SECTION SE-Unsa de la SEINE SAINT DENIS - 6 SQUARE DU HUIT MAI 1945 - 93140 BONDY
Tél. 01 48 02 19 31 - Por. 06 64 13 92 85 - [Mél.]

 
Le SE Unsa93 rencontre les municipalités
Article publié le vendredi 25 janvier 2013.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Rythmes scolaires :

Le SE Unsa rencontre les municipalités.

Suite aux courriers envoyés aux municipalités en décembre, le SE Unsa commence à rencontrer les maires pour porter les demandes des enseignants. Nous profitons de ces échanges pour rappeler que nous n’accepterons pas que la réforme des rythmes s’opère sans une consultation des enseignants. Nous renouvelons à chaque fois notre demande de la nécessité de prendre en compte l’avis des conseils d’école et d’inviter les enseignants à toutes les réunions qui seraient organisées dans les villes.

Nous sommes alertés de certaines propositions municipales concernant l’organisation de la journée scolaire.

Des inquiĂ©tudes pointent : Pourrons-nous encore faire des Ă©tudes ? Quelle sera la longueur de la pause mĂ©ridienne ? Serons-nous consultĂ©s ?...

Par exemple à Pantin, le maire nous assure que les études seront conservées, voire même allongées (avec augmentation proportionnelle du salaire) et les journées écourtées.

La pause mĂ©ridienne apparaĂ®t comme très problĂ©matique dans quelques villes. Ainsi Ă  Pierrefitte et aux Lilas, les premières informations qui circulent font Ă©tat de pauses mĂ©ridiennes supĂ©rieures Ă  deux heures.  Nous avons alertĂ© le DASEN Ă  ce sujet.

Continuez Ă  nous faire remonter les informations de vos villes pour que lors de nos rencontres avec les maires, nous puissions intervenir.

Au niveau de la concertation, toutes les villes ne sont pas logées à la même enseigne. Nous les relançons pour que partout la voix des collègues soit entendue.

Des problèmes apparaissent :

  1. des invitations à concertation sont envoyées dans les écoles mais tous les enseignants n’en n’ont pas connaissance. Nous vous invitons à y veiller, voire à solliciter les mairies pour qu’elles soient organisées.
  1. D’autre part, la position de certains syndicats refusant tout dialogue et rejetant le projet de loi de la refondation ainsi que le décret sur les rythmes, fait que des maires ne souhaitent pas engager de concertation.

Le SE-Unsa, syndicat réformiste met en avant la négociation afin d’éviter ces impasses contre productives que l’on voit, hélas, déjà poindre.

Le cadre de la réforme des rythmes est certes imposé (rappelons que ce n’est pas de la compétence des maires de décider 4 jours ou 4.5 jours) mais nous pouvons encore faire bouger les curseurs au sein de ce cadre au niveau des municipalités, par exemple en négociant l’amplitude horaire de la pause méridienne, l’organisation de la journée, l’articulation avec les activités péri éducatives, …

Pour rappel : le retour aux 4 jours et demi n’a jamais Ă©tĂ© sur la table des nĂ©gociations. Les organisations syndicales qui appellent contre ces 4.5 jours aujourd’hui, ne l’ont pas nĂ©gociĂ© nationalement au dĂ©part ! Rappelons que la plupart ont signĂ© plusieurs textes qui appelaient au retour de la semaine de 4jours ½ (Appel de Bobigny, …)

 

 

 
 
 
 
 
PsyEN