SECTION SE-Unsa de la SEINE MARITIME - 77 QUAI CAVELIER DE LA SALLE - 76100 ROUEN
Tél. 02 35 73 16 75 - Fax. 02 35 03 92 26 - 76@se-unsa.org

 
2S2C (sport, santĂ©, culture, civisme) : Ă  dĂ©faut de prĂ©sentation, la place Ă  toute interprĂ©tation

Article publié le jeudi 21 mai 2020.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
S’il s’était prĂ©sentĂ© dĂšs le dĂ©part, avait dit d’oĂč il venait, oĂč il voulait aller et avec qui il voulait travailler, le dispositif 2S2C aurait fait bien moins de bruit
 mais peut-ĂȘtre Ă©tait-ce son objectif premier ?
 
 
Le SE-Unsa ne peut que regretter l’absence totale de prĂ©sentation, et encore moins de concertation au sein de notre propre ministĂšre de l’Éducation nationale, sur la mise en Ɠuvre de ce dispositif pourtant positionnĂ© sur le temps scolaire et faisant appel Ă  ses acteurs.
 
Au-delĂ  de se priver de l’avis et des compĂ©tences des experts de terrain, Ă©carter une fois de plus la profession des discussions peut ĂȘtre lu de façon lĂ©gitime comme une mise Ă  l’écart de la profession elle-mĂȘme dans la mise en Ɠuvre du dispositif.
 
 
 
Alors le 2S2C, c’est quoi ?
 
Annoncé publiquement par Jean-Michel Blanquer le 21 avril dernier, le dispositif sport santé culture civisme, de son nom complet, est inscrit dans la circulaire du 4 mai relative à la réouverture des écoles et établissements et aux conditions de poursuite des apprentissages.
 
Son objectif affichĂ© est d’assurer l’accueil des enfants sur le temps scolaire lorsque ces derniers ne peuvent pas ĂȘtre en prĂ©sence de leur professeur compte tenu des mesures de distanciation Ă  respecter en raison de l’épidĂ©mie de Covid-19.
 
DiscutĂ©e au sein d’autres ministĂšres mais jamais avec les acteurs de l’Éducation nationale, sa mise en Ɠuvre dans le champ des activitĂ©s physiques et sportives est (enfin) cadrĂ©e depuis le 19 mai par une instruction adressĂ©e aux prĂ©fets.
 
 
Quel est alors le cadrage de cette mise en Ɠuvre ?
 
Le 2S2C ne peut ĂȘtre mis en place qu’à la suite de l’établissement d’une convention entre l’IA-Dasen et chaque maire volontaire.
Cette convention dite relative Ă  la continuitĂ© scolaire et la rĂ©alisation d’activitĂ©s sportives et culturelles sur le temps scolaire exige, entre autres, que :
  • les activitĂ©s proposĂ©es s’inscrivent dans le prolongement des apprentissages et en complĂ©mentaritĂ© avec l’enseignement prĂ©sentiel ou Ă  distance et respectent les principes de neutralitĂ© et de laĂŻcitĂ©
  • les modalitĂ©s d’intervention des personnels employĂ©s au sein du 2S2C soient fixĂ©es en concertation avec l’équipe Ă©ducative (types d’activitĂ©s, temps, lieux, 
)
  • la participation des enfants Ă  cet accueil soit gratuite et laissĂ©e Ă  l’apprĂ©ciation des familles
  • les activitĂ©s proposĂ©es se dĂ©roulent dans le cadre des rĂšgles sanitaires applicables (ex : groupe limitĂ© Ă  15)
  • les services dĂ©concentrĂ©s du ministĂšre des Sports veillent, avec les membres du Groupe d’appui dĂ©partemental, les fĂ©dĂ©rations sportives scolaires (USEP, UNSS) et le mouvement olympique, Ă  recenser les clubs et Ă©ducateurs sportifs volontaires pour proposer des activitĂ©s Ă  destination des Ă©lĂšves et vĂ©rifier l’honorabilitĂ© des intervenants sportifs en relation avec les IA-Dasen (carte professionnelle, casier judiciaire, neutralitĂ©, 
)
 
La convention une fois établie vaut pour la durée restant de la présente année scolaire.
 
 
L’avis du SE-Unsa
 
L’objectif de soutenir les territoires dans l’accueil d’un maximum d’élĂšves dans le respect contraint des conditions sanitaires tout en gardant une visĂ©e Ă©ducative semble logiquement favorable.
 
Cependant, les rĂ©alitĂ©s locales actuelle font surgir de nombreuses interrogations qui ne trouvent pas leurs rĂ©ponses dans quelconque cadrage :
  • l’accĂšs trĂšs limitĂ©, voire parfois impossible, aux installations sportives que subissent dĂ©jĂ  les enseignants, professeurs des Ă©coles comme enseignants d’EPS
  • la sur sollicitation des directeurs d’école et des chefs d’établissement Ă  qui proposer un Ă©niĂšme dispositif Ă  superviser semble impensable
  • la lourdeur administrative de recensement des intervenants et de la vĂ©rification de leur habilitation, de recensement des familles intĂ©ressĂ©es et de l’organisation des groupes, des temps et des activitĂ©s, 

 
À ce jour, peu de communes ont fait le choix de mettre en Ɠuvre le dispositif et, lorsqu’il existe, il se limite Ă  proposer un service de garderie aux Ă©lĂšves que les Ă©coles ne peuvent accueillir, loin des enjeux Ă©ducatifs visĂ©s.
Mais si le dispositif devait s’étendre dans les semaines Ă  venir en raison d’un accueil d’élĂšves plus important dans les Ă©coles et Ă©tablissements, le SE-Unsa exigera le respect du cadre national posĂ© notamment en matiĂšre de concertation de l’équipe Ă©ducative, de respect des temps d’enseignement et des champs d’intervention, de respect des prioritĂ©s des directeurs et des chefs d’établissements.
 
L’entrĂ©e en matiĂšre du dispositif 2S2C, ni annoncĂ©e, ni identifiĂ©e, dans un contexte professionnel doublement tendu (discours sur le sport Ă  l’école depuis 3 ans et crise sanitaire actuelle) fait partie de ces gouttes d’eau qui, une fois le vase dĂ©bordĂ©, aura grand mal Ă  convaincre et pĂ©nalisera les acteurs qui s’y seront sincĂšrement investis.
 
Rien qu’en cela, le SE-Unsa juge, une fois de plus, irresponsables les annonces ministĂ©rielles prĂ©cipitĂ©es et confuses !
D’autant qu’il devient tristement coutume de prĂ©texter le contexte pour tenter une niĂšme introduction de dispositifs qui n’ont jamais rĂ©ussi Ă  convaincre par le passĂ© et ne parviendront jamais Ă  masquer les vrais manques en termes de moyens et de formation de notre profession

 
 
 
 
ALC