SECTION SE-Unsa de la SEINE SAINT DENIS - 6 SQUARE DU HUIT MAI 1945 - 93140 BONDY
Tél. 01 48 02 19 31 - Por. 06 64 13 92 85 - [Mél.]

 
Compte-rendu CAPD 26 novembre 2010
Article publié le mardi 30 novembre 2010.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Compte rendu du SE UNSA de la CAPD du 26 novembre 2010

 

 

A l’ordre du jour : Bilan de l’année - Plan de formation départementale

 

La CAPD débute par un débat concernant les difficultés des PES. L’IA rappelle les formations IUFM M1 et M2 ainsi que les modalités d’évaluation des stagiaires, déjà évoquées lors de la CAPD du 16 11 10.

A la fin de la séance, le snuipp FSU revenant sur la situation des PES, propose que les stagiaires n’assurent pas les aides personnalisées pour obtenir un temps de concertation avec les formateurs. Il souhaite que les titulaires prennent en supplément de leurs élèves ceux des PES en aide personnalisé.

Commentaire du SE UNSA : Le SE UNSA est intervenu pour s’y opposer car cette réponse aux difficultés des PES ne nous apparaît pas appropriée. Elle reporte sur les titulaires une surcharge de travail déjà conséquente. Les titulaires ne sont en rien responsables de cette situation et ne doivent pas en payer les frais.

L’IA se montre très optimiste quant à la formation des PES.

Le SE-UNSA ne partage absolument pas son optimisme. Nous pouvons mesurer, chaque jour, la difficile réalité que vivent les enseignants et personnels d’éducation stagiaires. Sentiment de solitude et d’abandon, désarroi, épuisement, … constituent leur lot quotidien. Ces collègues témoignent de leur impossibilité d’avoir un quelconque recul sur leur pratique et découvrent que le volet « acquis professionnels » leur fait cruellement défaut.

Le SE-Unsa continue d’exiger le retrait de cette réforme. Pour le SE-Unsa, la formation des enseignants et des personnels d’éducation doit se dérouler en plusieurs étapes :

- préprofessionnalisation dès la licence

- concours en fin de M1

- années de M2 et de stagiaire en alternance

- titularisation s’appuyant sur les regards croisés des formateurs

 

Pour le SE-UNSA, lourde est la responsabilité des organisations syndicales comme la FSU qui, en son temps, ne se sont pas opposées à cette réforme. On les voit aujourd’hui s’agiter pour faire oublier cette forfaiture. N’ayons pas la mémoire courte envers ceux qui ont envoyé les stagiaires dans le mur en échange d’une revalorisation dont chacun peut aujourd’hui évaluer le peu de qualité.

 

Bilan de l’année : Comme tous les ans, suite au CDEN de rentrée, un bilan sur le département est effectué.

En résumé, le 93 est un département de jeunes enseignants et surtout d’enseignantes : le nombre de collègues de moins de trente ans est important (30% environ), + de 30% d’entre eux n’ont que 5 ans d’ancienneté, et 52% ont moins de 10 ans d’ancienneté ce qui explique les 32% de congé de maternité et l’augmentation des temps partiels. 

L’IA pointe les détachements comme un nouveau moyen de quitter les départements et se pose la question de les accorder.D’ailleurs, l’IA se demande s’il y aura beaucoup de permutations cette année et pose la question de la répartition des PES sur l’académie.

Concernant les départs en stage CAPA SH, l’IA affirme qu’il ne reproduira pas la « bêtise » de l’année dernière, c’est-à-dire laisser partir 16 maîtres G en formation, certains de ces maîtres ayant refusé d’être nommés à St Denis.

Un tableau des postes vacants nous a été distribué.

Commentaire du SE UNSA :Pour le SE UNSA, nous sommes intervenus pour défendre les détachements et les collègues qui souhaitaient partir travailler à l’étranger. Ils ne doivent pas subir les conséquences d’un département peu attractif.

Concernant les permutations, le ministère pourrait les envisager à la baisse, les autres départements étant excédentaires suite aux effets de la réforme de la masterisation et des retraites : En effet, sont arrivés en même temps sur le terrain les titulaires première année et les PES, à cela se conjuguent les retards de départs à la retraite des collègues en raison de l’application de la décote.

1017 personnes ont été admissibles au CRPE en septembre 2010 mais seulement 540 seront admises en juillet 2011 et deviendront des titulaires pour la rentrée 2011. A l’heure actuelle, nous avons connaissance de 270 titulaires prévus pour le 93 mais si le 77 et le 94 demeurent excédentaires, le plus grand nombre de titulaires pourrait être nommé sur le 93 d’après l’IA.

Le SE UNSA s’inquiète de l’avenir des admissibles non admis, soit 477 personnes. Nous avions dénoncé et demandé l’abandon d’un concours en début de M2 car de nombreux étudiants échouant au concours perdraient une année et pourraient constituer un vivier de vacataires corvéables à merci pour le recteur.

 

Dans l’ASH, beaucoup de postes ont été pourvus pour l’option G en 2009/10 lors des départs en stage capa SH, malheureusement les collègues n’investissent pas certaines communes connues pour des problèmes de violence. Dans le tableau des postes vacants, nous constatons 20 postes E réseau et 18 postes surnuméraires vacants, 7,5 en IME, 1 en UPI, 8 en option G, il manque également 6 psychologues scolaires et 4 postes en Segpa. Les communes d’Aubervilliers, Epinay sur Seine, Saint Denis et Stains ont le plus de postes vacants.

Au total, cela représente 67,05 postes vacants sur le département fin novembre 2010.

 

Plan de formation départementale : ont été étudiés les stages hors temps scolaires : sur 33 stages proposés, 17 sont fermés en raison du manque d‘inscrits.

La deuxième campagne d’inscriptions aux stages départementaux courts remplacés par les M 2 s’est terminée le 26 11 10. Tous les admissibles (M2) de Créteil feront leurs stages à Créteil soit 3000 jours de formation. Lors d’une CAPD prochaine, seront étudiées les demandes aux stages.

 Commentaire du SE UNSA : le manque d’inscription aux stages hors temps scolaire reflète le mental de la profession, ce manque de participation démontre un quotidien trop lourd dans les écoles avec la multiplication de dispositifs divers, une évolution du métier et un terrain de plus en plus difficile. A cela l’IA répond que la réflexion sur les rythmes scolaires serait une réponse possible. Le SE UNSA avait déjà dans la CAPD de rentrée dénoncé les conséquences de la réforme de la masterisation sur la formation continue, la disparition des PE2 limite le nombre de stages possible.

 
Les questions diverses du SE UNSA :

1 Quel est le nombre de personnes dont le retard d’inspection est supérieur à 6 ans ? à 10 ans  ?

Réponse de l’IA : 332 collègues ont un retard d’inspection de plus de 6 ans dont 218 avec un retard de plus 7 ans. 15 personnes voient leur dernière inspection remonter avant 1987. Les collègues concernés seront prévenus par leur IEN pour une prochaine inspection afin de rattraper ce retard.

Commentaire du SE UNSA : Le SE UNSA a demandé à ce que les IEN aient un regard particulier porté sur les collègues avec un retard d’inspection important, la note pouvant dépasser la grille de notation, car nous exigeons une note réparatrice, les collègues subissant un ralentissement de carrière du fait de ces retards.

 

2 La situation à Clichy sous bois de la nouvelle école de la Dhuys et la fermeture partielle de Barbusse  : les enseignants s’inquiètent : ils ignorent s’ils doivent participer au mouvement ou s’ils seront transférés dans la nouvelle école. Auront-ils une priorité pour cette école de rang 1 ?

Réponse de l’IA : Concernant les maternelles, les enseignants seront transférés dans la nouvelle école.

Par contre, les enseignants de l’école Barbusse devront participer au mouvement. Ils formuleront des vœux et seront prioritaires, priorité de rang 1 pour obtenir la nouvelle école élémentaire. Une réunion sera à prévoir avec l’IEN et les enseignants concernés.

 

3 Des collègues s’interrogent  : faire passer les évaluations (évaluations cm2 en segpa, langue, sciences…) alors qu’ils ne sont pas payés pour un travail équivalent aux évaluations nationales. Quelles sont les évaluations obligatoires ?

Réponse de l’IA : Les seules évaluations obligatoires sont les évaluations nationales ce1 et cm2.

Commentaire du SE UNSA  : Nous comprenons la démarche des collègues de Segpa qui refusent de faire passer des évaluations Cm2 sans être rémunérés. Nous avons rappelé que le SE UNSA était opposé à des primes individuelles dont la conséquence immédiate a été le développement de l’individualisme remettant en cause l’esprit d’équipe indispensable au bon fonctionnement d’une école. Le SE UNSA revendique des indemnités pour tous les enseignants dans le cadre du suivi des élèves.

 

4 Permutations : des collègues nous alertent car au moment de la saisie des vœux les 45 points violence ne seraient pas pris en compte. La personne contactée à la cellule mobilité n’a pas été capable d’y répondre. Est-ce les services qui établiront la liste des personnes bénéficiant des 45 points ?

Réponse de l’IA : les collègues qui constatent l’absence des points, doivent écrire à M Cabello à l’inspection académique pour le signaler. Il peut apporter manuellement des rectifications.

Commentaire du SE UNSA  : Le SE UNSA demande tous les ans la tenue d’une CAPD afin de vérifier les barèmes, nous avons déjà constaté des oublis et des erreurs.

 

5 Les collègues se plaignent également de la lisibilité des fiches de paie en particulier du paiement des heures de l’accompagnement éducatif, ni les heures, les mois n’apparaissent. Ils n’ont pas les indications nécessaires pour vérifier si toutes les heures sont prises en compte Serait-il possible d’obtenir une copie lisible de la fiche de paie ?

Réponse de l’IA : les collègues doivent diviser les sommes par le nombre d’heures qu’ils ont effectué.

Les Services répondent qu’une fiche de paie détaillée représenterait 4 pages et c’est donc impossible à réaliser.

Commentaire du SE UNSA : Le problème est récurrent et nous sommes déjà intervenus à ce sujet à plusieurs reprises. Ce manque de lisibilité est inacceptable. Dans le privé, un employeur ne se permettrait pas une telle chose, les prudhommes auraient déjà été saisis.

 
Autres questions diverses
 

1 Les baisses et les maintiens de note lors des inspections.

Réponse de l’IA : 4 collègues ont eu une baisse de note sur 2 circonscriptions.

3 ont vu leur note maintenue. La baisse de note indique une situation préoccupante. l’IA propose une deuxième inspection quelques mois après car l’inspection est un acte de formation.

Commentaire du SE UNSA : Nous avons affirmé qu’il était anormal, étrange que ces collègues ne soient localisés que sur deux circonscriptions et non répartis sur le département. Serait ce le fait de 2 IEN ? Nous avons demandé dans le cas où l’inspection se déroule mal, que la note ne soit pas fixée, de proposer une aide et un retour avec une inspection ultérieure.

 

2 Demande d’éclaircissement de l’application MOSART.

Réponse de l’IA : Il s’agit du module de saisie des absences et des retenues de salaires. A partir des intentions de grève, la secrétaire de circonscription calcule les pourcentages d’absents qu’elle envoie à l’IA. Aucun nom n’est spécifié. Le lendemain de la grève, elle compare les intentions de grève et les absences constatées. Le constat de service non fait est envoyé directement au TPG pour retenue de salaire. Le prélèvement se fera dans les 3 mois. A aucun moment, il n’existe une centralisation des états de grève, ni liste de grévistes envoyée à l’IA. Les lettres d’intention sont détruites à la circonscription.

Commentaire du SE UNSA : Rappel : Le seul moyen de ne pas enclencher la constitution d’une liste de grévistes c’est de suivre la consigne du SE-Unsa :« Aucun gréviste ne doit émarger ou répondre à une quelconque enquête »Seuls les collègues ayant assuré leur service ou étant en position de congé maladie, maternité doivent pouvoir répondre avec le temps nécessaire.Autre consigne pour les directrices et les directeurs : si la transmission des feuilles émargées leur est demandée, ils transmettent le tableau par fax à leur IEN avec la mention "tableau rempli individuellement par chaque collègue et transmis par le (la) directeur (directrice) à l’IEN le .../.../… Il s’agit, par cette consigne, que les directeurs ne soient pas impliqués sur le contenu des remontées, celles-ci étant le résultat d’émargements individuels.

 

En décembre, trois groupes de travail sont prévus, l’un sur la circulaire du mouvement, deux autres concernant les PES et l’AHS.

 
Syndicalement
 

Isabelle GUIGON et Dominique DI PONIO

Elus du personnel pour le SE UNSA 93

 
 
 
 
ALC