SECTION SE-Unsa de la SEINE MARITIME - 77 QUAI CAVELIER DE LA SALLE - 76100 ROUEN
Tél. 02 35 73 16 75 - Fax. 02 35 03 92 26 - 76@se-unsa.org

 
Établissement public des savoirs fondamentaux : interpellez vos Ă©lus
Article publié le lundi 4 mars 2019.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
Le SE-Unsa, le Sgen-CFDT, le Snes-FSU, le Snuipp-FSU et la FCPE proposent aux enseignants et aux parents d’élèves d’adresser un courrier aux élus locaux (cf. modèle de courrier en PJ).
 

Ces Ă©lus locaux (maires, conseillers dĂ©partementaux, prĂ©sidents de conseil dĂ©partemental) pourront potentiellement ĂŞtre impliquĂ©s dans la crĂ©ation d’un Ă©tablissement de cette nature. L’établissement est en effet crĂ©Ă© sur proposition conjointe des collectivitĂ©s concernĂ©es. Pour le SE-Unsa, en voulant prendre en compte des regroupements « uniquement physiques » Ă©cole-collège qui existent dĂ©jĂ  aujourd’hui par le biais d’expĂ©rimentations, cet article de la loi pour une École de la confiance vient prendre le risque de modifier profondĂ©ment l’organisation du système Ă©ducatif. Il impacte les enseignants, directeurs et adjoints, mais aussi les parents d’élèves et les collectivitĂ©s.

Le SE-Unsa poursuit son travail auprès des parlementaires, des représentants nationaux des collectivités et des parents d’élèves pour obtenir le retrait de cet article lors de l’examen au Sénat.

Parallèlement, le SE-Unsa 76 adresse un courrier aux parlementaires de notre département leur demandant de ne pas voter la Loi Blanquer notamment (et entre autres) pour les alerter sur la création des Etablissements Publics des Savoirs Fondamentaux :

La "Loi pour une Ecole de la confiance" adoptĂ©e en première lecture par l'AssemblĂ©e Nationale le 15 fĂ©vrier 2019 a crĂ©Ă©, dans le cadre de la loi Blanquer, les Etablissements Publics des Savoirs Fondamentaux (EPSF) constituĂ©s d'un collège et d'une ou plusieurs Ă©coles du secteur de recrutemement du collège. Ce texte passĂ© par le biais d'un amendement s'est affranchi de toute consultation des organisations professionnelles et donc des syndicats.

Vers une fin programmĂ©e des directrices et directeurs d'Ă©cole. La crĂ©ation des EPSF engendre la disparition pure et simple des directrices et directeurs d'Ă©cole du premier degrĂ©, rouages essentiels de notre système d'enseignement et premiers interlocuteurs au quotidien avec les familles, les Ă©lu(e)s, les partenaires, les enseignants...

L'EPSF ainsi créé sera dirigé par un chef d'établissement qui va exercer les compétences attribuées au directeur d'école. Un chef d'établissement adjoint (issu du premier degré) en charge des classes du 1er degré, exercera aux côtés du chef d'établissement. Celui-ci sera recruté dans le cadre du concours de personnel de direction du second degré et devra avoir 5 ans d'ancienneté dans le 1er degré. Les actuels directrices et directeurs d'école en seront donc exclus.

Ce changement brutal marque donc la fin de l'existence administrative des Ă©coles maternelles et Ă©lĂ©mentaires mais aussi, de fait, la disparition des directrices et directeurs d'Ă©cole en tant qu'animateur pĂ©dagogique et responsable administratif de l'Ă©cole. 

Nulle motivation pédagogique pour la création de ces EPSF, seule la question de la gouvernance, avec en toile de fond une économie de moyens, justifie ce bouleversement.


   Courrier_maire_Conseil_dĂ   
(26 ko)
   CouRrier_parlementaires_7   
(127 ko)
 
 
 
 
ALC