SECTION SE-Unsa de la SEINE MARITIME - 77 QUAI CAVELIER DE LA SALLE - 76100 ROUEN
Tél. 02 35 73 16 75 - Fax. 02 35 03 92 26 - 76@se-unsa.org

 
EVS- Le SE-Unsa agit pour la prolongation des contrats.
Article publié le vendredi 15 juin 2012.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Le SE-Unsa acte avec satisfaction la volontĂ© affichĂ©e du gouvernement  de renouveler au moins, 14000 de ces contrats dans l’éducation nationale, dans le cadre de la prioritĂ© donnĂ©e Ă  l’emploi.

Depuis cette annonce, dans chaque audience avec le ministre de l’éducation nationale  ou son cabinet, le SE-Unsa ne cesse d’alerter sur la rapiditĂ© des mesures Ă  prendre pour Ă©viter le renvoi au chĂ´mage de plusieurs milliers d’EVS, qui sont dĂ©jĂ  dans des situations prĂ©caires.

Le SE-Unsa a également décidé d’en appeler au 1er ministre et a demandé à son union interprofessionnelle, l’Unsa de s’adresser en ces sens au ministre du travail.

Tout doit ĂŞtre mis en Ĺ“uvre très vite pour que ces renouvellements de contrat s’accompagnent du rĂ©emploi  des EVS n’ayant pas atteint la limite de la durĂ©e juridique prĂ©vue dans le code du travail.

Sachant qu’un certain nombre ont été recrutés sur des contrats de 6 mois, il ya donc là un véritable espoir pour ces salariés de ne pas se retrouver dès juillet au chômage.

En effet, les renouvellements doivent faire l’objet d’un avenant soumis à l’acceptation du salarié avant le terme initial de son contrat. La demande de prolongation de contrat motivée doit également être accompagnée d’une attestation d’expérience professionnelle et d’une liste des actions de formation à poursuivre.

Pour le SE-Unsa  cette exigence de prolongation des contrats a Ă©galement un sens par rapport Ă  la continuitĂ© des missions effectuĂ©es : aide administrative aux directeurs d’école, assistance handicap pour les Ă©lèves.

Sans prĂ©juger de futures discussions que le SE-Unsa demandera  sur l’avenir des missions que ces personnels effectuent, le nouveau gouvernement doit prendre en compte la situation de ces femmes et hommes dont le travail effectuĂ© dot ĂŞtre reconnu.

Dans cette perspective que nous revendiquons, l’anticipation de certaines mesures est impérative. En juillet ce sera trop tard !

 
 
 
 
ALC