SECTION SE-Unsa de la SEINE MARITIME - 77 QUAI CAVELIER DE LA SALLE - 76100 ROUEN
Tél. 02 35 73 16 75 - Fax. 02 35 03 92 26 - 76@se-unsa.org

 
Nouveau protocole sanitaire allĂ©gĂ© : Cette semaine, exercice de souplesse avec un grand Ă©cart ministĂ©riel : tous en classe, mais Ă  plus d’un mĂštre "latĂ©ralement" !
Article publié le mercredi 17 juin 2020.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Ce qui est possible dans un couloir de piscine n'est pas toujours évident dans une salle de classe. Encore une fois, les enseignants devront organiser l'impossible (et à quel moment ?), le ministre communique sans se soucier du réel ! (voir aussi cet article)

Lire le protocole du 17 juin : ICI

Extraits :

La rĂšgle indicative de surface de 4mÂČ par Ă©lĂšve ne s’applique plus


- A l’école maternelle, entre les Ă©lĂšves d’une mĂȘme classe
 aucune rĂšgle de distanciation ne s’impose
 En revanche, la distanciation physique doit ĂȘtre maintenue entre les Ă©lĂšves de groupes diffĂ©rents.
- Dans les Ă©coles Ă©lĂ©mentaires et les collĂšges, la distanciation physique d’au moins un mĂštre s’applique est recommandĂ©e (mise Ă  jour de 21h54) dans les espaces clos (dont la salle de classe)...
Elle ne s’applique pas dans les espaces extĂ©rieurs entre Ă©lĂšves... y compris pour les activitĂ©s sportives...
- Dans les lycĂ©es, une distance minimale d’un mĂštre est respectĂ©e entre chaque personne


- Le lavage des mains aux lavabos peut se rĂ©aliser sans mesure de distance physique entre les Ă©lĂšves d’une mĂȘme classe ou d’un mĂȘme groupe...
- Le port du masque
 Â« grand public Â» est obligatoire (en Ă©cole primaire, en collĂšge et en lycĂ©e) pour les personnels dans les situations oĂč la distanciation d’au moins un mĂštre ne peut ĂȘtre garantie...
- Un nettoyage des sols et des grandes surfaces (tables, bureaux) est rĂ©alisĂ© au minimum une fois par jour...

 

DÉCLARATION DE L'UNSA EDUCATION AU CHS-CT MEN

ce ce mercredi 17 juin

Monsieur le Président,
Monsieur le Directeur général des ressources humaines,



Pour l’UNSA Éducation, le retour de tous les Ă©lĂšves Ă  l’École est une Ă©volution positive.

En revanche, alors que le PrĂ©sident de la RĂ©publique a laissĂ© entendre un retour Ă  une situation avant confinement, c’est bien un nouveau protocole datĂ© de ce jour que les Ă©quipes ont Ă  mettre en place d’ici lundi. Une rĂ©organisation de l’espace et du temps qui risque, une nouvelle fois de mettre les Ă©quipes et particuliĂšrement les directeurs d’écoles et les chefs d’établissements, les adjoints gestionnaires en porte-Ă -faux. Dans le contexte insupportable de « Profbashing Â» et plus largement de critique vis-Ă -vis de l’éducation nationale, cet Ă©niĂšme rĂ©organisation floue, ce dĂ©calage persistant entre ce qui est annoncĂ© « le retour obligatoire de tous Â» et ce qui est possible, n’est pas tolĂ©rable.


Tout d’abord, l’Unsa Education dĂ©nonce alors une nouvelle fois le caractĂšre urgent d’une rĂ©organisation imposĂ©e dans un contexte de tension et d’épuisement au sein de toute la profession.


Ensuite, concernant ce nouveau protocole, si depuis le dĂ©part, nous misons sur la confiance dans les autoritĂ©s sanitaires, nous voulons dĂ©noncer les incohĂ©rences d’application de ces consignes au regard de la rĂ©alitĂ©  :

  • Certaines mesures relĂšvent de l’impossible  : la distanciation physique d’un mĂštre en lieu clos dans le cadre d’une scolarisation obligatoire de tous les Ă©lĂšves d’élĂ©mentaire et de collĂšge, le non brassage des groupes classes sur des transitions de temps et d’espace diffĂ©rents (classe, restauration, garderie, 
)
  • D’autres sont surprenantes : si l’on pourrait se satisfaire de la levĂ©e de toute interdiction en matiĂšre d’activitĂ©s sportives, on peut surtout s’interroger sur cette modification subite au regard d’autres bien plus prudentes et se demander lĂ©gitimement si la volontĂ© de permettre la mise en Ɠuvre du dispositif 2S2C n’y est pas pour grande responsable


Par ailleurs, ces annonces sĂšment Ă  nouveau le trouble sur la situation des personnels vulnĂ©rables et/ou vivant avec une personne vulnĂ©rable. Aucune consigne claire ne leur a Ă©tĂ© donnĂ©e, et ce qui semble ĂȘtre envisagĂ©, Ă  savoir ne pas prendre en compte celles vivant avec une personne vulnĂ©rable, ne nous rassure guĂšre.


Enfin l’UNSA Éducation dĂ©nonce fermement la nouvelle absence totale de concertation de la profession sur ces nouvelles mesures consĂ©quentes, et en particulier le non-respect des prĂ©rogatives du CHSCT. Le nouveau protocole a Ă©tĂ© adressĂ© aux Ă©coles et Ă©tablissements avant mĂȘme qu’il le soit aux Ă©lus du CHSCT MEN et Ă  ceux du CTMEN !



Pour rappel, l’article 57 du dĂ©cret 82-453 modifiĂ© prĂ©voit que le CHSCT doit donner son avis sur les projets d’amĂ©nagement modifiant les conditions de santĂ© et de sĂ©curitĂ© ou les conditions de travail.
L’article 60 du dĂ©cret prĂ©cĂ©demment citĂ© indique en outre que le CHSCT est consultĂ© sur la teneur de tous les documents que l’administration envisage d’adopter en matiĂšre de santĂ© et de sĂ©curitĂ©.


Retrouver les Ă©lĂšves mĂȘme pour quelques jours afin de clore une annĂ©e qui s’est arrĂȘtĂ©e brutalement le 13 mars est une bonne nouvelle mais les personnels ne veulent pas ĂȘtre tenus pour responsables d’un accueil plus restreint que ce que le PrĂ©sident a annoncĂ©. Il appartient Ă  l’exĂ©cutif d’assumer pleinement ces dĂ©cisions.



Aussi, si effectivement, l’état sanitaire du pays l’autorise, alors il faut permettre rĂ©ellement Ă  tous les Ă©lĂšves de retrouver le chemin de l’école et du collĂšge, et c’est en totale conscience de cet enjeu que l’UNSA Éducation exige dĂšs Ă  prĂ©sent :

  • la suppression de l’obligation de distanciation physique d’un mĂštre entre les Ă©lĂšves d’élĂ©mentaire et de collĂšge en lieu clos, un rappel de la vigilance est bien plus adaptĂ© sur ces classes d’ñge
  • l’allĂšgement des contraintes de non brassage des groupes pour tenir compte de la rĂ©alitĂ© des temps et des espaces
  • le maintien du travail en distanciel pour les personnels vulnĂ©rables et/ou vivant avec une personne vulnĂ©rable
  • une mise en Ɠuvre du dispositif 2S2C respectueuse du cadre ministĂ©riel pour stopper toute dĂ©rive mais aussi une mise en Ɠuvre limitĂ©e aux rĂ©alitĂ©s matĂ©rielles locales pour stopper toute pression sur les directeurs et chefs d’établissement


Si l’état sanitaire du pays n’autorise pas le retour de tous les Ă©lĂšves, alors il serait malsain de laisser croire que cette mesure est possible alors que les conditions matĂ©rielles seraient un obstacle insurmontable.


A moyen terme, l’UNSA Éducation demande :

  • une prĂ©paration de la rentrĂ©e de septembre 2020 avec la prĂ©sentation en CHSCT de protocoles sanitaires adaptĂ©s Ă  plusieurs niveaux de circulation du virus et Ă  l’ñge des Ă©lĂšves
  • l’utilisation des vacances d’étĂ© pour adapter quand cela est possible les infrastructures scolaires aux diffĂ©rents protocoles sanitaires envisagĂ©s
  • le renforcement des moyens humains pour aider les directeurs d’école et l’accompagnement des Ă©lĂšves
  • une mĂ©thode de gestion de nos dirigeants plus respectueuses des personnels et de leurs reprĂ©sentants

 

 
 
 
 
ALC