SECTION SE-Unsa de la SEINE SAINT DENIS - 6 SQUARE DU HUIT MAI 1945 - 93140 BONDY
Tél. 01 48 02 19 31 - Por. 06 64 13 92 85 - [Mél.]

 
RĂ©forme des retraites : analyse
Article publié le mardi 3 septembre 2013.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

RĂ©forme des retraites : première analyse de l’UNSA au regard de ses mandats

En conclusion de la phase de concertation engagée depuis deux mois, le Premier ministre a rendu public l’essentiel des choix opérés par le gouvernement en matière de réforme des retraites.

Favorable au dialogue social, l’UNSA s’était pleinement investie dans la concertation pour y faire  valoir ses analyses et ses propositions afin de sauvegarder notre système de retraite par rĂ©partition, dans l’intĂ©rĂŞt des salariĂ©s comme de la sociĂ©tĂ©. C’est donc Ă  l’aune de ses mandats qu’elle porte aujourd’hui une première apprĂ©ciation sur  l’architecture gĂ©nĂ©rale des mesures annoncĂ©es.

L’UNSA demandait Ă  ce qu’un certain nombre d’injustices et d’inĂ©galitĂ©s soient corrigĂ©es :

-           pour les salariĂ©s ayant eu des carrières incomplètes, qui sont singulièrement des femmes : plusieurs des annonces faites par le Premier ministre recoupent en totalitĂ© ou en partie les prĂ©occupations portĂ©es par l’UNSA, notamment pour les temps partiels et les carrières longues, mais insuffisamment pour une meilleure prise en compte des pĂ©riodes de chĂ´mage non indemnisĂ©es ;

-           pour les salariĂ©s ayant effectuĂ© des travaux pĂ©nibles, dont l’UNSA revendiquait depuis des annĂ©es qu’ils soient enfin pris en compte par notre système de retraite : la crĂ©ation d’un « compte personnel de prĂ©vention de la pĂ©nibilitĂ© Â» Ă©voquĂ©e par le Premier ministre marque donc pour l’UNSA une avancĂ©e sociale considĂ©rable qui pourra concerner des millions de salariĂ©s dans notre pays ;

-           pour les jeunes entrant tardivement dans le marchĂ© du travail du fait de l’allongement de la  formation : la prise en compte des pĂ©riodes en contrat d’apprentissage ou d’alternance  annoncĂ©e par le gouvernement correspond aux propositions de l’UNSA mais il manque encore la prise en compte des pĂ©riodes de stages en entreprise.

A ces mesures de correction d’inégalités, le gouvernement en a ajouté d’autres de nature plus structurelle. L’UNSA n’a jamais nié les problèmes créés à notre système de retraite par un déséquilibre démographique couplé à un allongement de l’espérance de vie. Elle prend donc acte de la confirmation de l’allongement de la durée de cotisations mais aussi du fait qu’il n’interviendra que sur la période 2020-2035 avec une limite fixée à 43 annuités.

Quant aux mesures financières arbitrées par le Premier ministre, l’UNSA n’a jamais ignoré la nécessité absolue de traiter un déficit qui porte non seulement atteinte à l’équilibre immédiat du système mais aussi à sa crédibilité à long terme. L’UNSA avait clairement dit que la condition centrale de l’acceptation sociale des efforts à faire serait leur caractère juste et équitable. L’annonce d’une hausse modérée des cotisations, respectant techniquement la logique propre à une assurance vieillesse qui, pour l’UNSA, doit rester essentiellement liée au travail, fera participer les salariés et les entreprises. L’UNSA constate que les retraités seront également mis à contribution via une revalorisation différée de leur pension, dont elle craint qu’elle soit trop gênante pour les plus modestes d’entre eux.

Enfin, consciente de la nĂ©cessitĂ© de trouver des rĂ©ponses solidaires aux difficultĂ©s rencontrĂ©es par un système solidaire, l’UNSA refusait toute stigmatisation de tel ou tel type de salariĂ©s aboutissant Ă  dresser des catĂ©gories les unes contre les autres. Dans ce cadre, elle prend note avec satisfaction  que, sans les exclure des efforts gĂ©nĂ©raux concernant logiquement tous les salariĂ©s,  le gouvernement  a refusĂ© de  stigmatiser les fonctionnaires ou les rĂ©gimes spĂ©ciaux, lesquels sont dĂ©jĂ  l’objet d’une rĂ©forme en cours.

Pour l’UNSA, au-delà des grandes orientations annoncées par le gouvernement, c’est désormais le contenu exact du projet de loi qui sera décisif. C’est sur la base de son analyse précise que le Bureau National de l’UNSA établira, le 9 septembre, la position définitive de l’organisation et les actions qu’il lui reviendra alors de mener dans la phase du débat parlementaire qui s’ouvrira.

 

 
 
 
 
PsyEN