SECTION SE-Unsa de l'ESSONNE - 12 PLACE TERRASSES DE L AGORA - 91034 EVRY CEDEX
Tél. 01 60 79 10 05 - Fax. 01 60 77 54 73 - Por. 06 61 96 61 25 - 91@se-unsa.org

 
déclaration CTSD bilan opérations de rentrée
Article publié le mardi 1er décembre 2020.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

 

Déclaration liminaire de l’Unsa Éducation

CTSD du 26 novembre 2020

Bilan des opĂ©rations de rentrĂ©e  1er et 2nd degrĂ©

Monsieur le directeur Académique,

Mesdames et Messieurs les membres du CTSD.

Dans un premier temps, dans ce contexte de crise sanitaire,  j’aimerais attirer votre attention, sur les conditions de travail des collègues enseignants, directeurs d’école, personnels de direction et de vie scolaire, dĂ©jĂ  Ă©voquĂ©es Ă  maintes reprises lors des travaux des diffĂ©rents  CHSCT.

L’Unsa Education a demandé au ministère de changer de méthode de gestion de la crise sanitaire tant sur la forme que sur le fond.

Sur la forme, nous disons stop aux annonces médiatiques qu’il faut ensuite mettre en musique sans avoir d’autres éléments que des déclarations sur les ondes, des lettres et des vidéos aux professeurs. Nous pensons à l’inverse qu’une situation de crise peut conduire à des décisions rapides. Celles-ci doivent être adressées aux personnels et aux différentes collectivités sous la forme d’instructions officielles.

Ensuite le ministère doit entendre qu’il faut Ă  chaque fois prĂ©voir des temps de construction et de mise en Ĺ“uvre. A cet effet, l’Unsa Ă©ducation demande au ministère de mettre en place des journĂ©es banalisĂ©es au cas oĂą il faudrait passer Ă  de nouvelles Ă©tapes : nouveau protocole,  fonctionnement pĂ©dagogique en alternance ou en continuitĂ© pĂ©dagogique.

Sur le fond, non tout n’est pas prĂŞt. Ni pour cette phase sanitaire,  ni pour les Ă©ventuelles phases suivantes. Il faut des recrutements supplĂ©mentaires d’agents sur liste complĂ©mentaire pour pouvoir pallier les absences de personnels largement prĂ©visibles du fait de la protection nĂ©cessaire des personnes vulnĂ©rables, des congĂ©s de maladie et des septaines qui ne cessent de croĂ®tre. L’Unsa-Education a affirmĂ© son opposition Ă  la « rĂ©quisition Â»  d’enseignants spĂ©cialisĂ©s, d’enseignants complĂ©tant des dĂ©charges de direction, …dans le 1er degrĂ©.

Cette situation de crise sanitaire va hĂ©las durer de longs mois ; elle ne peut pas se gĂ©rer par ce type de dĂ©sorganisation avec de telles contraintes sur les personnels.

Enfin, le l’Unsa-Education a rĂ©itĂ©rĂ© sa demande de passage en distanciel, autant que faire se peut, des rĂ©unions nĂ©cessaires comme le conseil d’école ou le conseil d’administration,  et la suspension des autres rĂ©unions comme les animations pĂ©dagogiques par exemple. Cette suspension serait aussi un moyen de dĂ©gager du temps aux Ă©quipes pour faire face aux situations  notamment sur le terrain.

Par ailleurs, nous donnons aussi l’alerte sur le refus du port du masque par les élèves, ce qui crée des situations de tensions vives entre parents, enseignants, directeurs d’école, personnels de directions et de vie scolaire.

En effet, depuis la rentrée du 2 novembre 2020, de plus en plus d’écoles et d’établissements sont confrontés à des familles qui refusent de respecter le protocole et de faire porter un masque à leur enfant. Parfois, au contraire, les familles font savoir qu’elles refusent que des enfants sans masques soient admis à l’école avec leurs enfants.

Face Ă  ces manifestations, l’Éducation nationale doit avoir une rĂ©ponse ferme et protĂ©ger ses personnels,  agents de l’État en charge d’une mission du service public.

Suite Ă  l’intervention de l’Unsa Éducation au niveau national, la FAQ du ministère a Ă©tĂ© mise Ă  jour le 13 novembre dernier.  Une consigne est dĂ©sormais publiquement donnĂ©e  qui permet de refuser un Ă©lève dont les parents s’opposent au port du masque de son enfant. Il reste cependant urgent de donner un cadre clair et concret aux personnels, notamment aux directrices et directeurs d’école, quant Ă  la marche Ă  suivre face Ă  de telles situations.

En cas de refus d’une famille sur le port du masque de son enfant à l’école, l’Unsa éducation donne consigne aux personnels de refuser l’accès à l’établissement, de renvoyer les parents vers les autorités académiques et d’alerter l’IA-Dasen à l’aide d’un courrier.

L’Unsa éducation tient aussi à rappeler comme l’a réitéré notre fédération Unsa Fonction publique auprès de la ministre de la transformation et de la fonction publiques que le fait d’avoir rétabli l’application du jour de carence est un élément qui contribue à aggraver la progression de l’épidémie. Cela conduit les agents publics à minorer leurs symptômes pour éviter les prélèvements sur salaire du jour de carence. Nous demandons d’urgence que cesse cette logique et qu’ainsi cette mesure le jour de carence, injuste et inefficace en temps normal mais encore plus en période épidémique, soit abrogée.

 

L’Unsa Education souhaite aussi attirer l’attention sur la situation actuelle des collèges qui échappent aux mesures d’aménagements actées pour les lycées. Pour des raisons différentes (nombre d’élèves, locaux, manque de personnels, …) il est aujourd’hui impossible pour nombre de ces établissements de mettre en œuvre le respect des mesures sanitaires préconisées.

Les effectifs d’élèves de collèges de l’Essonne dépassent ceux de certains lycées notamment en province, avec des contraintes de présence plus fortes liées à l’âge des élèves.

Lors de la confĂ©rence de presse du jeudi 12 novembre, Monsieur Blanquer avait Ă©voquĂ©  la situation des lycĂ©es pour lesquels il avait très explicitement et positivement permis  que les Ă©quipes proposent des adaptations mais rien n’a Ă©tĂ© dit sur la situation des collèges.

Il nous apparaît indispensable que des consignes claires soient données aux recteurs en vue d’aménagements en collège. Cette situation de blocage est incompréhensible pour les personnels de ces établissements.

Je vous remercie de votre attention

 

 

 

 

 
 
 
 
 
ALC