intenable pour les étudiants dans le cadre d’un master, un concours de plus en plus inadapté car les contenus ne tiennent absolument pas compte de l’articulation nécessaire avec le master. Il s’insurge contre la non prise en compte de l’activité professionnelle en cours de formation, principe de plus en plus difficile à comprendre pour les étudiants, s’étonne que la discipline reste le point d’entrée principal pour l’ensemble des épreuves y compris « agir en fonctionnaire de l’Etat de manière éthique et responsable. » Cette disciplinarisation des épreuves conduit à une disciplinarisation de la formation et accroît le décalage entre concours et exercice du métier. Ce mode de recrutement est de nos jours totalement inadapté.

 

Pour M. Jolion, il « est indispensable que les concours soient pleinement articulés avec l’exercice réel du métier par une prise en compte d’une expérience professionnelle et donc des stages dans le processus de recrutement. »

 

Tous les entretiens conduits indiquent que « positionner l’admissibilité des concours en fin de M1 serait une moins mauvaise solution. »

 

 

Voilà donc un nouveau rapport qui apporte de l’eau au moulin du SE-Unsa qui revendique la récriture des décrets sur la masterisation afin d’aboutir à une formation s’étendant des années de licence à trois à cinq ans après le concours. Une formation professionnelle digne de ce nom pour en finir avec le bricolage permanent qui prévaut aujourd’hui. Finirons-nous par être entendus ? Il est encore temps…

 
 
 
 
ALC