SECTION SE-Unsa de la SEINE SAINT DENIS - 6 SQUARE DU HUIT MAI 1945 - 93140 BONDY
Tél. 01 48 02 19 31 - Por. 06 64 13 92 85 - [Mél.]

 
Les ravages de la masterisation
Article publié le vendredi 3 février 2012.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Masterisation : la boucle idéologique est bouclée
Alors que tous les observateurs objectifs constatent chaque jour les ravages de la « masterisation Darcos », la commission de l’Education de l’assemblée nationale vient d’adopter la proposition de loi du député Grosperrin, ajoutant ainsi un épisode désastreux au scénario catastrophe de la formation des enseignants.
Cette proposition de loi préconise de gommer toutes les références aux IUFM encore présentes dans le Code de l’Education. Exit les écoles professionnelles. Place aux officines privées ou aux instituts catholiques sur le « créneau » de la formation des enseignants qui ne serait ainsi plus dévolue aux seules universités. Si ce texte devait être adopté, il acterait la fermeture définitive des sites départementaux des IUFM et avec eux, une formation initiale et continue de proximité.
Jamais proposition de loi n’aura parcouru le dédale législatif avec autant de célérité ! Il faut croire qu’au crépuscule du quinquennat, la rue de Grenelle souhaite tirer un trait définitif sur la formation professionnelle des enseignants. Avec ce texte, l’acharnement idéologique trouverait son point d’orgue.
Là où il faudrait innover pour l’Ecole de demain, c’est la politique de la terre brûlée qui prévaut. Le SE-Unsa appelle les députés à refuser d’adopter cette proposition de loi lors du débat parlementaire express du 8 février prochain. Il continue d’exiger une remise à plat de la masterisation dans le cadre d’un débat constructif, à l’opposé de la démarche suivie aujourd’hui.
Paris, le 2 février 2012
Christian Chevalier
Secrétaire Général
 

 
 
 
 
PsyEN