SECTION SE-Unsa de la SEINE MARITIME - 77 QUAI CAVELIER DE LA SALLE - 76100 ROUEN
Tél. 02 35 73 16 75 - Fax. 02 35 03 92 26 - 76@se-unsa.org

 
Grippe A : Protection des personnels
Article publié le mercredi 9 décembre 2009.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Gestion de ressources humaines dans le contexte de pandémie
Malgré nos demandes répétées depuis la rentrée, le ministère en tant qu’employeur reste carent dans les informations apportées à ses salariés.

Les nombreuses remontées de terrain depuis le développement de la pandémie témoignent de cette carence.
Notre administration qui sait si bien faire passer des ordres, des consignes sur des mesures à appliquer n’a pas jugé bon d’adresser à ses salariés des informations sur la liste des personnes à risques, les interlocuteurs disponibles localement.

Le point presse sur notre enquête santé au travail a permis d’illustrer cette GRH déplorable au travers de la gestion du contexte grippe A. Ce mécontentement traverse aussi les rangs des personnels de santé, les chefs d’établissement, les personnels administratifs.

Le ministère, face à ce vent de contestation a tenté de déminer le terrain en convoquant en urgence une réunion vendredi après midi dernier. Nous avions dès le mercredi expliqué au directeur de cabinet du ministre les raisons de la colère, et avions transmis une liste concrète de questions (voir article sur notre site Internet).

A l’issue de la réunion, nous avons eu peu de réponses concrètes aux questions posées par les différentes catégories de personnels représentées.

Comme nous le craignions, à la lecture de la circulaire de la direction du travail de juillet, de celle de la DGAFP d’août, c’est bien la question du non respect des droits des personnels qui est posée partout.

Pour ce qui nous concerne, nous avons demandé :
- des explications sur les personnels pouvant être réquisitionnés par les préfets pour les centres de vaccination, et les modalités de cette réquisition en référence à la circulaire interministérielle de novembre 2009.
Le préfet peut réquisitionner toutes catégories de personnels, mais ce n’est pas envisagé pour les enseignants.
Les personnels concernés reçoivent une lettre personnelle du préfet, il n’est donc pas question d’obéir à une consigne orale ou écrite d’un IA, d’un IEN, d’un chef d’établissement ou autre interlocuteur.
- Les personnes à risques : notre consigne demeure. Il faut que les collègues qui s’estiment concernés (liste ICI) contactent le médecin de prévention.
- Dans la priorité à la vaccination, les personnels chargés de la petite enfance (enfants de moins de trois ans) sont dans la liste. Nous pouvons donner consigne à nos collègues de maternelle ayant des élèves de moins de trois ans et qui souhaitent se faire vacciner de demander au médecin de prévention et leur IA qu’ils soient déclarés à la caisse d’assurance maladie (ou MGEN) pour recevoir un bon de vaccination (voir modèle de lettre).
- S’agissant des fermetures d’écoles et la présence obligée des enseignants sur le lieu de travail, nous n’avons eu aucun démenti, bien au contraire mais sans explication. Là aussi, dès qu’un arrêté de fermeture est pris on peut donner consigne aux collègues de faire par fax un courrier au préfet et à l’IA pour demander des explications (voir modèle de lettre à adapter selon l’arrêté mais visiblement ils sont identiques et comportent la mention « fermeture à toute activité »).

Nous demandons à nouveau la réunion d’un CHS pour qu’y soient abordées toutes ces questions de protection des personnels et d’informations à leur transmettre.

Nous avons aussi questionné le cabinet du ministre sur les conséquences financières des fermetures de classes ou d’écoles sur les classes de découvertes.
Il n’y a pas d’indemnisation possible, la garantie annulation est recommandée. Si cela n’a pas été le cas, il faudra que les écoles négocient avec l’organisateur.

Enseignants de maternelle,

Vous trouverez ci-dessous le modèle de lettre à envoyer à l’IA pour lui demander à être vacciné…


 
 
 
 
ALC