SECTION SE-Unsa de la SEINE SAINT DENIS - 6 SQUARE DU HUIT MAI 1945 - 93140 BONDY
Tél. 01 48 02 19 31 - 93@se-unsa.org

 
Crise inédite du recrutement de professeur.e.s des écoles sur Créteil
Article publié le jeudi 9 juin 2022.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Pour éviter la catastrophe annoncée, une seule solution :
en urgence, organiser un concours exceptionnel niveau licence !

ConsĂ©quence directe des dĂ©cisions gouvernementales prises ces dernières annĂ©es, la crise du recrutement vient de franchir une nouvelle Ă©tape : pour ce dernier concours des professeur·e·s des Ă©coles de l’acadĂ©mie de CrĂ©teil, seulement un tiers des candidat·es inscrit·es se sont prĂ©senté·es…

Ainsi, pour 1079 postes proposĂ©s au concours, seul·es 521 candidat·es sont admissibles (ce qui reprĂ©sente Ă  peine 48% du nombre de postes). Autrement dit, en supposant que tous les admissibles soient admis (ce qui ne sera pas le cas), il manquerait plus de 550 professeur·e·s des Ă©coles Ă  la rentrĂ©e 2022 sur l’acadĂ©mie, dont plusieurs centaines dans le 77. Rappelons que sur la Seine-et-Marne, nos organisations syndicales exigent depuis plusieurs annĂ©es un plan de rattrapage Ă  hauteur d’au moins 800 postes ! La situation est pire dans l’acadĂ©mie de Versailles, Paris ne fait pas le plein non plus, ni des acadĂ©mies jusque-lĂ  très attractives comme Rennes.

Sans mesures d’urgences cette situation aura des consĂ©quences catastrophiques pour les Ă©lèves et les personnels de notre dĂ©partement, d’autant qu’elle intervient après cinq annĂ©es consĂ©cutives de dĂ©ficit de laurĂ©ats dans notre AcadĂ©mie :

  • Pour les Ă©coles et les Ă©lèves : multiplication des classes sans professeur·e·s Ă  la rentrĂ©e, tarissement des brigades de remplaçant·es (ces dernier·ères devront ĂŞtre affecté·es sur des postes Ă  l’annĂ©e dès la rentrĂ©e…) dĂ©bouchant sur une situation permanente semblable au chaos vĂ©cu entre janvier et avril pendant la crise sanitaire avec chaque jour plusieurs centaines de classes sans enseignant, nouvelles fermetures de classes…
  • Pour les personnels : blocage des mutations, refus de temps partiel et d’octroi de disponibilitĂ©s pour convenance personnelle conduisant les collègues Ă  des situations de souffrance au travail intolĂ©rables

La multiplication des alternants et des contractuels recrutĂ©s sur des contrats courts et sans formation, en lieu et place d’enseignants fonctionnaires qui dĂ©coulera de cette situation constitue un danger supplĂ©mentaire pour le statut de la fonction publique, largement affaibli pendant le premier quinquennat du prĂ©sident Macron.

Cette situation est la consĂ©quence directe de la politique Ă©ducative que le gouvernement a menĂ© depuis plusieurs annĂ©es :

  • La dĂ©cision du Ministre Blanquer de reporter les Ă©preuves du concours d’un an (du M1 au M2 depuis cette annĂ©e) rĂ©duit mĂ©caniquement le vivier de recrutement alors que depuis plusieurs annĂ©es la situation Ă©tait dĂ©jĂ  très critique.
  • la dĂ©gradation continue des conditions de travail, le blocage du point d’indice et la baisse du pouvoir d’achat des enseignants, la remise en cause de nos droits statutaires, le manque de moyens pour faire face aux difficultĂ©s scolaires et/ou sociales, les conditions de scolarisation des Ă©lèves en situation de handicap, le mĂ©pris de la hiĂ©rarchie envers les personnels, font que le mĂ©tier n’attire plus et que les dĂ©missions se multiplient !

Si cette situation n’est pas une nouveautĂ© dans notre acadĂ©mie, dĂ©ficitaire depuis des annĂ©es, un nouveau stade est aujourd’hui franchi et des mesures d’urgence s'imposent face Ă  cette rentrĂ©e inĂ©dite.

 

 

 
 
 
 
 
Cliquez pour agrandir