SECTION SE-Unsa de la SEINE MARITIME - 77 QUAI CAVELIER DE LA SALLE - 76100 ROUEN
Tél. 02 35 73 16 75 - Fax. 02 35 03 92 26 - 76@se-unsa.org

 
Future formation des enseignants : vite, des nĂ©gociations !
Article publié le vendredi 13 février 2009.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Dans une dĂ©claration adoptĂ©e par son ExĂ©cutif national le 9 fĂ©vrier, l’UNSA Education demande une vĂ©ritable nĂ©gociation sur la formation des enseignants. La fĂ©dĂ©ration rappelle Ă©galement son opposition Ă  une mastĂ©risation prĂ©cipitĂ©e, sans cadrage national suffisant, et rappelle ses exigences.

1) La fĂ©dĂ©ration l’UNSA Éducation rappelle sa condamnation de la rĂ©forme de la formation des personnels enseignants et d’Ă©ducation qui :

conduit Ă  rĂ©duire considĂ©rablement le niveau de compĂ©tences professionnelles acquises par les futurs enseignants avant leur prise de fonction ; pose dĂ©sormais de façon cruciale la question de la mixitĂ© sociale des futurs enseignants, dans la mesure oĂą la durĂ©e totale des Ă©tudes va ĂŞtre entièrement Ă  la charge des Ă©tudiants ; assèche les viviers de recrutement avec des consĂ©quences sociales et culturelles graves concernant en particulier les DOM ; remet en cause, au profit d’un modèle reposant sur la concurrence entre universitĂ©s, toute l’expĂ©rience acquise par les IUFM en matière de formation des enseignants au moment mĂŞme oĂą ils intĂ©graient institutionnellement les universitĂ©s et oĂą s’amorçait un travail cohĂ©rent de reconnaissance de la formation au niveau master ; remet en cause l’existence de la grande majoritĂ© de sites dĂ©partementaux des IUFM et par voie de consĂ©quence une formation initiale de proximitĂ© ainsi que la formation continue, notamment dans le premier degrĂ© ; menace l’existence mĂŞme d’un cadre de formateurs de terrains au profit d’un « compagnonnage » qui ne garantit aucunement les compĂ©tences requises en termes d’ingĂ©nierie de formation ; vise essentiellement Ă  rĂ©cupĂ©rer les emplois des stagiaires, mais fait peser une lourde menace sur les personnels de formation, y compris les personnels Biatos des actuels IUFM dont l’apport est indispensable Ă  l’organisation et au fonctionnement d’une formation de qualitĂ©.

2) L’UNSA Education rappelle Ă©galement son opposition Ă  une mastĂ©risation prĂ©cipitĂ©e, sans cadrage national suffisant, sans prise en compte de l’ensemble des consĂ©quences qu’elle entraĂ®ne ;

3) L’UNSA Education exige dans l’immĂ©diat :

un cadrage prĂ©cis, reposant notamment sur une convention-cadre nationale entre les ministères de l’Enseignement supĂ©rieur et de la Recherche d’une part, de l’Éducation nationale d’autre part. Ce conventionnement doit permettre de rĂ©gler l’ensemble des aspects concernant les Ă©tudiants (situation juridique, rĂ©munĂ©ration, frais, obligations...) ; un conventionnement acadĂ©mique sur ces bases entre les recteurs, chanceliers des universitĂ©s, reprĂ©sentants des ministres dans les acadĂ©mies, et les universitĂ©s (ou le reprĂ©sentant qu’elles auraient mandatĂ© Ă  cet effet et qui pourrait ĂŞtre l’IUFM). Ces conventions doivent permettre d’assurer la cohĂ©rence et la continuitĂ© de formation entre la partie proprement universitaire et les stages sur le terrain. Elles doivent en outre, comme ce doit ĂŞtre le cas au niveau national, faire rĂ©fĂ©rence au cahier des charges des IUFM ; une clarification de la situation des Ă©tudiants en stage, qu’il s’agisse de pratique accompagnĂ©e ou de responsabilitĂ©, sur la base notamment de conventions entre les universitĂ©s et les rectorats ou inspections acadĂ©miques (avec une dĂ©clinaison au niveau des circonscriptions d’IEN dans le premier degrĂ©), mais Ă©galement entre les universitĂ©s et les EPLE dans le second degrĂ©. Ces dispositifs doivent ĂŞtre conformes aux conventions cadres arrĂŞtĂ©es aux niveaux ministĂ©riel et acadĂ©mique) ; la mise en place d’un dispositif de suivi associant les reprĂ©sentants de personnels, au plan national comme au plan acadĂ©mique et/ou dĂ©partemental ;

4) L’UNSA Education demande en consĂ©quence que les deux ministères concernĂ©s (Enseignement supĂ©rieur et Recherche ; Éducation nationale) engagent ensemble une vĂ©ritable nĂ©gociation, globale et approfondie, avec l’ensemble des acteurs concernĂ©s par la formation des enseignants. Cette nĂ©gociation doit viser Ă  construire des parcours de formation cohĂ©rents garantissant la maĂ®trise nĂ©cessaire des contenus acadĂ©miques comme de l’ensemble des compĂ©tences professionnelles que le système Ă©ducatif est en droit d’attendre des futurs enseignants, conformĂ©ment au cahier des charges des IUFM et au rĂ©fĂ©rentiel de compĂ©tences du mĂ©tier d’enseignant.

 
 
 
 
ALC