SECTION SE-Unsa de la SEINE MARITIME - 77 QUAI CAVELIER DE LA SALLE - 76100 ROUEN
Tél. 02 35 73 16 75 - Fax. 02 35 03 92 26 - 76@se-unsa.org

 
ContinuitĂ© pĂ©dagogique : prendre le temps de construire
Article publié le jeudi 19 mars 2020.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
En annonçant que l’Éducation nationale était prête à assurer la continuité pédagogique, le ministre a mis sous pression à la fois les personnels et les familles. Or, l’enseignement à distance ne se décrète pas. Donner le temps à tous et toutes de construire des propositions pédagogiques tenables dans la durée est indispensable.

Les enseignants sont au travail ! Ils l’ont été tout le weekend dernier pour pouvoir proposer dès lundi des contenus à leurs élèves. Ils continuent à l’être : fabrication de supports, liens à établir avec les élèves et leurs familles, et pour certains, travail dans leur école ou leur collège pour accueillir les enfants des personnels soignants. La charge est lourde et les questionnements multiples.
 

Dans le premier degré
 
Dans le premier degré, souvent peu équipé sur le plan numérique, la priorité est d’abord d’assurer une organisation viable. Assurer la continuité pédagogique est complexe, avec des enfants peu autonomes qui ont besoin d’un appui important pour progresser dans les apprentissages. Une fois que les organisations seront stabilisées, les questions pédagogiques reviendront au premier plan. Dans ces premiers jours de confinement et de travail à distance, la priorité pour les enseignants et les élèves est d’utiliser, dans ce nouveau contexte, les outils connus et maîtrisés avec un volume modéré d’informations et de travail envoyé aux élèves. Ne cédons pas à la pression, qu’elle vienne de notre ministre, des médias ou des familles.
 
 
Dans le second degré

Dans le second degré, enseignants, élèves et parents sont pour la plupart familiers avec certaines fonctionnalités de l’ENT. Le recours au cahier de texte numérique pour donner du travail en s’appuyant sur les propositions des manuels des élèves peut suffire à maintenir le lien avec le travail scolaire, au moins dans un premier temps. Pour les élèves peu ou pas du tout équipés à la maison, c’est aussi la solution qui permet de ne pas les laisser sur le bord de la route. Ensuite, se posera la question d’établir un échange plus individuel pour s’assurer que les élèves ne décrochent pas et s’acquittent bien du travail qui est proposé.

Mais encore faut-il que les infrastructures suivent. Lundi, de nombreux ENT étaient en panne, ne supportant pas le nombre élevé de connexions. Dans certaines académies, l’accès à l’ENT est « rationné » pour permettre à tous de disposer d’un créneau avec un planning qui définit qui peut se connecter quand. Au vu des limites techniques, inutile donc de prévoir des classes virtuelles avec nombreuses connexions simultanées et pour un temps long. Il faut faire simple !

La circulaire sur la continuité pédagogique, reprise par le courrier du ministre aux recteurs, indique que les conseils de classe doivent se tenir, en priorité ceux qui ont un lien avec l’orientation. L’organisation à distance de ces réunions n’est pas très satisfaisante mais des solutions peuvent être trouvées pour des échanges synchrones. On peut utiliser la fonction « discussion » de l’ENT, ce qui permet de réagir en direct à une synthèse pour chaque élève proposée par exemple par le professeur principal.
 
 
Les spécificités de la voie pro
 

 

Pour suivre ce qui se fait en matière de continuité pédagogique, Consultez notre blog métier et le site des Erun 76 (mission numérique 76)

 

Dans tous les cas de figure, le SE-Unsa plaide pour la bienveillance entre tous les acteurs de la communauté pédagogique (administration, inspection, enseignants, élèves, parents…). Chacun fait de son mieux. Par ailleurs, la plus grande vigilance doit être accordée aux élèves les plus fragiles et les moins bien équipés. Éviter leur décrochage sera un des défis majeurs de la période.
 
 
 
 
ALC