SECTION SE-Unsa des VOSGES - 20 CHEMIN DE LA JUSTICE - 88000 EPINAL
Tél. - Por. 06 37 89 83 14 - 88@se-unsa.org

 
Rythmes scolaires : à quand le débat de fond ?
Article publié le mercredi 3 février 2010.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Suite au récent rapport de l’Académie de Médecine intitulé « Aménagement du temps scolaire et santé de l’enfant », le débat sur le bien-fondé de la semaine de quatre jours est relancé.

De l’avis de tous les spécialistes, la semaine de quatre fois six heures trente est la solution la moins respectueuse des rythmes des enfants. C’est pourtant celle qui est retenue par plus de 95% des écoles.

Interpellé sur cette question, le ministre de l’Education nationale, Luc Chatel, a botté en touche en renvoyant la responsabilité aux conseils d’écoles qui peuvent choisir de répartir les enseignements sur 9 demi-journées (en travaillant le mercredi matin). Renvoyer les équipes éducatives à leurs responsabilités est un peu court : elles n’ont pas demandé l’instauration de la semaine de quatre jours. Elle leur a été imposée par le Président de la République. Elles n’ont pas toujours le choix de l’organisation, tant celle-ci est liée à des facteurs extérieurs et à des partenaires divers (transports scolaires, accueil péri-scolaire,…)

Rappelons que ce sont les organisations syndicales, et en particulier le SE-UNSA, qui se sont battues pour obtenir la possibilité d’une organisation sur 9 demi-journées. Elles ne l’ont obtenue que du bout des lèvres, sous la forme d’une dérogation à l’organisation sur quatre jours.

Le SE-UNSA demande, depuis plusieurs années, une réflexion d’ensemble sur la question du temps scolaire.
Celle-ci dépasse largement la question de la répartition des enseignements scolaires sur quatre jours. Elle doit englober une réflexion sur l’année scolaire et sur la journée scolaire.

Pour le SE-UNSA, iI convient de remettre au cœur des débats le respect des « rythmes d’apprentissage », notion particulièrement malmenée par la récente réforme de l’école primaire :

• Le ministère tient-il compte des rythmes d’apprentissage des élèves les plus en difficulté lorsqu’il leur impose deux heures d’aide personnalisée en plus dans leur emploi du temps ?

• Le ministère tient-il compte des rythmes d’apprentissage des élèves lorsqu’il alourdit les programmes et les saucissonne en tranches disciplinaires copiées sur le « second degré » ?

• Le ministère tient-il compte des rythmes d’apprentissage des élèves lorsque, concernant ces mêmes programmes, il impose une répartition annuelle des enseignements sans plus faire référence au fonctionnement par cycles ?

• Le ministère tient-il compte des rythmes d’apprentissage des élèves lorsqu’il programme des évaluations nationales CM2 « bilan » en plein mois de janvier  ?

Depuis trois ans, le gouvernement impose ses choix sans que de réelles discussions de fond soient possibles. Le SE-UNSA renouvelle sa demande d’une large réflexion dans laquelle la question des rythmes scolaires sera abordée dans toute sa complexité avec tous les partenaires de l’Ecole.


   Rapport acad médecine   
(101.1 ko)
 
 
 
 
 
ALC