SECTION SE-Unsa de la SEINE SAINT DENIS - 6 SQUARE DU HUIT MAI 1945 - 93140 BONDY
Tél. 01 48 02 19 31 - Por. 06 64 13 92 85 - [Mél.]

 
Accusation des magistrats : inacceptable pour l’Unsa !
Article publié le lundi 7 février 2011.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
 

L’Unsa appelle au rassemblement de Nantes. En mettant en accusation publique les magistrats, les fonctionnaires de la Justice et de la Police nationale à propos de la tragique affaire de Pornic, le Président de la République a franchi un pas inacceptable.

 

Du gardien du bon fonctionnement des institutions, on aurait été en droit d’attendre que, plutôt que d’instruire son procès à charge, il conforte l’Autorité judiciaire et son indépendance, conformément à l’article 64 de la Constitution.

Pour l’Unsa, l’heure est au recueillement et à la compassion avec une famille plongée dans la douleur, et à la recherche du ou des coupables de ce crime. L’exploitation politicienne de cet évènement dramatique où une jeune fille a perdu la vie, est totalement déplacée.

 

La recherche parmi les personnels de boucs émissaires soi-disant fautifs vise à dissimuler les conséquences graves de la politique gouvernementale. Alors que les charges de travail deviennent chaque jour plus nombreuses, le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux, la RGPP privent l’Etat et ses fonctionnaires des moyens d’agir, singulièrement dans le domaine de la chaine pénale.

 

Pour l’UNSA, les principes démocratiques d’une Justice indépendante et impartiale et d’une police nationale républicaine protégeant les citoyens doivent impérativement être rétablis. Cela passe indéniablement par l’attribution des moyens nécessaires, sans lesquels les missions ne peuvent être pleinement accomplies.

 

L’UNSA, avec ses organisations de la Police et de la Justice, appelle au rassemblement national du Jeudi 10 février à Nantes, à 14 h 00 devant le Palais de Justice.

 
 
 
 
PsyEN