SECTION SE-Unsa de la SEINE MARITIME - 77 QUAI CAVELIER DE LA SALLE - 76100 ROUEN
Tél. 02 35 73 16 75 - Fax. 02 35 03 92 26 - 76@se-unsa.org

 
Livret de compĂ©tences (palier CM2) : une expĂ©rimentation Ă  la hâte
Article publié le jeudi 2 avril 2009.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Le dispositif :
Comme pour le collège, l’expérimentation des « attestations » de compétences se déroule dans des écoles retenues par la DEPP pour mener l’habituelle évaluation bilan des acquis en maths-français en fin de scolarité primaire. Cet échantillon est donc représentatif (public, privé, ZEP, RAR,…).
L’expérimentation commence au retour des congés d’hiver des différentes zones, la saisie des résultats 6 semaines plus tard. La remontée définitive des résultats est prévue deux semaines plus tard.

L’objectif :
Etre en mesure de comparer les résultats des évaluations-bilans de la DEPP et les attestations de compétences qui doivent les remplacer à terme.
L’évaluation des compétences doit permettre de positionner chaque élève dans l’acquisition du socle commun et de rendre compte au Parlement, comme le requiert la loi d’orientation de 2005, du pourcentage d’élèves maîtrisant le socle commun et chacune de ses compétences.

L’avis du SE-UNSA :
Même si le ministère propose un protocole d’expérimentation et a confié l’opération aux spécialistes de l’évaluation (la DEPP), les conditions dans lesquelles se déroule l’expérimentation menacent de la rendre inopérante.

Plusieurs problèmes sont à pointer :

l’absence totale de concertation avec les organisations représentatives des personnels dans la phase d’élaboration du dispositif,

le refus de communiquer les documents transmis aux écoles au SE-UNSA. Ce culte du secret fait le lit de toutes les rumeurs et interprétations préjudiciables à cette expérimentation dans un climat de suspicion et de défiance généralisé.

la communication tardive du protocole d’expérimentation aux équipes : le hiatus sera grand entre les évaluations pratiquées quotidiennement et ces évaluations de compétences,

les délais très courts et l’absence de temps de concertation ou de temps banalisés.

 
 
 
 
ALC