SECTION SE-Unsa de la SEINE MARITIME - 77 QUAI CAVELIER DE LA SALLE - 76100 ROUEN
Tél. 02 35 73 16 75 - Fax. 02 35 03 92 26 - 76@se-unsa.org

 
Après les « contes » de Chatel, les « comptes » de l’OCDE !
Article publié le mercredi 14 septembre 2011.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Luc Chatel a tout faux, et ce n’est pas un syndicat d’enseignants qui le dit, c’est l’OCDE !

La note sur la France qu'a publieé le 13 septembre l’OCDE dans la série Regards sur l’éducation 2011 fait l’effet d’un pavé dans la mare de la communication ministérielle de la rentrée.

De nombreux acteurs du monde de l’éducation ont pointĂ© le cĂ´tĂ© surrĂ©aliste des propos du ministre, vantant les succès de sa politique, la comparant mĂŞme aux avancĂ©es majeures que furent l’instauration de la scolaritĂ© obligatoire et le grand mouvement de  dĂ©mocratisation scolaire des annĂ©es 1980. Excusez du peu !

Toutes les informations en provenance des écoles et des établissements indiquent que les dispositifs en faveur des élèves en difficulté sont en voie de disparition, que les conditions de travail des élèves et des personnels se dégradent, que les différences entre établissements se creusent et notre ministre, impavide, nous annonce « la révolution de la personnalisation » !
On n’a jamais vu un discours ministériel aussi déconnecté de la réalité.

Mais les faits et les chiffres sont têtus. Si on ne fait pas toujours mieux avec plus, ce qui est sûr, c’est qu’à force de faire avec moins, on finit par faire moins bien ! C’est ainsi que l’OCDE attire l’attention sur de « sérieux signes de ralentissement » de la progression enregistrée en matière de niveau d’éducation de la population française. Alors que les taux de scolarisation des 15-19 ans ont augmenté de 9.3 points en moyenne dans les pays de l’OCDE entre 1995 et 2009, en France, ce taux a diminué : il est passé de 89% à 84%. Quant au taux de scolarisation des 20-29 ans, il stagne à 19% alors qu’il est de 26% en moyenne dans l’OCDE. Difficile de ne pas établir un lien direct avec « le ralentissement dans l’investissement financier dans l’enseignement primaire et secondaire » que soulignent les auteurs de la note de l’OCDE. Les dépenses en pourcentage du PIB dans l’enseignement primaire, secondaire et post-secondaire non-tertiaire en France ont diminué de 0.4 point, passant de 4.3% en 2000 à 3.9% en 2008. La part de l’éducation dans les budgets publics est passée de 11.5% en 1995 à 10.6% en 2008. Pour le SE-Unsa, il faut que ça change !

Dans le mĂŞme temps, nous dit l’OCDE, le poids des inĂ©galitĂ©s sociales est toujours aussi fort pour expliquer les performances moyennes des Ă©lèves de 15 ans en France. Et, comme dans de nombreux pays de l’OCDE, les Ă©lèves issus de l’immigration sont nettement plus susceptibles de compter parmi les Ă©lèves peu performants. Le dĂ©mantèlement de l’éducation prioritaire, la quasi-disparition de la scolarisation prĂ©coce, l’assouplissement de la sectorisation et l’  « exfiltration » des plus « mĂ©ritants » vers des Ă©tablissements plus favorisĂ©s renforcent cette tendance lourde de notre système Ă©ducatif Ă  « soutenir l’excellence ». Pour le SE-Unsa, il faut que ça change !

Enfin, au moment où le SE-Unsa lance une campagne offensive sur le pouvoir d’achat des enseignants, l’OCDE confirme que le salaire des enseignants français a diminué sur la période de 1995 à 2009 et que leur salaire moyen est inférieur à la moyenne de l’OCDE. Et là aussi, pour le SE-Unsa, il faut que ça change !

 
 
 
 
ALC