SECTION SE-Unsa de la SEINE MARITIME - 77 QUAI CAVELIER DE LA SALLE - 76100 ROUEN
Tél. 02 35 73 16 75 - Fax. 02 35 03 92 26 - 76@se-unsa.org

 
Evaluation : projet ministĂ©riel rejetĂ© Ă  l’unanimitĂ© au CTM
Article publié le vendredi 16 mars 2012.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Malgré la demande unanime de retrait de l’ordre du jour, le boycott du 1er CTM du 8 mars, le ministère est resté sourd et a maintenu son projet.

A 8 jours de la réunion (procédure d’urgence), un nouveau texte aggravant la version précédente (introduction de mois de pénalités !) nous avait été transmis.

En séance, sur table, le 15 mars, c’est un texte complètement remanié qui nous a été présenté avec 79 amendements du ministère, sans que la problématique de fond ne soit modifiée.

A l’évidence, cette méthode montre que du temps était encore nécessaire avant de présenter un texte mal préparé et confus au CTM.

Au-delà de la dénonciation de cette réforme à travers une déclaration intersyndicale puis de chaque organisation (voir notre intervention), de multiples questions ont été posées sur les conséquences concrètes d’un certain nombre de mesures (gestion du dispositif, impact sur les personnels…).

Le ministère n’a apporté pratiquement aucune réponse : « l’instrumentation » serait en cours, la formation de l’ensemble des évaluateurs serait garantie etc...

Nous ne nous étions pas trompés. La procédure d’urgence ne visait qu’à passer en force le fond idéologique de la réforme, avant le changement de gouvernement.

Ces textes ont été rejetés de façon unanime par l’ensemble des fédérations syndicales. Le ministère va passer outre et présenter ce texte, encore de façon accélérée, au CSFPE le 26 mars.

Le SE-Unsa ne baisse pas les bras et veut continuer Ă  obtenir le retrait de ce projet.

Nous allons proposer dès aujourd’hui aux fédérations syndicales d’écrire au Ministre pour lui demander de prendre en compte le vote du CTM et donc de renoncer à sa réforme.

Nous allons aussi initier une interpellation des candidats à la présidentielle pour demander le retrait de ces textes.

Pour le SE-Unsa, l’action doit donc continuer !


   Analyse Ă©valuation   
(27.2 ko)
   CTPM dĂ©claration   
(12.2 ko)
 
 
 
 
ALC