SECTION SE-Unsa de la SEINE MARITIME - 77 QUAI CAVELIER DE LA SALLE - 76100 ROUEN
Tél. 02 35 73 16 75 - Fax. 02 35 03 92 26 - 76@se-unsa.org

 
Accueil et formation des stagiaires : la mystification
Article publié le vendredi 20 mai 2011.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Le Ministère a publié la circulaire n°2011-073 traitant du dispositif d’accueil, d’accompagnement et de formation des enseignants stagiaires des premier et second degrés et des personnels d’éducation stagiaires.

Le contenu :
Avant toute chose, il faut noter que la circulaire laisse toute latitude aux recteurs pour organiser le dispositif. On ne compte plus les formules du type « dans la mesure du possible, sauf contraintes particulières, de préférence ».

Le dispositif s’articule autour de 3 temps :

1. La détermination des supports : Les enseignants seront affectés sur des supports complets devant élèves. CP et classes difficiles sont à éviter dans le premier degré.

2. La dernière semaine d’août : 5 jours d’accueil. Le rendez vous est donné sur la base du volontariat (et pour cause : les stagiaires ne sont pas fonctionnaires !)
- accueil au niveau du rectorat avec remise d’un livret du stagiaire
- regroupements dans les départements (écoles ou établissements) au cours desquels les stagiaires pourraient faire part de leurs besoins en formation dans le cadre d’entretiens individualisés. Dans le même temps, une formation théorique à la tenue de classe sera également proposée.
- enfin un accueil dans l’école d’affectation

3. L’accompagnement des stagiaires : les tuteurs seront choisis dans le vivier disponible (Les PEMF virés apprécieront…) Il est souhaitable de les réunir avant l’accueil des stagiaires et de leur remettre un livret avec les informations nécessaires à l’accomplissement de leur mission. La nécessité d’élargir et de renforcer l’offre de formation des tuteurs dans le cadre des PAF est soulignée.
La formation des stagiaires s’articulera autour de quatre axes principaux :
- améliorer la pratique d’enseignement
- acquérir des connaissances dans des domaines non maîtrisés
- répondre aux besoins spécifiques du stagiaire
- favoriser l’échange de pratiques
La formation sera organisée de préférence in situ (circonscription ou bassin). Pour le premier degré, de préférence, stages ou accompagnement filés le premier mois et un ou deux stages groupés dans l’année. Un binôme remplaçant stagiaire sera mis en place facilitera les choses, notamment la première semaine.

Les modalités de titularisation ne changent pas.

L’avis du SE-Unsa

Au-delà du fait que nous contestons toujours l’essence même du dispositif qui continue d’être un pis-aller mystificateur voulant à toute force laisser croire qu’on peut faire mieux qu’avant en trois fois moins de temps, le dispositif évolue sur le papier. Malheureusement, les formules floues et dilatoires ne fixent rien et chaque recteur fera selon son bon vouloir ou ses moyens. Peu de points positifs sont à retenir hormis la remise d’un livret aux tuteurs et l’incitation au développement de l’offre de formation qui leur est destinée.

Pour le reste les interrogations et autres points de divergence sont légions :
· La formation prévue fin août demeure profondément anxiogène. L’élève y est presque considéré comme un adversaire qu’il faut « tenir ».
· La formation relève du volontariat pour les stagiaires. Par contre, les tuteurs, conseillers pédagogiques risquent eux, de se voir convoqués fin août, sans possibilité de refuser.
· Le contenu de la formation est à adapter selon le vécu des stagiaires.
· La préconisation d’un binôme/remplaçant, Cela laisse songeur lorsqu’on connaît les difficultés de ce secteur. De plus, dans le premier degré, à la rentrée, les TR sont souvent envoyés en renfort auprès des directeurs sans aide administrative. Il est à craindre que ce ne soit plus possible.
· L’affectation sur un poste à l’année, cantonnera les stagiaires sur un seul niveau ou cycle, restreignant ainsi leur vision du système et des publics auxquels ils seront confrontés.
· Un seul tuteur qui intervient dans la formation ne permet pas de regard croisé et ne valorise qu’un modèle d’enseignement.

Nous interrogerons donc l’IA lors d’une prochaine audience pour savoir comment il mettra en place l’accueil et la formation des PES dans notre département…

En conclusion, le dispositif s’installe dans la durée, laissant croire que la formation prévue est suffisante. Quelques IPR développent d’ailleurs l’argument selon lequel les vacataires et les contractuels y arrivent bien alors pourquoi pas les stagiaires !
On reste dans un bricolage, bien loin de nos revendications concernant la formation initiale et continuée des enseignants et personnels d’éducation.

En pièce jointe : la circulaire du ministère


   circulaire formation   
(36.5 ko)
 
 
 
 
ALC