SECTION SE-Unsa de la SEINE SAINT DENIS - 6 SQUARE DU HUIT MAI 1945 - 93140 BONDY
Tél. 01 48 02 19 31 - Por. 06 64 13 92 85 - [Mél.]

 
ECLAIR : non aux « laboratoires de la dérégulation »
Article publié le mardi 25 janvier 2011.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Des RAR (Réseaux Ambition Réussite) aux ECLAIR (Ecoles Collèges Lycées Ambition Initiative Réussite), quelle plus-value ? Pourquoi le ministère tient-il tant à tirer un trait sur les RAR qui commençaient à trouver leurs marques pour généraliser un dispositif imposé dans l’hostilité et dont les résultats ne sont pas mesurés ? Les enjeux ne sont pas pédagogiques, ils sont idéologiques. Car tout l’intérêt des ECLAIR, pour le ministre, c’est de transformer ces établissements et ces écoles en laboratoires de la dérégulation en matière de gestion des personnels et d’autonomie des chefs d’établissements.

Nous ne sommes pas dupes !

L’ouverture aux écoles primaires du dispositif n’est qu’une réponse tardive aux critiques formulées par de nombreux acteurs de l’Education : l’inflexion de la politique d’éducation prioritaire en direction du second degré oubliait que la réussite scolaire se joue d’abord à l’école primaire. Mais cette inclusion annoncée de l’école primaire n’est absolument pas pensée. Les écoles seront entraînées malgré elles dans ECLAIR puisque la décision appartiendra aux conseils d’administration des collèges. Et le cabinet n’a pu donner aucune information sur l’avenir des PE enseignants référents ou secrétaires des comités exécutifs.

Les personnels exerçant en RAR ont besoin de voir leur travail et leur investissement reconnu et inscrit dans la durée. Ils n’ont pas besoin d’un nouveau dispositif qui les déstabilise et les insécurise. Le SE-Unsa a rencontré le directeur de cabinet du ministre (voir compte-rendu en PJ) et a rappelé son opposition au dispositif ECLAIR qui se substituerait aux RAR à la rentrée 2011.


 
 
 
 
 
PsyEN