SECTION SE-Unsa de la SEINE SAINT DENIS - 6 SQUARE DU HUIT MAI 1945 - 93140 BONDY
Tél. 01 48 02 19 31 - Por. 06 64 13 92 85 - [Mél.]

 
Maternelle : le ministre fait marche arrière
Article publié le jeudi 20 octobre 2011.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Luc Chatel fait machine arrière sur son projet d’évaluation et de tri des élèves en maternelle. Dans une interview au journal Le Monde, il annonce :
- ce dispositif « n’est pas une évaluation »,
- « nous voulons proposer des outils de repĂ©rage qui ne seront pas des tests  et qui ne classeront pas les enfants»,
- « ce dispositif est facultatif et restera dans les classes »,
- « il n’y aura pas de remontée nationale sur le niveau de chaque établissement ».

Le ministre range donc ce dispositif dans la catégorie des outils à disposition des enseignants. Ce recul est à mettre à l’actif de la mobilisation initiée par le SE-Unsa, largement relayée par l’opinion publique et les familles choquées, à juste titre, par ce protocole d’évaluation. L’appel initié par le SE-Unsa aura recueilli en quelques jours plus de 15.000 signatures.

Pour le SE-Unsa, l’école maternelle doit rester le temps des situations d’apprentissages adaptées à chacun, pour une scolarité réussie. Le travail fondamental de prévention ne doit pas être confondu avec des démarches prématurées de dépistage généralisées. Pour porter ses fruits, il doit être étayé par l’action de personnels aux compétences spécifiques : psychologues scolaires et enseignants des RASED, personnels médico-sociaux…, là où ils existent encore. Il ne sert à rien d’afficher l’ambition de lutter contre la difficulté scolaire dès la maternelle si l’on continue à priver chaque année davantage l’École de ses moyens et de ses expertises. C’est pourtant ce que prévoit, comme les années précédentes, le budget 2012.
 

Paris, le 19 octobre 2011

Christian CHEVALIER
Secrétaire Général
 

 
 
 
 
 
PsyEN