SECTION SE-Unsa de la SEINE MARITIME - 77 QUAI CAVELIER DE LA SALLE - 76100 ROUEN
Tél. 02 35 73 16 75 - Fax. 02 35 03 92 26 - 76@se-unsa.org

 
21h54 : Camille en a dĂ©finitivement marre de ce protocole
Article publié le jeudi 18 juin 2020.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

21h54
C’est l’heure Ă  laquelle est parue la version dĂ©finitive du protocole sanitaire (mise Ă  jour pour application Ă  partir du 22 juin)


Les équipes ont donc en tout et pour tout 2 jours pour tout réorganiser dans les établissements.

21h54, c’est l’heure Ă  laquelle Camille (P.E et directrice d’école) rĂ©pond encore Ă  des parents d’élĂšves pour lesquels elle assure toujours le distanciel en plus du prĂ©sentiel organisĂ© par rotations dans son Ă©cole.

21h54, Camille dĂ©couvre avec stupeur que les mails qu’elle avait dĂ©jĂ  reçus de son IEN dans l’aprĂšs-midi et qui se basaient sur une version parue plus tĂŽt dans la journĂ©e sont dĂ©sormais caduques. (Et oui, les IENs « rament Â» sans doute eux aussi
)

21h55, Camille s’interroge : A la lecture de cette version, elle n’est pas certaine de bien avoir tout compris : « Dans les Ă©coles Ă©lĂ©mentaires et les collĂšges, le principe est la distanciation physique d’au moins un mĂštre lorsqu’elle est matĂ©riellement possible Â»
Plus loin, elle lit : "L’organisation de la classe Ă  l’air libre est donc une possibilitĂ© encouragĂ©e."
et enfin « Si la configuration des salles de classe (surface, mobilier, etc.) ne permet absolument pas de respecter la distanciation physique d’au moins un mĂštre, alors l’espace est organisĂ© de maniĂšre Ă  maintenir la plus grande distance possible entre les Ă©lĂšves Â»

Camille est de plus en plus dubitative *
* vous pouvez remplacer cet adjectif par celui qui s’applique selon votre propre humeur : Ă©cƓurĂ©e, dĂ©pitĂ©e, Ă©nervĂ©e


21h56 : Camille a beau retourner ces passages du texte dans tous les sens, elle ne parvient pas à saisir les contraintes qu’on lui pose.

22h : Camille met la main sur des exemples d’organisation de salles qui sont proposĂ©s. InĂ©vitablement, elle se met dans la peau d’une ValĂ©rie Damido ou d’un StĂ©phane Plaza et observe les plans de sa classe qu’elle avait imaginĂ©s Ă  la rĂ©ouverture du 12 mai.

22h30 : Camille rĂ©alise que les projections qu’elle a faites pour sa classe ne sont pas rĂ©alisables, elle doit tenir compte des issues de secours, du plan d’évacuation et de bien d’autres paramĂštres.

23h : Camille n’en peut plus. Comme des centaines de milliers d’enseignants, des dizaines de milliers de directeurs-trices, elle en a assez : elle est Ă  bout et les symptĂŽmes du burn-out l’envahissent. Demain, elle devra une nouvelle fois contacter les parents, la commune, les services techniques
 (liste non exhaustive) pour
 une fois de plus, assurer le service aprĂšs-vente de son Ministre et du PrĂ©sident.

En un mot, elle devra SE DEMERDER.
Il n’y a pas de doute, elle fait le plus beau mĂ©tier du monde !


   EXEMPLES_d_ORGANISATION   
(545.5 ko)
 
 
 
 
ALC