SECTION SE-Unsa de la SEINE MARITIME - 77 QUAI CAVELIER DE LA SALLE - 76100 ROUEN
Tél. 02 35 73 16 75 - Fax. 02 35 03 92 26 - 76@se-unsa.org

 
Retraites : des mesures scandaleuses pour les enseignants du 1er degrĂ©
Article publié le vendredi 25 juin 2010.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Vous avez été très nombreux à réagir dans la rue hier pour dénoncer la réforme des retraites injuste proposée par le gouvernement.

Un point (féminisation de notre profession oblige) vous a fait particulièrement prendre conscience des effets négatifs de cette réforme : la situation des parents de 3 enfants. (voir cet article)

 A part la date du 13 juillet contenue dans l’avant projet de loi nous n’avons, pas plus d’information.

Nous pouvons cependant donner les conseils suivants :

Les collègues qui craignent les effets de cette mesure peuvent d’ores et déjà demander un dossier à l’administration pour préparer la production de pièces à fournir. Pour autant, nous vous conseillons d’attendre une semaine avant d’envoyer le dossier. Nous mettrons cette période à profit pour recueillir des informations complémentaires. Notre site sera mis régulièrement à jour.

Autres mesures injustes :
Nous avons découvert après une lecture attentive d’autres effets pervers de cet avant projet de loi et nous nous devons de vous informer.

Le gouvernement veut faire croire à des mesures progressives. C’est faux !



au travers d’un article de la loi, nos collègues parents de trois enfants voient apparaître brutalement la date du 13 juillet 2010 comme date limite pour bénéficier du départ anticipé dans les conditions actuelles

le régime de la décote déjà porteur de multiples injustices est modifié brutalement : augmentation franche de 3 à 5% de cette décote au 1 er juillet 2011, âge d’annulation de la décote repoussé de près de trois ans,

Le gouvernement annonce : « l’âge augmentera selon l’année de naissance au rythme de 4 mois par an. Il s’agit d’un élément fondamental pour une réforme juste et compréhensible »

C’est faux et la mesure est injuste ! Ce ne sera pas un simple décalage progressif de 4 mois à 2 ans pour un départ dans les mêmes conditions

L’attaque est plus sournoise, les effets plus pervers :


- Contrairement aux autres salariés, les enseignants des écoles ne peuvent pas partir à l’âge légal. En fonction de leur date de naissance, l’obligation qui leur est faite de terminer l’année scolaire scolaire va provoquer un report d’une année pour leur départ en retraite. On est loin des 4 mois annoncés !

- La réforme gouvernementale impose une nouvelle exigence à laquelle un certain nombre d’anciens instituteurs ne pourront pas répondre.

Pour avoir l’assurance de conserver le bénéfice de la retraite à 55 ans, ces personnels de catégorie B dite « active » ont dû vérifier la condition de 15 années de services actifs au moment du passage dans le nouveau corps catégorie A.

La donne change sans prévenir ! Tous ceux nés entre 1956 et 1961, qui n’auront pas ces 15 ans 4mois à 17 ans de service actifs, vont devoir travailler de 5 à 7 ans de plus selon leur année de naissance !

Nous avons demandé à l’UNSA Fonction publique d’écrire au ministre pour demander le retrait de la disposition concernant la date du 13 juillet. C’est fait.

Nous allons continuer l’action, concernant aussi les autres mesures, auprès des ministres de l’Education et de la Fonction publique, près des groupes parlementaires.

Nous intervenons aussi près du conseiller social à l’Elysée.

Il s’agit pour nous d’exiger le retrait de ces mesures injustes qui frappent de façon intolérable nos collègues.

Nous communiquerons auprès des médias en début de semaine sur ce sujet

L’intersyndicale interprofessionnelle se réunit à nouveau le 29 juin. Une nouvelle date d’action devrait être mise dans le paysage pour la rentrée. Nous vous tiendrons informés.


   Tout est expliquĂ©   
(283 ko)
 
 
 
 
ALC