SECTION SE-Unsa de la SEINE MARITIME - 77 QUAI CAVELIER DE LA SALLE - 76100 ROUEN
Tél. 02 35 73 16 75 - Fax. 02 35 03 92 26 - 76@se-unsa.org

 
Revalorisation : l’arlĂ©sienne
Article publié le mardi 16 février 2010.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Luc Chatel a proposé un pacte de carrière en deux volets : l’un financier, l’autre amé liorant la gestion des ressources humaines.
Nicolas Sarkozy annonçait la revalorisation financière de tous les enseignants dans sa lettre aux Éducateurs en 2007. Un livre vert et trente mois plus tard, où en est-on ? À la rentrée, deux hypothèses très insuffisantes ont été présentées et depuis… rien. Aujourd’hui, on nous dit que des avancées substantielles pourraient être annoncées avant la fin du mois. Disons-le tout net, nous avons de sérieux doutes quant à la réalité de la traduction de l’engagement présidentiel.

En revanche, le chantier ressources humaines avance. Pas étonnant car pour le gouvernement, au-delà de son faible coût, c’est un véritable levier destiné à remettre en cause nos statuts particuliers. Certaines propositions sont dangereuses :
• En réseaux ambition réussite (Rar), la Dgrh envisage un recrutement des enseignants par le chef d’établissement. Pour le SE-Unsa, ce n’est pas la bonne solution. Il faut développer l’attractivité de ces postes (allègement horaire, rémunération…). Qui plus est, le classement des Rar est discutable, certains établissements faisant face à de grandes difficultés en sont aujourd’hui exclus.
• La Dgrh envisage la refonte de l’évaluation pour prendre davantage en compte le mérite. Pour le SE-Unsa, seule la valeur professionnelle basée sur le référentiel de compétences des enseignants peut servir de base à une évaluation objective et transparente. Le Syndicat refuse toute évolution d’un dispositif qui impacte autant la carrière, reposant sur des critères subjectifs ou autoritaires.

Nous notons néanmoins quelques bonnes nouvelles :
• Depuis des années, le SE-Unsa revendique que le ministère respecte ses obligations d’employeur en matière de santé. La Dgrh a annoncé qu’un plan santé devrait voir rapidement le jour, via le recrutement d’une centaine de médecins de prévention. Dans ce cadre, les enseignants auraient une visite médicale tous les cinq ans et un bilan de santé leur serait proposé à 50 ans.
• Conformément aux accords signés par l’Unsa-Fonction publique et suite à nos demandes, les Chs deviennent Chsct incluant la compétence « conditions de travail ».
• Le Dif se mettra en place en septembre et devrait être une stricte déclinaison des dispositions Fonction publique.

En conclusion, le SE-Unsa exige des réponses rapides en matière financière. Il demande que le chantier ressources humaines fasse l’objet de débats approfondis, sans a priori du gouvernement.

 
 
 
 
ALC