SECTION SE-Unsa de la SEINE MARITIME - 77 QUAI CAVELIER DE LA SALLE - 76100 ROUEN
Tél. 02 35 73 16 75 - Fax. 02 35 03 92 26 - 76@se-unsa.org

 
Retraites des parents de 3 enfants : les rĂ©actions
Article publié le mardi 29 juin 2010.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Contrairement à ce que le gouvernement affiche (extinction progressive après 2012), l’article 18 de l’avant projet de loi officialise une extinction brutale du droit au départ en retraite anticipé des parents de trois enfants au 13 juillet 2010, date de la présentation du texte au conseil des ministres.

Communiqué de presse :

Contrairement aux annonces claironnées de justice et de progressivité, le projet de loi Woerth masque de multiples chausse-trappes.

Ainsi les mères de trois enfants se voient-elles brutalement contraintes de déposer, d’ici le 13 juillet prochain (avant même le vote définitif de la loi), un dossier de pension pour continuer à bénéficier des conditions actuelles.

Quant aux « anciens » instituteurs, ils verraient la durée de leurs « catégories actives » augmenter de 15 à 17 ans pour pouvoir continuer à bénéficier d’un départ anticipé. Pour ceux qui ne passeraient pas sous cette toise, l’âge de départ en retraite est porté sans délai de 55 à 62 ans.

De plus, dans le premier degré, l’obligation d’achever toute année scolaire entamée contraint les enseignants à prolonger leur activité. Ainsi l’allongement de 4 mois de la durée de cotisation se soldera t-il par douze mois supplémentaires d’enseignement.

Enfin, la décote, toujours aussi injuste, s’aggravera d’un coup de 3 à 5 % le 1er juillet 2011. Dans le même temps, l’âge de son annulation est repoussé d’un coup de presque 3 ans.

En lien avec l’UNSA, le SE-UNSA interpelle le gouvernement et Luc Chatel pour exiger le retrait de ces mesures injustes et brutales. Il appelle les personnels concernés à saisir les parlementaires de leur circonscription.
Après le succès de la mobilisation du 24 juin, le gouvernement doit proposer une réforme des retraites plus juste.

Si vous êtes dans cette situation, le SE-UNSA vous propose d’interpeler directement votre député et/ou sénateur pour lui demander que cette mesure injuste soit impérativement retirée. (voir courrier-type en pièce jointe)

Le SE-UNSA 76 dispose d’une simulation logicielle permettant de calculer la perte sèche instaurée par cette réforme. Contactez-nous !


   parlementaire   
(21.5 ko)
 
 
 
 
ALC