SECTION SE-Unsa de la SEINE SAINT DENIS - 6 SQUARE DU HUIT MAI 1945 - 93140 BONDY
Tél. 01 48 02 19 31 - Por. 06 64 13 92 85 - [Mél.]

 
Grande section
Article publié le vendredi 27 janvier 2012.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Grande Section : le discours change, les idées restent
Alors que d’un cĂ´tĂ© l’école maternelle subit les restrictions budgĂ©taires qui dĂ©gradent considĂ©rablement ses conditions d’enseignement, de l’autre, le ministère ne cesse de vouloir « rationnaliser » les apprentissages. Si la DGESCO (Direction GĂ©nĂ©rale de l’Enseignement Scolaire)  a  abandonnĂ© son projet d’évaluation nationale en maternelle, elle persiste et signe dans son approche neuro-scientifique et mĂ©caniste.
Le 19 janvier, la DGESCO a reçu le SE-Unsa à l’origine de la contestation du projet d’évaluation en grande section pour lui faire part de la démarche maintenant poursuivie. Il s’agit désormais de mettre à la disposition des enseignants de maternelle une banque d’outils sans caractère obligatoire. Ces outils doivent permettre une évaluation diagnostique (un « repérage », dans la nouvelle terminologie du ministère) et des ateliers de remédiation dans trois domaines : maîtrise de la langue, mathématiques et compétences transversales. Ces domaines recouvrent onze compétences* qui feront l’objet de propositions de stratégies pédagogiques « efficaces ». Les conseillers pédagogiques recevront une formation à ces outils afin d’accompagner les enseignants dans leur utilisation. Selon le ministère, les enseignants, armés de ces outils performants pour l’aide personnalisée, n’auront plus besoin de l’intervention des enseignants spécialisés. Seuls les psychologues scolaires seront encore utiles, sans doute pour repérer et orienter les élèves à « dys ».
 Ce programme ambitieux se limite pour l'instant au programme « Parler » de M. Zorman, scientifique de l’UniversitĂ© de Grenoble qui a lui-mĂŞme rappelĂ© toute la nĂ©cessitĂ© de s’être appropriĂ© longuement la dĂ©marche pour pouvoir l’utiliser de façon bĂ©nĂ©fique. 2000 conseillers pĂ©dagogiques seront formĂ©s Ă  ce programme.
Pour le SE-Unsa, une entrée exclusivement neuro-scientifique doublée d’une démarche « mécaniste » ignore que la difficulté à apprendre est multi-factorielle et que l’enfant doit être pris en compte dans sa globalité.
La mise Ă  disposition d’outils et l’accompagnement pour les utiliser peuvent ĂŞtre positifs mais ne suraient se substituer aux regards et interventions croisĂ©s entre enseignants, enseignants spĂ©cialisĂ©s E et G, et psychologues scolaires. Le SE-Unsa demande que le temps nĂ©cessaire pour construire en Ă©quipe les rĂ©ponses, toutes diffĂ©rentes, puisse ĂŞtre imputĂ© aux 60h de service dĂ©volues Ă  l’aide  personnalisĂ©e. Le SE-Unsa rĂ©affirme la nĂ©cessitĂ© des Rased avec ses trois composantes et dĂ©nonce les attaques budgĂ©taires massives de la carte scolaire 2012.
Le SE-Unsa prend bonne note, dans les propos de la DGESCO, de la volonté de mettre à disposition des outils qui ne sont pas obligatoires. Il sera vigilant pour que la promotion qui en sera faite dans les animations pédagogiques respectent bien les choix des équipes à mettre en œuvre les démarches qu’elles jugeront les plus appropriées à leurs classes.
*3 domaines, 11 compétences :
Maîtrise de la langue :
- comprendre un texte oralisé
- se familiariser avec l’écrit
- reconnaître les mots syllabes, phonèmes
- avoir suffisamment de vocabulaire
- conscience syntaxique (ou pré-grammaticale)
- s’exprimer oralement
Mathématiques :
- sens des nombres
- espace et géométrie
Compétences transversales :
- motricité fine et capacités graphiques
- attention et mémoire
- s’organiser dans les tâches et planifier

 
 
 
 
PsyEN