SECTION SE-Unsa de la SEINE MARITIME - 77 QUAI CAVELIER DE LA SALLE - 76100 ROUEN
Tél. 02 35 73 16 75 - Fax. 02 35 03 92 26 - 76@se-unsa.org

 
Maternelle et petite enfance : le jardin d’Ă©veil est un "canada dry"
Article publié le mardi 16 février 2010.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Force est de constater que la scolarisation des Tout Petits est en chute libre en France : prenons le cas de la Seine Maritime.

À la rentrée 2008, 44 243 enfants étaient scolarisés dans l’enseignement préélémentaire public en Seine Maritime.
Le taux de scolarisation des enfants de 2 à 5 ans s’élevait à 72,6% alors qu’il était de 74,8% en 2006.

La baisse de scolarisation s’observe en fait très nettement dans la tranche des 2 ans :

Pour preuve :

- en 2006, 15 116 enfants de 2 ans en Seine Maritime dont 15,7% scolarisés dans le public

- en 2008, 15 549 enfants de 2 ans en Seine Maritime et plus que 12,6% de ceux-ci scolarisés !

BILAN : MOINS 3,1% d’enfants de 2 ans scolarisés entre les rentrées 2006 et 2008 !

C’est un fait, la maternelle fait largement les frais des arbitrages ministériels en terme de suppressions de postes.

Alors qu’au niveau national, qu’on comptait 71 871 classes en maternelle en 1995, il n’y en a plus que 66 457 en 2009.

Dire que la maternelle sert de variable d’ajustement à la carte scolaire n’est donc pas une vue de l’esprit. C’est d’abord là que les inspections académiques choisissent de fermer des classes.

Quelle alternative le gouvernement propose-t-il aux familles en termes de mode d’accueil, en particulier pour les 2-3 ans ? Aucune.

… si ce n’est une structure appelée aujourd’hui "jardin d’éveil" ; une structure qui ressemble à l’école, qui veut faire de l’école, mais qui n’a rien à voir avec notre école maternelle citée en exemple par de nombreux pays européens !

Le conseil d’administration de la Cnaf a approuvé, le 5 mai 2009, l’appel à candidature pour expérimenter les jardins d’éveil. Cela donne le top départ au projet de Nadine Morano de créer 8000 places d’ici 2012 dans ce type de structures. Dans l’appel à projet qui a été diffusé, nous constatons que la bataille menée, notamment dans le cadre de l’action « Pas de bébé à la consigne », n’aura pas été vaine. L’adossement à l’école maternelle, qui est pour nous une ligne rouge, sans être exclu, n’est plus mentionné. Les directeurs d’écoles ne sont plus listés comme directeurs potentiels de ces jardins. Cependant, au SE-UNSA nous ne sommes pas dupes de l’écran de fumée que constitue cette initiative. L’impérieux besoin des familles pour la garde des très jeunes enfants ne pourra ni en nombre, ni en qualité être satisfait par ce cocktail « canada dry » appelé jardin d’éveil. Dans le shaker, le gouvernement a choisi de ne mettre ni la qualité de l’encadrement des crèches, ni l’ambition éducative et la gratuité de l’école maternelle. Le résultat risque d’être à la fois cher et amer pour les parents. De leur côté les établissements catholiques sont déjà sur les rangs, prêt à capter leur future clientèle. Ils vont pouvoir créer des jardins d’éveil intégrés à leurs écoles et cela en étant abondamment subventionnés en fonds publics.

Le SE-UNSA appelle donc les militants laïques à la plus grande vigilance sur les projets qui vont se mettre en place dans les communes. Il agira avec le CNAL pour rappeler que, lorsque les parents le souhaitent, l’école maternelle publique, laïque et gratuite, est bien le lieu pertinent pour l’accueil des 2-3 ans.

Nous vous invitons à télécharger (ci-dessous au format pdf) l’excellent dossier sur la petite enfance réalisé pour notre revue nationale "l’Enseignant".

 


   PETITE ENFANCE : LE    
(507.9 ko)
 
 
 
 
ALC