SECTION SE-Unsa de la SEINE MARITIME - 77 QUAI CAVELIER DE LA SALLE - 76100 ROUEN
Tél. 02 35 73 16 75 - Fax. 02 35 03 92 26 - 76@se-unsa.org

 
Loi Blanquer : des ajouts du SĂ©nat inacceptables
Article publié le mercredi 22 mai 2019.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
La version du projet de loi pour une École de la confiance adoptĂ©e ce jour par le SĂ©nat prĂ©sente des dispositions inacceptables en particulier pour les enseignants. Pour le SE-Unsa, les prochaines Ă©tapes du travail parlementaire doivent impĂ©rativement revenir sur ces dispositions. 
 
Le SĂ©nat a supprimĂ© le projet d’établissement public des savoirs fondamentaux avec l’aval du ministre qui a pris acte de la mobilisation de la communautĂ© Ă©ducative contre un projet mal tellement mal ficelĂ© et opaque qu’il a nourri toutes les craintes. Le SE-Unsa, qui a largement contribuĂ© Ă  la mobilisation, se fĂ©licite de cette suppression. Elle doit ĂŞtre dĂ©finitive.
 
Cependant, cette victoire des personnels, des parents et des élus sur ce sujet ne doit pas cacher que la majorité sénatoriale a aggravé le projet de loi sur d’autres points, en s’attaquant à plusieurs règles statutaires qui régissent l’exercice du métier d’enseignant. Ainsi, les sénateurs, pourtant prompts à dénoncer le manque de concertation du gouvernement quand il s’agit des collectivités, ont jugé que le dialogue social avec les représentants des personnels était là superflu.

Les sĂ©nateurs ont ajoutĂ© :
  • l’instauration d’un rapport d’autoritĂ© entre le directeur d’école et les professeurs des Ă©coles adjoints et sa participation Ă  leur Ă©valuation ;
  • le caractère obligatoire de la formation continue en dehors du service d’enseignement ;
  • la possibilitĂ© de dĂ©roger aux obligations rĂ©glementaires de service dans le cadre des expĂ©rimentations ;
  • la possibilitĂ© de dĂ©roger aux règles statutaires pour affecter des enseignants dans des zones peu attractives ;
  • l’attribution au chef d’établissement d’un droit de regard sur le recrutement des personnels d’enseignement et d’éducation de son Ă©tablissement.
Pour le SE-Unsa, ces dispositions constituent de véritables lignes rouges à ne pas franchir. Le SE-Unsa demande aux parlementaires qui participeront à la Commission mixte paritaire parlementaire de supprimer ces dispositions.
 
Paris, le 21 mai 2019,
Stéphane Crochet
Secrétaire général du SE-Unsa

 

 
 
 
 
ALC