SECTION SE-Unsa de la SEINE SAINT DENIS - 6 SQUARE DU HUIT MAI 1945 - 93140 BONDY
Tél. 01 48 02 19 31 - Por. 06 64 13 92 85 - [Mél.]

 
Alerte sociale
Article publié le vendredi 13 janvier 2012.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Alerte sociale: le SE-UNSA reçu en audience par l’IA 93
Le SE-UNSA 93 a été reçu le vendredi 13 janvier 2012 par Mme Partouche Inspectrice de l'Education nationale adjointe de l’IA 93,  et Mme Fédérini Chef de cabinet - Chargée de communication, dans le cadre de l’«alerte sociale» que nous avions déposée le lundi 9 janvier.
Nous avons exposé les 3 motifs de mécontentement (Carte scolaire, aide administrative à la direction d’école, et la situation des RASED) qui nous conduisent à mettre en œuvre cette procédure, pour la deuxième fois (nous l’avions déjà mis en œuvre en Mars 2011).
Nous avons rappelé que le département de Seine Saint Denis est le plus jeune de France, environ 29% de la population a moins de 20 ans et également le plus pauvre, le plus métissé et celui qui bat des records du taux de violence en France. La situation de l’éducation y est très délicate puisque les résultats aux examens apparaissent, de manière constante, inférieurs à la moyenne nationale, de 10 points ou plus, par exemple comme pour le bac, la réussite  nationalement s’élève à 87%, et 74 % dans le 93.
Pourtant, l’IA ne cesse de dire que nous sommes très favorisés:
Dans le 1er degré, le nombre de postes pour 100 élèves (appelé « P/E ») est égal à 5,27; ce taux est supérieur à la moyenne académique est de 5,12 d ‘après les documents du CTA du 13 janvier 2012. Nous avons rappelé que. les seuils d’ouverture de classe ont été chèrement acquis lors du plan de rattrapage de 98 suite à 3 mois de grève par roulement.( nous avions obtenu 3 000 postes supplémentaires.

Réponse de l’IEN IA : Il ne faut stigmatiser ce département où il se passe des choses sensationnelles et on peut  y réussir. Le ministère et le recteur prennent en considération la spécificité  du département puisque ce sont 79 suppressions  prévues initialement et ce ne sont plus que 39 pour le premier degré. Les seuils ne sont pas touchés et c’est justifié.
Pour le SE Unsa, nous pensons qu’en effet il s’y passe des actions pédagogiques très intéressantes mais on ne peut pas en permanence faire mieux avec moins.

Carte scolaire 2012 :
Il est prévu une augmentation de 2 455 élèves dans le 93 et 39 suppressions de postes pour le premier degré. Pour le second degré  ce sera la suppression  de -460 emplois d’enseignants au niveau académique.
Pourtant l’engagement avait été pris par le Président de la République, le 21 juin dernier, à la Canourgue en Lozère qui avait déclaré que l’école serait « sanctuarisée » en 2012  et qu’ «Il n'y aura aucune fermeture de classes dans les écoles primaires à la rentrée 2012, hors critères démographiques».
Malgré nos effectifs en hausse, le recteur décide de fermer des postes.
L’IA devra ouvrir au moins 60 classes et  chercher des enseignants pour les occuper.
Bref ce sont les enseignants hors de la classe qui être supprimé pour être récupérer, en particulier les maitre E et les remplaçants, la scolarisation des moins de 3 ans sera également touchée bien que dans certains secteurs des enfants de 4 et 5 ans ne soien pas scolarisés et encore sur liste d’attente en maternelle.
Pour garder ses enseignants, l’IA durcit les conditions pour obtenir un détachement, une disponibilité, un temps partiels, les départs en formation pro sont vus à la baisse.
Ce sont les droits et les possibilités des collègues qui sont réduits de façon drastique.
C’est inadmissible.
Réponse de l’IEN IA : le 93 est confronté à la capacité d’accueil des enfants de maternelle, certaines écoles n’ont pas les locaux nécessaires. Pourtant l’école maternelle accueillaient en 2000, 25% de petits et en 2012 plus que 5%. Entre temps les locaux n’ont pas « rétrécis » !
Concernant les détachements, disponibilité et temps partiel, le 93 est le département qui accueille le plus de jeunes enseignants et ils doivent y travailler. Ce sont des mesures pour les maintenir ici. Par contre, l’IA est très attentif et à l’écoute des enseignants en difficulté, et ils sont reçus à l’IA dès qu’ils en font la demande.
Ce durcissement pour l’obtention des détachements et temps partiels est bien la conséquence de la carte scolaire. Ce n’est pas d’aujourd’hui que nous accueillons de jeunes enseignants. C’est une autre façon de récupérer des ETP( équivalent temps plein).

RASED en 2011, 60 postes de maitres E ont disparu en 2011 alors que les effectifs des élèves en grande difficulté scolaire ne baissent pas.
Alors que le département est considéré comme celui de la difficulté scolaire, on supprime les postes de ceux qui ont été formés pour cela.
Les maitres E se retrouvent avec des zones d’intervention plus grande, de ce fait on rend leur capacité de remédiation inefficace en multipliant les écoles. Ce sont les élèves les plus fragiles qui seront victime de cette maltraitance, l’école n’est plus équitable, elle n’apporte plus selon les besoins des uns et des autres des réponses. Ces suppressions de poste touchent au fonctionnement même de l’école. L’AP n’étant pas une aide spécialisée, si les maitres E viennent à manquer, les élèves en grande difficulté seraient soutenus lors de l’AP et ceux  qui en relèvent, qui ont besoin d’un coup de pouce, ne seraient plus aidés non plus et verraient leurs difficultés s’accroitre.
Cette conception libérale et rétrograde calquée sur les Etats-Unis de Bush nous conduit droit dans le mur, à maintenir la reproduction sociale et à mettre définitivement en panne l’ascenseur social.
 Aucune réponse de l’IEN IA concernant les maitres E. Les mesures de suppressions seront étudiées après le groupe de travail de la carte scolaire.

Aides à la direction d’école :  Nos collègues directeurs sont exaspérés par la charge de travail administratif qui pèse sur eux et qu’ils ne sont plus en capacité d’assurer sans secrétariat. Ces taches correspondent au moins à la moitié du temps d’un directeur qui ne peut plus se consacrer correctement  aux relations aux familles et à l’animation pédagogiques de l’école, taches indispensables à un bon fonctionnement, l’école étant la dernière représentation de l’Etat dans certains quartiers.
Imaginerait-on aujourd’hui un collège, même de petite taille, sans un seul poste administratif ? Sans secrétariat ? C’est pourtant ce que vivent aujourd’hui nombre de directeurs,  pour l’immense majorité d’entre eux chargés de classe !
Le SE Unsa seul signataire du protocole de direction, demande que celui-ci soit respecté.

Pour faire baisser les chiffres du chômage, le gouvernement prévoit d’augmenter ces contrats mais uniquement pour 6 mois ! Rien ne dit qu’après les élections présidentielles, ces emplois soient conservés. Le SE Unsa dénonce le traitement des personnes CUI, personnel précaires jetés comme des kleenex. Nous avons besoin d’emploi stable, d’un vrai métier pour la continuité du service publique d’éducation. Nous lui demandons de faire remonter, une fois encore, la colère des directeurs d’école au Ministère.
Réponse de l’IEN IA : il faut faire évoluer le statut de l’école et de la direction.

Conclusion : Nous indiquons à l’IA  que nous refusons cet énième budget de régression. La politique du non – remplacement d’1 fonctionnaire sur 2 partant à la retraite, appliquée de manière aveugle à l’école, confine désormais à l’absurde. Elle nie tout le travail qualitatif qui contribue au bon fonctionnement de l’école et à l’aide aux élèves les plus en difficulté, au même moment où le Président de la République insiste sur la « personnalisation » des parcours scolaires. Faire mieux avec toujours moins, il y a un moment où ce n’est tout simplement plus possible…

Nous appellerons donc vraisemblablement à l’action au moment du CTD et/ou du CDEN.

L’équipe du SE Unsa 93
 

 
 
 
 
PsyEN