SECTION SE-Unsa de la SEINE MARITIME - 77 QUAI CAVELIER DE LA SALLE - 76100 ROUEN
Tél. 02 35 73 16 75 - Fax. 02 35 03 92 26 - 76@se-unsa.org

 
Professionnalisation des AVS : des propositions dĂ©cevantes
Article publié le mardi 15 avril 2014.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

En août dernier, le premier ministre avait soulevé beaucoup d’espoir en annonçant la professionnalisation et la pérennisation du métier d’accompagnant de jeune handicapé. Pour le SE-Unsa l’avant-projet que vient de présenter le ministère le 11 avril, est très en deçà des attentes. Le vrai métier est encore loin et la précarité toujours trop présente.

Le SE-Unsa a ainsi pointé plusieurs problèmes :

• Le statut proposĂ© : le projet de dĂ©cret acte le recrutement de nouveaux contractuels prĂ©caires au sein de l’Éducation Nationale. Six annĂ©es de CDD avant de pouvoir prĂ©tendre Ă  une Cdisation, une grille de rĂ©munĂ©ration avec  pour indice minimal le plus faible indice de la fonction publique (297) : on est très loin d’une professionnalisation digne de ce nom. Le SE-Unsa demande Ă  minima des contrats de  trois fois deux ans.
• Le décret ne prévoit pas explicitement de prise en charge lors du temps périscolaire ; le glissement d’accompagnement de « jeune » à « élève » n’est pas que sémantique ; il circonscrit le champ d’intervention de ces personnels à l’école, là où la commission Komitès préconisait une prise en charge globale, dans et hors l’école, de l’enfant.


Quelques propositions vont dans le bon sens :

Nous portons un regard positif sur les propositions du MEN d’étendre la professionnalisation Ă  toute une catĂ©gorie de personnels jusqu’ici Ă©cartĂ©s du dispositif, en particulier les candidats ayant exercĂ© sous contrat CUI.  Ainsi, pourront prĂ©tendre Ă  un contrat d’AESH (Accompagnant d’Élève en situation de Handicap) :

• Les candidats titulaires d’un diplôme dans le domaine de l’aide à la personne (EJE, Auxiliaire de vie sociale, Aide Médico-Psychologique, …).
Un nouveau diplôme, spécifique aux fonctions d’AESH, dont le pilotage incombe au ministère des affaires sociales est en cours d’élaboration, et devrait reprendre le référentiel de compétences du rapport Komitès.

• Les candidats qui justifient d’une expérience professionnelle de deux ans dans le domaine de l’aide à l’inclusion scolaire (donc les CUI).
Dès publication des textes officiels, ces candidats se verront ainsi proposer un contrat à durée déterminée, d’une durée minimale de 12 mois, renouvelable six ans, avec proposition d’un CDI au terme des six années.

Le décret prévoit également dès sa parution des recrutements en CDI pour les candidats :

• ayant exercĂ© 6 ans en tant qu’AED-AVS depuis le 1er janvier 2013, et Ă©largit le dispositif Ă  ceux d’entre eux ayant exercĂ© 6 ans antĂ©rieurement Ă  cette date : ainsi, une personne ayant exercĂ© ces fonctions de 2005 Ă  2011, sous rĂ©serve de n’avoir pas connu d’interruption de plus de  4 mois,  pourra candidater, y compris si ces services ont Ă©tĂ© accompli Ă  temps partiels.
• Par ailleurs, les AED-AVS actuellement en poste basculeront dans cette nouvelle fonction avec une reprise d’ancienneté
Cette reconnaissance des services accomplis, tant pour les « ex » CUI qu’AED-AVS est une bonne nouvelle.

Pour autant, dans son ensemble, ce projet est loin de traduire les espoirs suscités par le rapport Komitès. Le SE-Unsa portera ses exigences lors du CTM qui devrait valider ce décret le 13 mai prochain.

 
 
 
 
ALC